Les chroniques ferroviaires de Mediarail.be

Accueil » Grande vitesse » Des Thalys « Izy » à prix modiques, mais plus lents en France.

Des Thalys « Izy » à prix modiques, mais plus lents en France.

Thalys  se lance désormais aussi dans le low-cost avec son nouveau concept « Izy » (easy). Démarrage le 3 avril. Il s’agit pour la compagnie, détenue à 40% par la SNCB et 60% par la SNCF, de contrer les effets de la concurrence des bus et du covoiturage sur les axes entre le Benelux et Paris. Différence majeure cependant par rapport à l’offre globale Thalys : les petits prix ne seront accessibles que par allongement du parcours, soit deux à trois fois par jour au maximum, pour 2h15 à 2h30. Les Thalys « Izy » circuleront sur LGV depuis Bruxelles jusqu’à la hauteur d’Arras d’où ils bifurqueront vers la ligne classique en direction de Paris Nord, via la ligne classique Lille-Paris qui fait un crochet par la banlieue de Amiens (Longueau).Cette option permet de réduire le péage ferroviaire mais remet sur la table le débat des coûts de la grande vitesse, particulièrement en France. Ce sont les rames TGV réseau 4551 et 4521 qui assureront les liaisons Izy. Elles sont pour l’instant au Technicentre SNCF de Rennes pour recevoir un pelliculage spécifique au concept.

 

Globalement, « Izy » permet de voyager à petits prix à partir de 19 euros, exclusivement sur Bruxelles-Paris, et donc pas vers Amsterdam ou Cologne. Les billets IZY sont émis selon la classe du siège choisi. Ils ne sont ni échangeables ni remboursables et ne s’achètent que via internet sur le  site https://www.izy.com/fr, ou via la version mobile du site et l’application Mobile OCEBO, ou encore via les agences onlines affiliées SNCF ou SNCB. Le concept se base sur un choix de type de place à effectuer par le client. Ainsi, la nouveauté consiste à vendre des sièges non garanti, où la disponibilité sera  gérée par le chef de bord, pour autant qu’il y ait des places vides. Les autres catégories de places, plus chères, seront les strapontins sur les plateformes d’accès, mais aussi – et heureusement – les sièges classiques. Plus on monte dans la gamme du siège, plus on paie.


 

La fréquence des trains montre que les heures de pointe sont exlues (sauf dimanche) et qu’on ne peut faire l’aller-retour le samedi pour aller faire son shopping parisien qu’en extrême vitesse !

Est-ce pour « être dans le vent » que Thalys se lance dans cette aventure ? Selon son communiqué de presse, il s’agit surtout de s’adresser à une clientèle qui ne prend pas le train ou très peu. Il n’y aura aucun service à bord. Au-delà de cela, constat est fait que le marché Paris-Benelux/Cologne soit arrivé à une certaine maturation, comme on dit dans les milieux spécialisés, de sorte que les relais de croissance doivent être dénichés autrement, soit via un concept de voyage repensé, soit en étendant son propre marché.  Thalys semble donc avoir choisi les deux voies, puis qu’au-delà de « Izy », des extensions du réseau vers Dortmünd le 21 mars prochain, et vers Bordeaux (en 2017 ?), sont au programme, mais pas en « Izy » !




Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow me on Twitter

%d blogueurs aiment cette page :