Les chroniques ferroviaires de Mediarail.be

Accueil » Numérique & digital » OV-Chipkaart, la carte multi-transport hollandaise

OV-Chipkaart, la carte multi-transport hollandaise

(article paru le 3 août 2016)

(d’après article UITP, en anglais)

Les transports en commun ne vous rendent pas toujours la vie facile. Une fois que vous avez pris la décision de voyager par transports public, il faut souvent s’armer de beaucoup de patience pour savoir comment et où il est possible d’acheter un billet et quel est celui qui est le plus approprié pour votre voyage.

Rendre la vie plus facile pour le passager fait partie de la philosophie de la « OV-chipkaart », une carte à puce devenue incontournable aux Pays – Bas. En 2001, cinq réseaux de transports publics du pays, dont les chemins de fer NS, ont décidé d’en finir avec les billets en papier zonés – les strippenkaarten – et de les remplacer par un système de carte à puce à l’échelle nationale, offrant aux usagers la possibilité d’accéder à tous les modes de transport en commun, depuis les bus régionaux jusqu’au métro urbain en passant par le réseau ferroviaire national, et ce via une seule carte. Déployé à l’échelle nationale en 2005, le système compte à ce jour 14,5 millions de cartes, 3 millions d’utilisateurs uniques par semaine et traite un montant stupéfiant de 2,4 milliards de « transactions » par an (check-in, check-out et recharges). Une carte analogue est en cours d’implantation en Belgique, avec la carte MoBiB, à l’origine une initiative de la STIB bruxelloise. Les tickets papiers ou à bande magnétique qui existaient depuis 1979 aux Pays-Bas, n’existent plus officiellement depuis le 3 novembre 2011, sauf aux chemins de fer NS.

OV-chipkaart, check-in ou check-out en gare (photo NS)

La carte à puce livre de nombreux avantages pour les usagers, explique Arco Groothedde, le CEO de Translink, la société qui gère la carte OV-chipkaart. L’OV-chipkaart repose sur une tarification ‘pay as you go’, c’est-à-dire proportionnelle à la distance parcourue ou au nombre de zones traversées, sur le même modèle que l’Oyster card  à Londres. Sur les réseaux de transport en commun, la tarification repose sur le paiement d’un « tarif de base » (Basistarief) au moment du check-in, puis d’un tarif kilométrique proportionnel à la distance parcourue. Ce montant forfaitaire de moins d’un euro – qui n’est pas facturé sur les trains –  est ainsi prélevé tout de suite quelle que soit la distance parcourue par l’usager, et est fixé à l’échelle nationale. Si on passe du train au tram, il faut impérativement faire un « check out » en gare NS, puis un « check in » à l’arrêt ou dans le tram, et ainsi de suite tout au long du voyage.

Cette carte a avant tout des vertus pour le voyage occasionnel, hors abonnement. Ses avantages premiers comprennent l’accès à tous les modes de transport public avec une seule carte, une meilleure sécurité grâce aux portiques (en gare et dans le métro), des tarifs plus équitables (les usagers paient par kilomètres parcourus et non au forfait) et la possibilité d’adapter l’offre à la demande grâce à une importante collecte de données sur toutes les composantes du voyage, incluant tous les modes utilisés, à travers l’intégralité du pays.

Des avantages importants que retrouvent aussi les opérateurs qui, outre la connaissance fine du marché, ont la capacité de réduire massivement l’évolution des tarifs et d’accroître la sécurité dans les gares grâce à la nécessité pour les usagers d’effectuer un « in » et un « out » au début et à la fin de chaque voyage, tout comme d’ accélérer rapidement la distribution des revenus entre les opérateurs, ce qui était un épouvantail majeur avant l’introduction de la carte à puce. Comme l’écrivait par ailleurs un blog hollandais : « l’introduction (ndlr de cette carte) à Rotterdam, a provoqué une diminution du nombre d’incidents violents dans les transports publics et une diminution du nombre de resquilleurs. »

Depuis l’introduction de la technologie en 2005, il y a eu une augmentation significative du nombre de passagers que Groothedde attribue en partie à la réduction des hausses de prix. Les clients semblent avoir bien noté l’OV-chipkaart avec une récente cote de satisfaction de 7,9/10. Groothedde souligne toutefois qu’il a fallu plusieurs années d’amélioration continue pour arriver à ce stade : « Il faut du temps pour les villes ou les provinces pour s’habituer à ce type de technologie, » dit-il à l’UITP. « Nous avons dû faire face à de nombreux défis en termes de soins à la clientèle et de sécurité au piratage, ainsi que d’accès aux nouvelles technologies: ce fut un parcours de plusieurs années qui a demandé pas mal d’investissement. Avec la technologie, tout est possible, mais avec le recul, il aurait été préférable auparavant de simplifier la structure tarifaire », ajoute-il. « Chaque opérateur de transport public a ses propres produits tarifaires spécifiques et cela peut devenir compliqué pour l’utilisateur. »

Les leçons acquises aux Pays – Bas ont maintenant traversé l’Atlantique jusqu’au Canada , où Translink a échangé ses expériences avec Toronto dans la mise en œuvre de son propre système de billetterie intelligente, PRESTO.

L’évolution constante et rapide de la technologie signifie que l’OV-chipkaart n’en restera pas là et Translink va déjà plus loin. « La technologie évolue plus vite que ce que nous pouvons mettre en œuvre à l’échelle nationale », dit Groothedde. La technologie derrière cette carte à puce date maintenant de 15 ans et à la fin 2016, Translink devrait introduire une technologie pour permettre le paiement par smartphone ou cartes bancaires sans contact. Une étape de plus vers la fourniture de davantage de choix pour les usagers des transports publics.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow me on Twitter

%d blogueurs aiment cette page :