Les chroniques ferroviaires de Mediarail.be

Accueil » Grande vitesse » Royale sanction pour la seconde LGV britannique

Royale sanction pour la seconde LGV britannique

Ce qu’on appelle en Grande-Bretagne « le projet de loi hybride », pour la première phase de construction de la LGV britannique HS2, a reçu la sanction royale la semaine dernière. Pour mettre en œuvre les travaux de la HS2, le gouvernement avait présenté au nom de la société HS2 Ltd deux projets de loi hybrides, une pour chaque phase. Le premier projet de loi hybride HS2 avait été lancé le 16 mai 2013. Il lui a fallu plus de trois années de débats intenses, et l’examen de 1.600 des 2.588 objections formulées (!), pour aboutir finalement en troisième lecture à la Chambre des Lords fin janvier 2017 et obtenir in fine la précieuse sanction. Cette sanction royale est l’ultime étape législative qui permet le démarrage réel des travaux de la phase première phase du projet.

L’année 2017 verra le début des travaux préparatoires tandis que les principaux travaux de construction commenceraient courant 2018. Le Secrétaire aux Transports Chris Grayling a ainsi déclaré: « Obtenir le feu vert pour commencer à construire HS2 est un énorme coup de pouce à la prospérité économique future du Royaume-Uni et un autre signal clair que la Grande-Bretagne est ouverte aux affaires. » Cette nouvelle ligne aurait un coût actualisé de 22 milliards de £, intégralement payés par l’État britannique.

hs2

Cette seconde LGV britannique est amenée à soulager une West Coast Main Line au bord de la saturation à certaines heures de la journée. Le projet consiste en une ligne à double voie de 225 km qui doit relier la gare londonienne d’Euston à la ville de Birmingham en 49 minutes au lieu des temps de déplacement actuels de 1h12 ou 1h24. Les promoteurs du projet insistent sur le triplement des sièges offert aux heures de pointe entre les deux villes, qui passeraient de 11.000 à 33.000, mais cela reste à vérifier. L’ensemble du projet complet HS2 est destiné à relier Londres à trois autres villes majeures du centre du pays : Manchester, Liverpool et Leeds, relativement proches l’une de l’autre. Pour contrer l’accusation que la HS2 n’est « qu’une vanité londonienne », selon ses détracteurs, le projet est géré par la société d’État HS2 Ltd dont le siège est basé à Birmingham, et qui a déjà dépensé plus de 1,4 milliard £ et embauché 1200 employés. Le tracé est donc maintenant validé mais le matériel roulant et l’exploitant de la franchise est la prochaine grande étape très attendue dans le cercle ferroviaire.

La « Phase One » de la HS2 devrait en principe ouvrir au trafic voyageur en 2026 si tout se déroule convenablement. La seconde partie du projet, la phase 2a, permettra de prolonger la ligne de Birmingham à Crewe. Elle sera suivie par la phase 2b qui permettra d’étendre la ligne jusqu’à Manchester dans le Nord-Ouest et à travers la région des East Midlands et South Yorkshire à Leeds de l’autre côté des Pennines.

Le processus législatif relatif à la fois la phase 2a, qui devrait être achevée d’ici 2027, et à la phase 2b, qui serait ouverte au trafic en 2033, sera présenté aux députés au cours des deux prochaines années. « Nous avons une longue route devant nous pour construire ce chemin de fer et obtenir les permis pour la deuxième phase, afin d’assurer que les avantages de la HS2 soient réalisés », a déclaré David Higgins, le président de HS2.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :