Les chroniques ferroviaires de Mediarail.be

Accueil » Infrastructure » Les gares, plus qu’un lieu de passage

Les gares, plus qu’un lieu de passage

(english version)

Pour la majorité des personnes, la gare reste encore un lieu de passage, celui que nous quittons le plus rapidement possible pour aller en ville, au travail ou pour retourner à la maison. Pas question de s’attarder au milieu de cet environnement qui, avec ses trains bruyants, ressemble plutôt à un endroit industriel qu’à un lieu agréable. Il est exact que les trains à vapeur d’il y a 70 ans provoquaient une fumée suffocante et des bruits si caractéristiques. Les temps ont changé. Aujourd’hui les trains électriques sont nettement plus discrets, surtout lorsqu’ils sont à l’arrêt. Mais les gens sont pressés et continuent à fuir la gare.

Quelques responsables au sein des directions des chemins de fer se sont interrogés sur ce qu’on pourrait faire des gares, pour en faire des lieux plus accessibles, plus propres et qui donnent envie qu’on s’y arrête. Cette réflexion a abouti à une prise de conscience de ce qui apparaît comme une évidence au Japon : la gare, c’est aussi de l’immobilier et de juteuses recettes, mêmes pour les petites. Ainsi, une partie de la mission des entreprises ferroviaires a été de prendre en compte des parties sous-estimées ou sous-utilisées de leurs gares et de les transformer en « entreprises productrices d’argent, » comme pour un aéroport.

Les experts en marketing des flux l’ont très bien compris. Les gares sont caractérisées par l’absence d’une population statique ou permanente, et par la présence de flux intenses de personnes se déplaçant dans un espace donné. Les gares sont des emplacements idéaux pour les petits magasins, car ce sont des carrefours d’interaction humaine où des centaines voire des milliers de personnes passent chaque jour. Chaque personne dans ce flux de trafic pédestre est un client potentiel qui pourrait avoir besoin d’un objet spécifique ou d’acheter sur impulsion en attendant son train. Pour ce type de flux, la gare doit fournir une « expérience d’achat » accessible et abordable en offrant des produits et des services que les voyageurs pourraient ne pas trouver rapidement en cours de route. «Nous avons essayé de combler à peu près l’espace mort de la gare avec quelque chose qui attire vraiment les gens», déclarait David Biggs, directeur ‘Property’ de Network Rail, en parlant de la gare de King-Cross à Londres.

La gare de Liverpool en 1984, époque British Rail : pas vraiment un lieu de grande convivialité (photo Wikipedia)

Pour cela, il était important de rénover certaines grandes gares ou, quand c’était trop hideux, de les démolir et d’en construire des nouvelles, comme à Liège-Guillemins ou à Vienne-Hauptbahnhof. L’architecture est un sujet controversé car pour beaucoup de gens, le train n’est pas un plaisir car il vous amène au travail. Le chemin de fer est vécu comme une mauvaise contrainte dans le déroulement de la journée, tout particulièrement pour les navetteurs qui subissent des retards et des trains bondés et souvent en retard. L’architecture est alors assimilée à du gaspillage d’argent public quand beaucoup de navetteurs pressés ne feront qu’y passer moins de 10 minutes. Cependant, une belle architecture a aussi comme mission de mettre une barrière contre l’insalubrité et le côté crasseux souvent attribués aux gares et à leur quartier. Par cette mission, la belle architecture d’une gare sécurise le quartier, ses habitants et les passagers en transit. Cette observation est aussi valable pour les petites gares : plus elles sont rénovées, plus elles sont respectées. La présence d’espaces de restauration, ouverts le soir, sécurise aussi une gare qui fait souvent peur à ceux qui prennent le train tardivement.

La gare de Liverpool Street, à Londres, en 2011 : plus rien à voir avec les années 80 (photo Wikipedia)

Les gares transformées en espace convivial avec services, magasins et restauration sont appelées à devenir des lieux intégrés dans leur quartier, et non pas un élément séparé et glauque comme c’est encore trop souvent le cas dans de nombreuses villes. Les gares rénovées ou reconstruites ont donc une triple mission : offrir de meilleurs services aux voyageurs en transit, offrir une meilleure sécurité, une meilleure atmosphère et des services améliorés à tout un quartier, et enfin d’offrir des revenus supplémentaires aux compagnies ferroviaires.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :