Les chroniques ferroviaires de Mediarail.be

Accueil » Etat & industrie » Siemens-Alstom : l’étroitesse du marché ferroviaire

Siemens-Alstom : l’étroitesse du marché ferroviaire

Prendre de la hauteur, telle est la meilleure position à occuper pour comprendre le mariage Alstom-Siemens. L’Airbus du rail est une idée « neuve » qui ne date pas de l’été dernier. Il est évoqué depuis des années, voire deux décennies. Il s’est toujours fait attendre pour de multiples raisons, mais surtout à cause de la culture ferroviaire très nationaliste partout en Europe, et pas seulement en France. Ce n’est pas pour rien qu’il a fallu 25 années de directives pour tenter une réforme de l’écosystème ferroviaire. Le milieu est dur, cadenassé et pris en otage par la politique et l’idéologie, depuis la base jusqu’au sommet. Pourtant ce même rail est appelé par tous à jouer un rôle important dans le développement durable. C’est bien, mais cela ne se fera pas avec les méthodes d’hier. Le monde a changé et le rail est en mode survie, parce que pendant ce temps, « les autres » (automobile, aviation, GAFA,…) nous concoctent un monde à leur manière, renvoyant le chemin de fer au musée du jouet. Danger pour des centaines de milliers d’emplois et d’aficionados du train, dont votre serviteur. Le chemin de fer, il vaut mieux que cela…

200213 (1)

ICE 3 Siemens aux côtés du TGV Alstom : désormais frères… (photo Mediarail.be)

L’industrie a muté

Curieusement on s’épanche moins sur l’industrie aérienne, qui est pourtant bien plus concentrée que l’industrie ferroviaire. On s’est habitué depuis les années 70 à deux constructeurs majeurs mondiaux, dont un américain, avec dans le peloton deux ou trois autres challengers qui pointent leur bout du nez. Mais en chemin de fer, c’est autre chose. L’industrie nationale, historiquement vouée à une mission de sous-traitance du rail, a muté dans les années 90-2000 par absorptions successives vers de gros groupes diversifiés. Les patrons de ces géants, du haut de leur siège, peuvent visualiser en un coup d’œil les départements qui vendent et ceux qui vendent moins. Le rail fait partie de ces derniers.

Côté Siemens, conglomérat qui fait « un peu de tout », Joe Kaeser, le directeur général, souhaitait donner plus « d’agilité » au groupe en offrant aux différents départements davantage de liberté financière et entrepreneuriale. Traduction : Siemens n’est pas opposé à délaisser son département Mobility, qui ne représente que 8% de son chiffre d’affaires, alors que le conglomérat veut se recentrer dans les années à venir sur une transformation du groupe en une lucrative entreprise moderne et numérique, notamment en ciblant le secteur médical, les smart cities, les voitures autonomes, la production électrique…. Côté français, un membre du conseil d’administration d’Alstom déclare au Monde : « Ils sont meilleurs que nous en signalisation, en automatismes, dans le tramway, dans les locomotives diesel… ». Qui croire et comprendre ?

Depuis une dizaine d’années, les transporteurs ferroviaires ont fait le plein de matériel roulant neuf. Le festin n’est pas encore fini mais à un moment donné, tout le monde sera servi à bon compte. Et là, les trois majors Bombardier/Alstom/Siemens nous vendent encore à peu près la même loco et la même automotrice. C’est trop pour un marché ferroviaire si restreint. Qui a dit que l’industrie ferroviaire ne pouvait se satisfaire d’éternels stop & go selon la conjoncture et les coalitions gouvernementales ? Le CEO de Bombardier ! Il a raison. Du coup, l’idée d’un Airbus ferroviaire s’impose en Europe, mais gare au retour du monopole et de ses conséquences sur les prix de vente.

L’arrivée du chinois CRRC a certainement accéléré la fusion. Et on n’oublie pas que le japonais Hitachi Rail dispose d’une usine toute neuve en Grande-Bretagne, après avoir absorbé…  Ansaldo-Breda, constructeur du diabolique Fyra. Tant Hitachi que CRRC arrivent sur le sol européen avec des ambitions de conquête et de nouvelles méthodes industrielles. Les trois majors ne pouvaient donc pas rester au balcon, d’autant que le marché est devenu mondial. La logique de cette fusion voudrait que le troisième larron, Bombardier, vienne aussi y apporter ses trésors, mais ce scénario provoquerait de gros doublons et… une fâcherie avec l’Europe et probablement les avocats de CRRC, pour abus de position dominante. Et que vont faire les « petits », les Talgo, CAF, Stadler et Pesa ? Une conclusion fait plutôt froid dans le dos.

Tant Bombardier que Siemens semble vouloir s’orienter vers des cieux plus riants. Ils ne sont pas les seuls à penser de la sorte. Trop peu de dividendes avec le ferroviaire ? Trop de coûts pour si peu de retours ? C’est un peu de tout cela. Mais un constat amère : le ferroviaire est un monde petit, trop petit, même à l’échelle mondiale. Presque qu’un marché de niche comparé à l’automobile ou l’aviation. CRRC démontre l’inverse ? A voir. Il s’agit plutôt de manger le gâteau du voisin. Le rail, c’est une technologie classée « verte » mais qui coûte cher, tant à l’achat qu’à l’exploitation. Depuis plusieurs années on tente de trouver les formules pour faire du train moins cher que jadis. Mais les collectivités et autorités de transport n’ont que l’argent dont elles disposent. Alors les industriels se tâtent sur un secteur si petit : vaut-il encore la peine ? Le mariage Siemens-Alstom agrandi la niche, partage les coûts de R&D et du marketing. On espère une baisse des prix, une accélération de l’interopérabilité et encore de nouveaux services, gage du train d’avenir. Restons optimistes…..

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow me on Twitter

%d blogueurs aiment cette page :