Mediarail.be – Rail Europe News

Home » Entreprise » Un logisticien prend 35% de l’actionnariat de CFF Cargo

Un logisticien prend 35% de l’actionnariat de CFF Cargo

Désormais gérée comme une entreprise indépendante au sein du groupe CFF depuis le début de l’année, les CFF ont choisis Swiss Combi AG, entreprise composée des opérateurs de logistique Planzer, Camion Transport, Galliker et Bertschi, comme partenaire. Le partenariat envisagé stimule le transfert du trafic de marchandises de la route au rail et renforce durablement le taux d’utilisation du trafic par wagons systématique et du trafic combiné. L’objectif est de renforcer la compétitivité du chemin de fer au cœur de la chaîne logistique des clients, et de faire intervenir les différents modes de transport selon leurs atouts respectifs. Cette prise de participation doit encore recevoir l’aval des autorités en matière de concurrence, rapporte le communiqué de presse.

Swiss Combi AG se compose des opérateurs de logistique Planzer Holding AG (40%), Camion Transport AG Wil CT (40%), Bertschi AG (10%) et Galliker Holding AG (10%). Swiss Combi AG rachètera 35% des actions de la société «Chemins de fer fédéraux suisses CFF Cargo SA», ci-après CFF Cargo SA. CFF SA reste actionnaire majoritaire, avec une part de 65%.

Cette nouvelle intervient sur fond d’un long processus de changements au sein du groupe intégré CFF : la division « Cargo » devient une vraie filiale (une AG en Suisse), et dispose dorénavant de son propre conseil d’administration avec des pouvoirs de décisions « largement indépendants de la maison mère ».

Dès 2015 déjà, dans le cadre de la révision totale de la loi sur le transport de marchandises (GüTG), les CFF avaient déjà suggéré de positionner la division CFF Cargo vers une exploitation « plus indépendante ». Motif principal : CFF Cargo se dirigeait vers un surendettement ayant eu pour conséquence une correction de valeur plus importante qui s’est répercutée sur le résultat 2017 des CFF, pas bons du tout… Dans ce contexte, précisait un communiqué, « une injection massive de capitaux serait alors indispensable afin d’éviter une potentielle faillite. » Le mythe de l’entreprise publique qui ne fait jamais faillite ne faisait donc pas long feu au milieu des Alpes. La ligne directrice retenue est : intérêt général, oui, mais pas à n’importe quel prix.

Le pli était pris et en 2017 le Conseil fédéral et le Parlement suisse approuvaient l’ouverture de l’actionnariat à une participation « extérieure » minoritaire, entre 10 et 49%. Courant 2018, les CFF avaient annoncé qu’ils recherchaient des partenaires extérieurs susceptibles de prendre une participation financière minoritaire dans la division fret CFF Cargo SA (SBB Cargo en allemand). En janvier 2019, l’entreprise signalait que des sondages du marché avaient suscité l’intérêt de diverses parties, tant nationales qu’internationales. C’est ce partenaire qui est annoncé aujourd’hui.

Le partenariat n’entraîne aucune suppression de postes supplémentaire. On remarquera au passage l’attitude, certes attentive, mais aussi constructive du principal syndicat SEV, qui saluait en 2018 « la décision des CFF de nommer pour sa filiale Cargo une direction propre. Ceci permettra enfin de réduire les conflits d’intérêts internes au groupe et d’appliquer la volonté politique », disait-il l’année dernière. Voilà qui tranche avec ce que l’on peut observer dans d’autres pays… Côté social justement, dans le domaine du personnel de la manœuvre, les départs à la retraite seront compensés ces prochaines années par l’automatisation; les profils des métiers feront l’objet de développements. La convention collective de travail entrée en vigueur en mai 2019 pour le personnel de CFF Cargo SA reste valable, sans avenant.

Le transport de fret ferroviaire est une activité sensible quelle que soient les formules de management adoptées. La Suisse ne fait pas exception à la règle. La logistique change de paradigme fréquemment : un changement de flux peut le faire basculer vers la route en un rien de temps. Les chemins de fer ont d’immenses difficultés à répondre à ces « perturbations », sauf à signer des contrats de transport sur plusieurs années avec des volumes certifiés.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

L’auteur de ce blog


Frédéric de Kemmeter
Analyste ferroviaire & mobilité - Secrétaire de Global Rail Network. Le rail sans tabous ni langue de bois. J'aime les choses bien réfléchies. Le ferroviaire, ce n'est pas faire de l'activisme, c'est faire le tour de la question à 360°. C'est la ligne de conduite de ce blog.
Retrouvez aussi le site technique : http://mediarail.be/index.htm

Restez au courant des dernières analyses et news du monde ferroviaire

Photos de Flickr

Suivez-moi sur Twitter

%d bloggers like this: