Bonnes performances pour le groupe public FS Italiane

FS Italiane, dont on connait surtout une de ses filiales, Trenitalia, a enregistré une forte croissance au premier semestre de 2019, enregistrant une hausse de 2,2% de ses revenus d’exploitation, pour atteindre un total de 5,98 milliards d’euros.

Le chemin de fer italien, que l’on qualifiait encore de moribond il y a une vingtaine d’années, a opéré une mue impressionnante. Cet opérateur public, le plus ancien d’Europe avec sa nationalisation dès 1905, est maintenant une holding ferroviaire dont le statut est celui d’une société anonyme par actions au capital détenu en totalité par l’État italien. Cet ensemble est néanmoins organisé ‘à l’allemande‘, comme un groupe privé comportant des filiales :

  • Trenitalia, filiale la plus connue, est chargée d’exploiter les services de transport de voyageurs;
  • Mercitalia, filiale de transport de fret;
  • RFI ou Rete ferroviaria italiana, le gestionnaire du réseau ferré national italien;
  • Grandi Stazioni (grandes gares), le gestionnaire des 13 plus grandes gares italiennes;
  • Italferr, une société d’ingénierie ferroviaire.

L’organigramme complet permet d’appréhender le périmètre du groupe :

Comme tous les grands groupes d’Europe, la holding FS Italiane a donc approuvé les résultats du premier semestre 2019, et ils sont plutôt bons. Les revenus d’exploitation du groupe ont augmenté de 2,2% pour atteindre 5,98 milliards d’euros au premier semestre 2019 par rapport au premier semestre 2018. Ceci s’accompagne d’une croissance significative du marge brute d’exploitation (EBITDA) de +91 millions d’euros, soit 1,3 milliard d’euros. La marge d’ EBITDA s’élève à 21,7%.

Le rapport indique également que le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) de FS Italiane a augmenté de 6,6%, passant de 426 millions d’euros au premier semestre 2018 à 454 millions d’euros au premier semestre 2019. Le résultat net pour la période atteint 362 millions, ce qui représente une augmentation de 4,3%.

FS Italiane a en outre indiqué que ses revenus de services de transport avaient augmenté de 100 millions d’euros par rapport au premier semestre de 2018 pour atteindre 3,75 milliards d’euros. Le chiffre d’affaire ferroviaire voyageurs a augmenté de 48 millions d’euros et le fret ferroviaire de 12 millions d’euros.

Le rapport mentionne aussi que ses services de transport régional se développaient, en raison de son souci de la sécurité et de la qualité des voyages. La demande de passagers a atteint 12 milliards de passagers-km au cours de la période allant de janvier à juin 2019, ce qui représente une augmentation de 1,3% par rapport au premier semestre de l’année précédente, en termes de volume global du trafic, intérieur et étranger.

Les rapports sur la satisfaction des usagers et l’expérience de voyage étaient également à la hausse, avec une note positive de 84,8%, des informations à bord du train atteignant 84,9% et un rapport de sécurité de 83,5%. En 2018, Trenitalia avait déjà été nommé meilleur opérateur d’Europe pour les voyageurs d’affaires par Loco2, la plate-forme de recherche et de réservation de billets de train. Les trains Frecciarossa offrent un espace de travail suffisant à bord et l’offre de Trenitalia pour les entreprises comprend un accès à un salon dans ses principales gares. Les voyageurs peuvent également réserver un espace de réunion dédié dans le train.

Parallèlement, les charges d’exploitation de FS Italiane, malgré la croissance des revenus, restent globalement conformes à celles du premier semestre 2018, avec une augmentation de 0,8% seulement, pour atteindre 4,68 milliards d’euros. Le groupe FS a déclaré que cela était dû à la mise en œuvre de politiques qui ont permis de réaliser des économies accrues.

Offensive à l’étranger
La holding ne se contente pas de son pré-carré dans la Péninsule. Le groupe est aussi actif à l’étranger. FS Italiane est devenu depuis plusieurs années un acteur mondial présent dans  plus de 60 pays  des cinq continents où il génère un  chiffre d’affaires de plus de 1,7 milliard d’euros . Parmi ses faits d’armes, on peut retenir :

  • 1999, création de la filiale TX Logistics, un opérateur privé de fret ferroviaire qui assure hors Italie près de 20.000 trains par an en Allemagne et en Autriche. La société est aujourd’hui une filiale à 100% de Mercitalia;
  • 2010, création de la filiale Thello avec le groupe français Veolia/Transdev, qui se retira en juin 2016. Cette filiale a repris le train de nuit Paris-Venise et opère trois autres trains Intercités sur Milan-Nice, dont un prolongé jusque Marseille;
  • 2011, création de la filiale allemande Netinera, une ancienne filiale d’Arriva. Netinera est le numéro trois des opérateurs privés régionaux en Allemagne, avec 38,6 millions de trains/km annuels et une part de marché de 5,7% (chiffres 2017);
  • 2017, absorption de la moribonde entreprise ferroviaire grecque TrainOSE SA pour… 45 millions d’euros !
  • 2017 : le britannique National Express vend sa dernière franchise, c2c, a Trenitalia, qui a conservé le nom. Fin 2017, c2c reprenait a position de «_meilleur chemin de fer en Grande-Bretagne », selon les derniers chiffres de ponctualité publiés par Network Rail;
  • 2019 : dès décembre, Trenitalia, associé à First Group, va exploiter les services de la mythique West Coast Main Line en Grande-Bretagne, éliminant Virgin du paysage britannique. Au programme : reprise des Pendolinos class 390, exploitation de la WCML dans son format actuel mais aussi exploitation de la première phase de High Speed ​​2, la ligne nouvelle à grande vitesse.
  • 2019 : le groupe FS Italiane a ouvert un bureau aux États-Unis sous le nom de FS Italian Railways USA Inc., dans le but de participer à des appels d’offres organisés sur le marché américain de la mobilité (transport de masse, trains à grande vitesse et fret).

Ce petit aperçu démontre la vitalité d’un groupe dont on parle trop peu, malgré une dette abyssale et la récente note BBB+ émise par l’agence de notation internationale Standard & Poors, concernant le programme d’émission d’obligations EMTN de 7 milliards d’euros et des titres associés émis. La célèbre agence n’a pas manqué d’indiquer que cette notation «_reflète notre attente selon laquelle la société [FS Italiane] continuera à maintenir de solides indicateurs financiers, étayés par des performances économiques résilientes, des subventions publiques à la mesure de l’ampleur de ses investissements et un cadre réglementaire solide. »

FSI continue d’améliorer ses indicateurs financiers, étayés par des contrats de service public pluriannuels avec les régions italiennes et l’État, le faible coût du financement et les subventions à l’investissement accordées par le gouvernement central. Au cours des six dernières années, le ratio d’endettement des fonds provenant de l’exploitation s’est amélioré, passant de 16,8% en 2013 à 24,8% en 2018, conclut l’agence.

Publié par

Frédéric de Kemmeter

Cliquez sur la photo pour LinkedIn Analyste ferroviaire & Mobilité - Secrétaire de Global Rail Network Observateur ferroviaire depuis plus de 30 ans. Comment le chemin de fer évolue-t-il ? Ouvrons les yeux sur des réalités plus complexes que des slogans faciles http://mediarail.be/index.htm

Merci pour votre commentaire. Il sera approuvé dès que possible

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.