La semaine de Rail Europe News – Newsletter 053

Du 24 au 30 novembre 2021

Par Frédéric de Kemmeter – Signalisation ferroviaire et rédacteur freelance – Inscrivez-vous au blog
01/12/2021

🟧 Nos brèves quotidiennes 🟧 Notre lexique ferroviaire 🟧 Nos newsletters

Politique des transports
Italie : un décret pour acheter des trains de nuit – Deux décrets signés par le ministre des infrastructures et de la mobilité durables, Enrico Giovannini, mettent en œuvre le plan national italien de relance et de résilience (PNR) en renforçant les chemins de fer et en mettant en œuvre la transformation verte du secteur des bus. Le premier décret concerne le renouvellement du matériel roulant et attribue à la société Trenitalia 200 millions d’euros pour l’achat de nouvelles voitures voyageurs ou rames électriques ou à hydrogène, afin de remplacer les véhicules obsolètes et polluants, d’améliorer la qualité du service, de réduire l’impact environnemental et la pollution sonore. Dans le détail, 60 millions d’euros sont prévus pour l’achat de 7 trains bimodaux pour les liaisons interurbaines Reggio Calabria-Taranto et 140 millions d’euros pour l’achat de 70 voitures pour les trains de nuit interurbains de et vers la Sicile. Trenitalia devra mettre à disposition les trains bimodaux pour le 31 décembre 2024 et les trains du service Intercity Notte pour le 30 juin 2026. « Notre engagement ne concerne pas seulement le train à grande vitesse. Les nouveaux trains de dernière génération, sans émission, utilisés sur les lignes de moyenne et longue distance, amélioreront également la qualité des services interurbains, dont le prix du billet est plus bas et qui sont utilisés par les étudiants et les travailleurs pour leurs déplacements quotidiens ».Le second décret prévoit le développement de la chaîne d’approvisionnement en bus verts pour 300 millions d’euros sur la période 2021-2026. Il s’agira de soutenir la mise en œuvre d’environ 45 projets de transformation industrielle pour la production de bus non polluants à travers l’instrument des « contrats de développement ».
(Source: Calabria Gazzetta del Sud)

Suède : L’Administration des transports présente des propositions pour un plan national d’infrastructure – La proposition de l’Administration suédoise des transports pour un nouveau plan d’infrastructure contient des investissements pour un système de transport sûr et vert et implique un investissement important dans le chemin de fer avec une mise à niveau et une modernisation continues. Les travaux sur les étapes en cours sur les nouvelles lignes principales se poursuivent et la construction de la section restante de la ligne Norrbotnia Skellefteå – Luleå commence. « Avec le déploiement continu du nouveau système de signalisation numérique ERTMS, nous remplaçons les systèmes de signalisation d’aujourd’hui qui ont commencé à atteindre leur durée de vie technique. L’ERTMS permet également une modernisation globale du chemin de fer et est une condition préalable à la mise en œuvre de nombreux investissements », explique la directrice générale de l’administration suédoise des transports, Lena Erixon, dans un communiqué. Le point de départ de la proposition de plan est l’objectif de la politique des transports de développer un système de transport moderne et durable. Les mesures proposées dans l’infrastructure apportent des contributions importantes aux objectifs globaux de durabilité et de climat. La transition vers un système de transport durable serait facilitée par de nouveaux types de mesures. Il reste à voir, au travers du nouveau gouvernement fraîchement nommé, quel va être la traduction concrète de cette politique sur le train.
(Source: Dagen PS)

Allemagne : une nouvelle ère pour le transport ferroviaire ? – 28/11/2021 – La coalition « des feux tricolore » formée par les partis sociaux-démocrates, verts et libéraux-démocrates du prochain gouvernement fédéral s’est engagée à lancer une « expansion rapide des capacités » pour améliorer l’infrastructure ferroviaire dans le cadre de sa stratégie de transport plus large. Le secrétaire général du FDP et ancien ministre des Transports de Rheinland-Pfalz, Volker Wissing, a été nommé nouveau ministre fédéral des transports et de l’infrastructure numérique, en remplacement donc du bavarois Andreas Scheuer. La coalition a réaffirmé l’objectif du gouvernement précédent d’augmenter la part du rail sur le marché du transport de marchandises de 19 % actuellement à 25 % d’ici 2030. Dans le secteur des passagers, la nouvelle administration cherche à doubler le trafic ferroviaire d’ici la fin de la décennie. Les partenaires de la coalition se sont également fixé pour objectif d’électrifier 75 % du réseau d’ici 2030, contre 60 % actuellement et donc plus ambitieux que l’objectif précédent de 70 %. Répondant aux appels à la dissolution du holding Deutsche Bahn pour assurer une plus grande transparence et faciliter la concurrence, la coalition a insisté pour que DB soit conservée en tant que groupe intégré de propriété publique. Cependant, les entreprises d’infrastructure DB Netz et DB Stations & Service doivent être « fusionnées en une nouvelle division d’infrastructure pour le bien commun ». Cela garantirait que tous les bénéfices des opérations d’infrastructure seraient réinvestis dans l’entreprise.
(Source: railwaygazette )

Politique de vente
Belgique : les billets de train via les bureaux de poste – À partir du 1er décembre, les voyageurs de la SNCB pourront se rendre au guichet du bureau de poste de ces deux communes, pour être aidés à compléter un formulaire de demande d’abonnement ou un formulaire pour obtenir une carte de réduction. À l’image de la politique commerciale d’autres compagnies ferroviaires en Europe, celle de la SNCB évolue pour coller davantage aux attentes et aux demandes des citoyens de plus en plus nombreux à utiliser des solutions digitales pour acheter leur ticket. En début d’année, on s’en souvient, la SNCB annonçait son intention de progressivement fermer 44 guichets sur 135, qui représentaient alors moins de 6% des transactions en 2019. Dans certaines gares, le nombre de clients s’adressant au guichet était devenu très faible alors qu’une hausse importante était constatée sur les supports digitaux. Grâce à ce partenariat, les deux entreprises publiques entendent ainsi s’allier pour proposer leurs services aux voyageurs. Il faut peut-être voir là derrière la recherche d’un impact sur la fréquentation des bureaux de poste, qui sont aussi en baisse d’années en années. bpost peut de cette manière retrouver du sang neuf dans sa fréquentation et se trouver dans une position de « centre de service ». Ce projet-pilote sera évalué dans le courant de l’année 2022.
(Source: Railtech.be)

Trafic grande ligne
Suède-Finlande : début des travaux sur la ligne ferroviaire transfrontalière entre la Finlande et la Suède – Les travaux sur une ligne ferroviaire longtemps attendue, qui relierait le réseau finlandais à la ville frontalière suédoise de Haparanda, commenceront dès que le financement sera assuré, a déclaré lundi l’Agence finlandaise des infrastructures de transport. Le projet permettra d’électrifier la section Laurila-Tornio-Haparanda du réseau, ouvrant ainsi une connexion ferroviaire transfrontalière entre la Finlande et la Suède. La gare d’Haparanda a rouvert ses portes aux trains de voyageurs en mars de cette année après une interruption de 29 ans, offrant ainsi des correspondances avec les trains longue distance dans le sud de la Suède. Le chef de projet de l’agence de transport, Terhi Honkarinta, a déclaré que les plans devraient être achevés au cours de l’hiver prochain, dans le but de recevoir l’approbation finale d’ici l’été prochain. « Selon le calendrier actuel, la construction commencera au plus tôt à la fin de 2022. La plupart des travaux auront lieu en 2023 et 2024 », a déclaré Honkarinta dans un communiqué de presse de l’agence. Le projet vise à améliorer la rentabilité du transport ferroviaire pour l’industrie ainsi qu’à permettre le trafic ferroviaire de passagers entre la Finlande et la Suède dans le cadre du réseau transeuropéen de transport (RTE-T). Outre l’électrification de la ligne, le projet prévoit également la construction d’équipements de sécurité nécessaires au trafic transfrontalier, la modification des ponts ferroviaires en fonction des besoins de l’électrification et la modification des installations pour les passagers à la gare de Tornio.
(Source: Yle)

Trafic régional
Allemagne : des contrats régionaux à revoir sur de nombreux points – Comme on le sait, Abellio, filiale des chemins de fer néerlandais, va sortir d’Allemagne. Les choses ne sont pas très claires quant à savoir si le mal datait d’avant la pandémie. Toujours est-il qu’avec la nouvelle coalition allemande, les esprits sont matures pour changer les choses. Deux écoles se font évidemment face : le tout DB et « ses milliards du contribuable sans restriction », et ceux qui prônent le recours à l’appel d’offre pour faire baisser les prix et améliorer les prestations. Tout est dans la nature des contrats. L’association des opérateurs privés Mofair fustige notamment les pénalités de ponctualité alors que c’est DB Netz qui impose des baisses de vitesse pour cause de travaux. L’autre motif de mécontentement est la hausse drastique des besoins en personnel due aux conventions collectives, avec l’allongement des temps de repos et le passage de 40 à 38 heures semaine. Des conventions bien entendues largement soutenues par les syndicats EVG et Mobifair qui demandent eux aussi une révision des contrats, mais avec des critères « nettement plus qualitatif concernant le personnel, où les entreprises doivent être obligées de prévoir suffisamment de personnel et de former leur propre personnel ». Des syndicats qui demandent encore plus d’argent mais nécessairement pour plus de trains. Un message dangereux qui entérinerait l’image du train comme étant un transport cher. Cela pourrait détourner les élus vers d’autres solutions de transport décarboné. Abellio exploite plusieurs lignes régionales et de trains de banlieue en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, environ 18 pour cent des trajets dans le transport ferroviaire de proximité sont assurés par l’entreprise. L’autorité de transport Rhin-Ruhr (VRR) doit décider le 9 décembre de la fin de l’activité d’Abellio.
(Source: 24rhein.de)

Grande-Bretagne/Newcastle : la première phase de la reconstruction du dépôt du métro de Tyne and Wear, d’un coût de 70 millions de livres sterling, est terminée – Après avoir achevé la reconstruction du dépôt du métro de Gosforth, les prochaines étapes de Stadler consisteront en des travaux de démolition et de construction visant à créer un lieu moderne pour la nouvelle flotte de trains du métro. La première étape de ce projet de 70 millions de livres sterling a vu la démolition d’une partie du dépôt centenaire et l’installation de nouvelles routes de stationnement et de lignes aériennes. La prochaine phase du projet verra Stadler commencer les travaux du nouveau bâtiment du dépôt et la démolition d’autres anciennes installations au cours des prochains mois. Stadler a confié la construction du nouveau dépôt à VolkerFitzpatrick. Le constructeur suisse de trains ne se contente pas de construire le dépôt ultramoderne, il fournira également la flotte de 46 trains flambant neufs à Nexus, l’opérateur du métro. Ces trains devraient entrer en service en 2023 et apporter des améliorations en termes de qualité et de fiabilité pour les passagers. Le projet de nouveau dépôt de Gosforth devrait être achevé à l’automne 2022, à temps pour l’arrivée du premier des nouveaux trains dans la région. Nexus, l’autorité de transport de la région Tyne &amp ; Wear autour de Newcastle, a attribué au fabricant suisse Stadler un contrat portant sur la fourniture de 42 trains de nouvelle génération pour le réseau de métro Tyne &amp ; Wear. Stadler sera également chargé de la maintenance de la flotte pendant 35 ans et de la construction d’un nouveau dépôt. Pour le constructeur suisse, il s’agit du troisième succès dans le domaine des « métros non standard » britanniques, après le Glasgow Subway et le Merseyrail dans la région de Liverpool. Le concurrent de Stadler sur le marché du Tyne &amp ; Wear Metro était CAF.
(Source: Rail Advent)

Londres : dernière ligne droite avant l’inauguration de Crossrail – 24/11/2021 – Le projet Crossrail est une infrastructure ferroviaire de type RER traversant Londres d’Est en Ouest. Approuvée en 2007, la construction a commencé en 2009 sur la section centrale et les connexions aux lignes existantes en dehors de Londres. La ligne totale s’étend sur 100 kilomètres, dont 42 en tunnels, et relie entre elles 41 gares. Initialement prévu pour ouvrir en 2018, le projet fût continuellement retardé. L’ouverture de la section centrale est maintenant prévue au premier semestre 2022. Des voyageurs volontaires vont tester de la section centrale du projet Crossrail dans le cadre de la phase de test finale. Les essais concerneront un peu plus de 150 scénarios de test à réaliser au cours des trois à quatre prochains mois, couvrant un large éventail de problèmes tels que les fermetures de stations, les pannes d’escaliers mécaniques et d’ascenseurs et les coupures de courant.
(Source: Railtech.be)

Trafic fret
Chine-Allemagne : une nouvelle société pour le trafic Europe-Chine – DB Cargo, filiale de la Deutsche Bahn, a créé une nouvelle société pour renforcer le transport ferroviaire de marchandises entre la Chine et l’Europe, a annoncé vendredi l’opérateur ferroviaire public allemand. « Le transport de marchandises par chemin de fer respectueux du climat et fiable devient de plus en plus important pour les chaînes d’approvisionnement mondiales », a noté la Deutsche Bahn. C’est pourquoi la demande le long de la Ceinture et la Route, la route ferroviaire entre l’Europe et la Chine, est en plein essor. Avec l’établissement de DB Cargo Transasia à Shanghai, le plus grand fournisseur de fret ferroviaire d’Europe « renforce considérablement » ses services en Extrême-Orient, reliant 18 pays européens, a noté la Deutsche Bahn. Selon la Deutsche Bahn, les clients chinois pourraient se voir proposer une variété de services auprès de DB Cargo Transasia au lieu d’avoir à contracter plusieurs fournisseurs de services comme par le passé. L’opérateur ferroviaire allemand a déjà ouvert plusieurs nouvelles routes entre la Chine et l’Europe cette année, plus récemment la liaison entre Shanghai et Hambourg fin septembre. L’année dernière, DB Cargo a transporté environ 200 000 conteneurs entre l’Asie et l’Europe. D’ici 2025, la Deutsche Bahn visait à plus que doubler la capacité annuelle à 500 000 conteneurs. Selon l’Office fédéral des statistiques (Destatis), des marchandises d’une valeur de 213,2 milliards d’euros ont été échangées entre l’Allemagne et la Chine en 2020. Exportations et importations comprises, la Chine est restée le principal partenaire commercial de l’Allemagne.
(Source: Global Times)

Portugal : l’opérateur Medway commande davantage de matériel roulant – L’opérateur privé de fret Medway va investir 93 millions € dans l’acquisition de 16 nouvelles locomotives électriques Stadler et 113 wagons Tatravagónka dans le cadre d’un marché soutenu par la Banque européenne d’investissement (BEI). La signature du contrat a été marquée par une cérémonie au quai de Santo Amaro à Lisbonne le 19 novembre, en présence du ministre portugais des Infrastructures et du Logement, Pedro Nuno Santos. Medway a commandé 16 locomotives électriques à six essieux Euro6000 au constructeur Stadler d’Albuixech à Valence. D’une puissance continue de 6 MW et d’une vitesse maximale de 160 km/h, les locos bi-système à voie 1 668 mm pourront fonctionner sous alimentations 3 kV DC ou 25 kV 50 Hz. Pesant 121 tonnes, elles sont destinées à transporter des trains de marchandises plus longs et plus lourds au Portugal et en Espagne, y compris les services transfrontaliers. Les Euro6000 sont des machines entièrement électriques. Les 113 wagons porte-conteneurs de 80 pieds sont quant à eux fabriqués par Tatravagónka en Slovaquie et sont destinés au transport intermodal, qui est la première activité de Medway au Portugal et en Espagne. Medway dispose aussi d’une filiale en Italie.
(Source: Railway Gazette)

Le fret ferroviaire entre la Chine et l’Europe augmente, mais les tensions frontalières suscitent de rechercher d’autres routes – Selon China Railway, entre janvier et octobre, 12.605 voyages en train ont été effectués, transportant 1,22 million d’EVP, soit une augmentation de 26 % et 33 % respectivement par rapport à l’année précédente, dépassant ainsi les 1,14 million d’EVP de 2020. L’opérateur ferroviaire a noté qu’il y avait proportionnellement plus de voyages aller-retour au cours des 10 premiers mois que l’année dernière, les services entrants représentant 81 % des services sortants. Le nombre de nouveaux services a également augmenté, représentant 35 % de l’ensemble des voyages, contre 20 % au cours du premier semestre. Si le fret ferroviaire a bénéficié d’une explosion des volumes dans un contexte de problèmes de capacité et de congestion dans les transports aérien et maritime, il n’a pas été exempt de problèmes opérationnels. Par exemple, la fréquence plus élevée des trains s’est combinée aux perturbations dues aux politiques de Covid, notamment en Chine, pour créer de longs retards aux principaux postes frontières et aux plateformes de transbordement au Kazakhstan. Si l’on y ajoute les goulets d’étranglement des infrastructures en Europe, comme à Malaszewicze en Pologne, les trajets ferroviaires sont passés de 14-16 jours à 30 jours au début de l’année. Des tensions diplomatiques ont également plané sur le fret ferroviaire, la Chine ayant, selon la rumeur, menacé de suspendre les trains traversant la Lituanie en raison d’une prise de bec avec le pays au sujet de Taïwan, mais aussi entre la Biélorussie et l’UE.
(Source : The loadstar)

Technologie
Chemin de fer : plus de technologie et moins de procédures – L’impression que parfois le rail est en retard technologique par rapport à ses concurrents ? Il y a des innovations qui permettent d’être moins procédurier et d’aller de l’avant. Il existe une tendance « naturelle » à considérer la technologie ferroviaire comme arriérée, consanguine et à la fois résistante et lente à adopter les innovations des autres industries. En réalité, au-delà de la technologie, le rail doit aussi faire un saut qualitatif en éliminant cette tendance à étouffer le progrès par une montagne de procédures, mettant parfois en péril les attentes que l’on attendait d’une innovation. Il est clair que le chemin de fer évolue en ordre dispersé et n’a pas toujours des ressources dont disposent l’aviation et l’automobile. Le fait d’être un transport utilisant en partie l’énergie verte (l’électricité) et d’être un transport guidé (charges lourdes, grande vitesse), milite pour qu’on donne au transport ferroviaire une priorité majeure. On trouve cependant des raisons d’espérer. Une première avancée nous vient par exemple de l’Agence ferroviaire de l’Union européenne (ERA), qui est désormais l’organisme de certification unique de l’Europe pour l’autorisation des véhicules, la certification de sécurité et l’approbation ERTMS au sol, en remplacement des anciennes agences de certification nationales de l’UE. Mais il y aussi d’autres exemples comme le téléchargement d’un système de signalisation à bord d’une locomotive ou la recherche d’un ETCS régional moins cher.
(Source: Mediarail.be)

Prochaine livraison : le 08 décembre 2021

>>> Retrouvez toutes nos infos et analyses
Souscrivez par mail pour être tenu informé des derniers développements ferroviaires

Publié par

Frédéric de Kemmeter

Cliquez sur la photo pour LinkedIn Analyste ferroviaire & Mobilité - Rédacteur freelance - Observateur ferroviaire depuis plus de 30 ans. Comment le chemin de fer évolue-t-il ? Ouvrons les yeux sur des réalités plus complexes que des slogans faciles http://mediarail.be/index.htm