La semaine de Rail Europe News – Newsletter 060

Du 19 au 25 janvier 2022

Par Frédéric de Kemmeter – Signalisation ferroviaire et rédacteur freelance – Inscrivez-vous au blog
26/01/2022

🟧 Nos brèves quotidiennes 🟧 Notre lexique ferroviaire 🟧 Nos newsletters 🟧 Nos fiches thématiques

Trafic grande ligne
Tchéquie : RegioJet construira son propre dépôt – RegioJet avait acquit il y a deux ans une zone à l’est de la zone industrielle de Dolní Měcholupy pour un nouveau dépôt qui sera accessible depuis la gare de Prague-Hostivař. « L’objectif principal du plan est de créer des installations pour l’entretien et la réparation du matériel roulant de Regiojet », explique l’opérateur privé. RegioJet prévoit plusieurs types de réparations et de maintenance dans la région. Environ 70 % de la capacité doit être couverte par des travaux d’entretien des véhicules d’une durée de 1 à 2 jours, le reste pour des réparations plus longues. Le car-wash, l’atelier de peinture et la fosse de visite sont inclus. Le nouveau dépôt doit être construit sur environ 6 hectares de terrain, la zone bâtie des halls et des bâtiments étant de 12.250 mètres carrés. La capacité de l’atelier de maintenance permettra 8 opérations en 24h, c’est à dire 4 le jour et 4 la nuit. Avec la construction du dépôt, il devrait y avoir un total de dix voies dans la zone. Le complexe devrait également comprendre des logements pour les employés du dépôt, qui accueillera jusqu’à 230 collaborateurs. Jusqu’à présent, RegioJet possède les connaissances techniques nécessaires pour l’entretien et les réparations à Zličín, où les véhicules doivent être transférrés relativement difficilement depuis Smíchov, tandis que l’entretien des locomotives se fait dans des entreprises externes. RegioJet doit quitter son actuelle base de Smíchov en raison de projets de développement prévus par la ville de Prague.
(Source : zdopravy.cz)

Espagne : la Renfe lance 4 aller-retour en Avlo entre Madrid et Valence – À partir du 21 février 2022, il sera possible de voyager entre Madrid et Valence avec le train low cost Avlo, le service à bas prix de Renfe, à raison de trois aller-retour quotidiens, offrant 2.200 sièges par jour. Bien qu’un des deux trains – un pour chaque direction – soient directs, les quatre autres trains Avlo s’arrêteront aux gares de Cuenca Fernando Zóbel et Requena-Utiel, conformément à ce que l’opérateur a également indiqué dans un communiqué. Le premier train quittera la gare de Madrid-Puerta de Atocha à 06h30 et arrivera à Valencia-Joaquín Sorolla à 08h23. Dans le sens inverse, le premier service partira de la gare de Valence à 09:28 et arrivera à Madrid à 11:20. À partir de jeudi, le prix des billets commencera à sept euros et les billets seront vendus en une seule classe grâce à un système dynamique qui offre le meilleur prix disponible à tout moment pour le trajet demandé. En plus du prix de base, le client peut ajouter des services supplémentaires, tels que la sélection des sièges, les changements ou les annulations et les bagages supplémentaires. Les trains Avlo ont des protocoles certifiés par Aenor et par SGS, leader mondial de l’inspection, de la vérification, des tests et de la certification, ce qui constitue une garantie supplémentaire pour la clientèle. De cette manière, les trains Avlo et AVE bénéficient d’une double certification en matière d’assainissement et de désinfection, ce qui constitue un élément différentiel de premier plan par rapport à tout autre transport collectif.
(Source : El Confidencial)

Politique ferroviaire régionale
Autriche : 870 millions d’euros en Basse-Autriche – Les ÖBB prévoient un investissement record de 870 millions d’euros en Basse-Autriche et autour de Vienne, pour de meilleures liaisons qui profitent non seulement aux voyageurs longue distance, mais surtout aux navetteurs du quotidien. Les deux tiers des voyageurs ferroviaires voyagent dans la région de l’Est. L’une des nombreuses raisons de se concentrer sur l’expansion de l’infrastructure ferroviaire à Vienne, en Basse-Autriche et au Burgenland. Un accent particulier est mis sur la région de l’Est. Avec 870 millions d’euros, l’expansion ici sera poussée à tous les niveaux l’année prochaine. Du S-Bahn de Vienne aux nombreuses lignes ferroviaires de toutes les régions de Basse-Autriche en passant par la nouvelle planification dans le Burgenland. « Cela rendra les voyages en train encore plus respectueux du climat, plus confortables et plus faciles », explique Andreas Matthä, CEO d’ÖBB-Holding. Parmi les projets, la mise à double voie et l’électrification de la ligne Vienne-Bratislava. Mais aussi la planification d’importants projets d’investissement dans les lignes ferroviaires existantes et nouvelles du Burgenland ainsi que l’élargissement de l’offre Park&Ride comme par exemple à Wiener Neustadt, avec un nouveau parking avec environ 1.000 places.
(Source : Railtech.be)

Allemagne : Transmashholding, le russe qui se lance dans la maintenance en Europe – Transmashholding, principal fournisseur ferroviaire en Russie, s’étend en Europe et a comme ambition de développer le marché de la maintenance des automotrices et autorails exploités par les opérateurs dans toute l’Europe. Quelque soit le constructeur. Le constructeur russe souhaitait développer ses activités en Europe en dépit d’un contexte géopolitique souvent difficile, comme chacun sait. En 2018, les actionnaires décidaient de changer la forme juridique de l’entreprise, la holding devenant une société par actions (JSC en russe). En juin 2020, Transmashholding faisait l’acquisition d’une première installation en Europe, en prenant l’atelier de réparation de wagons de Dunakeszi en Hongrie. L’entreprise a alors recherché d’autres marchés et a travaillé attentivement pour voir comment le marché se développait en Europe centrale. En 2020, TMH a signé son premier contrat en Allemagne pour entretenir deux nouvelles grandes flottes d’automotrices régionales pour GoAhead en Bavière, qui seront entretenues dans une nouvelle installation près d’Augbourg. Cet article en donne les détails.
(Source : Mediarail.be)

Énergie
Allemagne : Alstom et Deutsche Bahn testent le premier train à batterie en service voyageurs – Alstom et la Deutsche Bahn (DB), en coopération avec les Länder du Bade-Wurtemberg et de Bavière, ouvrent un nouveau chapitre de l’exploitation ferroviaire. Les essais d’automotrices électriques à batterie (BEMU) avec une première rame à batterie entièrement homologuée d’Alstom, débutent cette semaine. La DB exploite le type de véhicule à faibles émissions avec sa filiale de transport régional DB Regio. À partir du 24 janvier, les tests auront lieu avec des clients ferroviaires ordianires du Bade-Wurtemberg et à partir du 5 février également en Bavière. L’opération de test se poursuivra jusqu’au début du mois de mai 2022. « Les moteurs alternatifs sont l’avenir de la mobilité. Grâce à nos solutions complètes, nous permettons un transport ferroviaire durable en Allemagne », explique Müslüm Yakisan, président de la région DACH chez Alstom . « Nous travaillons ensemble depuis 2016 sur une technologie de batterie efficace et rentable pour combler les lacunes non électrifiées du réseau ferroviaire allemand. Le test en exploitation passagers nous fournira des données pratiques importantes et montrera que notre train à batterie offre cette solution.
(Source : Railtech.be)

Trafic fret
Italie/Europe : ça roule pour l’Interporto de Bologne – Le terminal Bologna Interporto, positionné au nord de l’Italie, a démarré l’année avec dynamisme en lançant de nouvelles liaisons intermodales avec l’Europe du Nord. Les destinations comprennent les terminaux portuaires Zeebrugge Cobelfret et Rostock. Les services se concentrent sur le transport de P400 et impliquent deux acteurs intermodaux majeurs. La liaison Bologne-Zeebrugge Cobelfert a débuté le 11 janvier, proposant trois allers-retours par semaine et se concentrant principalement sur le transport de semi-remorques, dont des P400. Il s’agit de la deuxième connexion lancée entre les deux destinations, la première commençant en 2019. La liaison Bologne-Rostock a débuté un peu plus tard, le 19 janvier. Elle a des caractéristiques similaires à celle de Zeebrugge. Elle propose également trois allers-retours hebdomadaires principalement centrés sur le transport de remorques P400. Le logisticien LKW Walter est le principal client du service.
(Source : Railfreight.com)
>>> À lire : L’Interporto, un outil pour créer les conditions du transfert modal
>>> À lire : Comment une région peut dynamiser une économie favorable au train. L’exemple du nord italien

Allemagne : DB Cargo veut remplacer ses locomotives diesel par des bimodes – Les locomotives bimodes peuvent basculer entre la traction diesel conventionnelle et la traction électrique et peuvent donc être utilisées à la fois sur des tronçons de voie électrifiés et sur des embranchements sans caténaires. La Deutsche Bahn a commandé quelques centaines de locomotives. Vossloh Locomotives, Siemens Mobility et Toshiba seront les partenaires de l’entreprise pour la fourniture de ce nouveau parc. Les 150 premières machines doivent être livrées dans l’année à venir. De cette manière, le parc de locomotives peut également être réduit, car une locomotive bimode ne doit pas être constamment remplacée lorsque le profil de l’itinéraire change. « Grâce aux développements techniques, même les charges les plus lourdes peuvent désormais être déplacées sur le dernier kilomètre ou lors d’opérations de manœuvre »,a déclaré le nouveau commissaire du gouvernement fédéral aux chemins de fer, Michael Theurer. De plus, le chemin de fer s’appuie sur des locomotives de manœuvre hybrides dans lesquelles la traction diesel est soutenue par un moteur électrique. 50 locomotives de ce type doivent être livrées aux chemins de fer à partir de 2024. Selon la DB, environ 900 locomotives diesel de types plus anciens sont actuellement utilisées en Allemagne. Ils doivent être remplacés par des propulsions alternatives à moyen terme dans les 10 à 20 prochaines années.
(Source : Schiene.de)

Technologies
États-Unis : Des anciens de Space X veulent construire des wagons autonomes – Après la société américaine Intramotev Autonomous Rail, ce sont maintenant trois anciens ingénieurs de SpaceX qui s’associent pour construire des wagons de train de marchandises autonomes et alimentés par batterie. Le trio est composé du PDG Matt Soule et des co-fondateurs Ben Stabler et John Howard. Ils ont nommé leur nouvelle startup Parallel Systems, basée à Los Angeles. Elle a déjà levé 50 millions de dollars lors d’un cycle de financement de série A. Dans une interview avec Design Boom, Matt Soule a déclaré : « Notre modèle commercial consiste à donner aux chemins de fer les outils nécessaires pour transférer une partie des 700 milliards de dollars de l’industrie routière américaine vers le rail. Le système parallèle peut également aider à atténuer la crise de la chaîne d’approvisionnement. en permettant un transport régulier et à faible coût du fret à l’entrée et à la sortie des ports. » Dans les faits, le système serait composé de bogies électriques autonomes, qui fonctionnent par paires pour transporter des conteneurs maritimes standard. Un conteneur reposerait donc sur deux de ces bogies autonomes, simulant ainsi un wagon mais sans chassis support. Ces « paires » pourraient alors se regrouper et former des « pelotons », autrement dit des trains. Parallel développe un logiciel qui permet à ses véhicules et pelotons de s’intégrer en toute sécurité aux opérations ferroviaires existantes afin que tous les trains de marchandises et de transit interagissent.
(Source : Business Insider)
>>> À lire aussi : USA : une startup veut promouvoir le wagon de marchandise autonome
>>> Voir le site de Parallel System

Espagne : Appel d’offre pour améliorer la technologie de changement d’écartement des essieux – Il s’agit ici du domaine du fret. Dans le but d’améliorer la compétitivité du fret ferroviaire entrant et sortant d’Espagne, qui nécessite un changement d’écartement des voies entre 1668 mm et 1435 mm, le gestionnaire d’infrastructure ADIF a lancé un appel d’offres pour le développement de deux installations innovantes de changement d’écartement et d’essieux améliorés de changement d’écartement pour les wagons de marchandises. Ces deux projets font partie du projet Mercave de développement de systèmes automatiques de changement d’écartement pour le trafic ferroviaire de marchandises, financé à 64 % par le Fonds européen de développement régional. L’objectif est de développer des versions plus avancées d’un dispositif de changement de gabarit qui a été installé sur la base de maintenance de l’ADIF à La Gineta, au nord-ouest d’Albacete. Ce dispositif faisait partie d’un contrat de développement de la technologie des essieux à écartement variable attribué à TRIA et Azvi en 2015.
(Source : Railway Gazette)

Prochaine livraison : le 02 février 2022

>>> Retrouvez toutes nos infos et analyses
Souscrivez par mail pour être tenu informé des derniers développements ferroviaires

Publié par

Frédéric de Kemmeter

Cliquez sur la photo pour LinkedIn Analyste ferroviaire & Mobilité - Rédacteur freelance - Observateur ferroviaire depuis plus de 30 ans. Comment le chemin de fer évolue-t-il ? Ouvrons les yeux sur des réalités plus complexes que des slogans faciles http://mediarail.be/index.htm