Les chroniques ferroviaires de Mediarail.be

Accueil » Posts tagged 'UN Ro-Ro'

Archives de Tag: UN Ro-Ro

Trieste harbour : an example of intermodal transport

(version en français)

The port of Trieste is not so far from the border with Slovenia. As such, it has had a strategic position from the 18th century onward, when it was occupied from the Venetian Republic by the Austrian Empire. At first, it was not destined to become a gateway to central and northern Europe, a good third of the continent of Europe. This rise in strength of the fourteenth European port – the first port of Italy – shows a strong dynamism. The Republicca masterfully described in 2001 the political culture of this corner of Italy: « What is happening at the port of Maria Theresa of Austria? (…) Strange city of Trieste. It is on the margins of the economy and the national system, and when public affairs are at stake, [there are] plenty of industrialists (…) Trieste is another thing. Right and left mobilize the lords of the economy, mobilize the masters of small empires. » Since the fall of the Iron Curtain and the dramatic end of Yugoslavia, the newspaper observed a new climate of openness with Slovenia and Friuli’s cousins, a takeoff of tourism, the landing of private entrepreneurs, the rescue or the creation of two thousand workplaces for an income of one hundred billion lire per year. « Today, the small Trieste takes quotas, becomes an object of desire, starts to make children again, takes the first place in Italy as GDP growth per capita.” In a nutshell, a vast public / private movement that went back to a once-promised city of decline.

Trieste, a tax haven?
Not really. The free port of Trieste was created by the Austrian Emperor Charles VI in 1719. The Paris Peace Treaty of 1947 and the London Memorandum of 1954 maintained the legal and fiscal regime of the free port of Trieste, thus giving it a status extraterritorial. Since then, customers can benefit from special conditions for import, export, transit, customs procedures and tax treatment. Porto Franco or Port Libre has 5 « free ports » (Punto Franco Vecchio, Punto Franco Nuovo, Punto Franco Scalo Legnami, Punto Franco Oli Minerali and Punto Franco Industriali). In July 2017, a government decree regulated the port as a free zone coordinated by the port authority.

Maritime consolidation
Trieste is at the intersection of the TEN-T Adriatic-Baltic and Mediterranean corridors. Thanks to its naturally deep sea floor (18 m), it can host ocean liners from the Far East, and it has railway links to all of Europe. As such, it is the natural European terminal for the Maritime Silk Road initiative, which include Turkey.

A profitable commercial policy
Our goal is to build the largest intermodal hub in Europe in Trieste’. These 2017 declarations are not those of the Port Authority, but of Sedat Gumusoglu, the CEO of UN Ro-Ro, a large Turkish maritime operator, which operates its ro-ro ships throughout the Mediterranean. (Photo). Yes, it’s a Turk who gives us a lesson in ecological intermodal transport. Gumusoglu points out that half of Turkish commercial traffic is destined for Europe and more particularly for Germany, Austria, France, Italy, Benelux and the United Kingdom. « When we build this intermodal hub, we will add new rail lines. Today, 50% of the traffic that we manage with our ships [Ed: to Europe] is by road and the remaining 50% by rail. With our services, our goal is to further reduce road trips by 50% and to make the rail to operate a greener, faster and more efficient transport « . So go to a 25% fork on the road – 75% on rail.

In April 2018, the Danish shipping group DFDS – another ro-ro giant in the North Sea – signed an agreement to acquire 98.8% of the shares of the Turkish shipping company UN Ro-Ro. The Turkish company operates five routes linking Turkey to Italy and France (Toulon). It now operates 12 ro-ro ships (120 meters long) and employs 500 people. UN Ro-Ro / DFDS is the first Turkish ship owner to build the motorways of the sea between Turkey and Trieste. The change of ownership does not jeopardize this network, far from it. UN Ro-Ro maintains close cooperation with rail operators, offers intermodal transport to and from EU ports and key markets. However, a good part of the cargo is destined for the ports of the Baltic, the same ones where is implanted …. DFDS.

The audacity of entrepreneurs
Other benefits of the free port include simplified transit for commercial vehicles directed abroad, and vehicle tax exemption for international vehicles. Hence the strong expansion of Ro-Ro traffic (Roll on – Roll off), the ferry system that embarks and unloads trucks. Freight forwarders – also Turkish – then largely benefited from Ro-Ro services, starting with logisticians Ekol and Mars. UN Ro-ro, now under DFDS banner, has been a major player in the development of the intermodal industry, even causing traffic shifts back to the Italian port to reach Turkey, rather than through Romania and Bulgaria.

Ekol Logistics has started operating its own Ro-Ro service on Trieste. This company – supported by the local partner Parisi – has strengthened its position by launching its Ro-Ro service via Alternative Transport Line and now has the largest number of semi-trailers on the Turkey-Europe line, carrying more than 50,000 units intermodal network. In 2012, another Turkish, Mars Lojistik, started a tri-weekly train between Trieste and Bettembourg in the Grand Duchy. ‘This new train allows MARS Logistics to develop its activities in Europe. By consolidating our freight flows on a shuttle train from Trieste to Bettembourg, we are increasing the efficiency of our distribution in Europe while reducing CO2 emissions.‘  Said Garip Sahillioglu, CEO of MARS Logistics.

The role of Europe
We must also look behind the scenes: it is Europe, so much criticized, which is at the base of this dynamism. The Mars train was co-financed by the European Marco Polo program. Thanks to various aids, both Ekol and Mars, and other freight forwarders, were able to rely on the Ro-Ro services linking Trieste to Turkey.

Many rail carriers
With its free port status and the various aids available, Trieste has a network of intermodal trains that any port could dream of. The big port remains a privileged door for Turkish traffic in Europe: the Ro-Ro segment continues to grow with 314,705 vehicles in 2017. The port director, Zeno D’Agostino, does not hesitate to affirm that the element that makes Trieste « unique on the Italian scene » is the presence of different players in the railway market. In addition to the FS group, major private Italian railway companies (CFI and Inrail) and some owners (Rail Cargo Carrier Italy, Rail Traction Company, CapTrain Italy), owned by major European operators (Rail Cargo Austria, DB Schenker, SNCF) , are also active. The fundamental role of Adriafer (100% owned by the Giulian AdSP) should not be underestimated. Since July 2017, this operator has obtained the certification enabling it to operate on the complete rail network and no longer solely as a port operator.

Among the major operators, Rail Cargo Austria holds a 28% share of the market. Back to the old empire of Austria? Not really, but the fact remains that the ÖBB freight subsidiary, which is commercially aggressive, has just opened a permanent office in the Italian port.

The multiplication of operators – unlike the state monopoly – has resulted in large traffic and direct relationships. The extensive Trieste internal rail network (70 km of track) makes it possible to serve all quays by rail, with the possibility of assembling freight trains directly to various terminals and to be connected to the national and international network. 8,680 trains used the port in 2017. In the first quarter of 2018, the port was already handling 4,816 freight trains, an increase of 18% compared to the same quarter of last year. The port authority estimates that 10,000 trains will be registered for 2018, almost twice as many as in 2016 (5,600 trains).

Toward the North, it is the private company Ekol which « created » a direct traffic, thanks to its trains Trieste-Kiel (DE) to join Scandinavia, and the Trieste-Zeebrugge (BE) for the road to the Britain. Ekol Logistics significantly increased its rail freight capacity at the port of Trieste in 2016 after acquiring 65% of Europa Multipurpose Terminals. Ekol, which currently provides services to Turkish and Greek destinations, expects to add countries such as Israel and Egypt to its portfolio in the coming years.

Hungary is becoming Trieste’s first reference market, as for its Port’s railway container traffic. The link with Budapest was established in 2015 and it originally included two round-trips per week, leaving Trieste Marine Terminal in the early afternoon to reach Budapest-Mahart at 10 a.m. the following day. Since then, it has rapidly enjoyed a boom quickly leading to four – now seven – pairs of trains per week. The German operator Kombiverkehr has transferred its trains to Trieste, in correspondence with Munich, Ludwigshafen, Cologne, Duisburg, Hamburg and Leipzig. Today, Kombiverkehr probably manages the most trains coming from Trieste. Rail Cargo Austria has also developed its « Julia » network to five Austrian destinations and is successfully cooperating in Italy with companies such as Alpe Adria SpA, TO Delta and UN Ro-Ro.

The other advantage is that Trieste has access over 500 km to a large consumption area favoring mass consumption: Milan, Verona, Bologna, Munich / Salzburg, Vienna, Graz, Budapest, Ljubljana, all this very active Europe is at a stone’s throw from the Italian port.

Faraway lands
The key maritime player of containers traffic today is the giant MSC, world second. If the main hub of the Geneva-based company is Antwerp, the « Phoenix » route calls Trieste (as well as neighboring Koper), to reach distant destinations in Asia, such as Tanjung Pelapas (Malaysia), Vung Tau (Viet-Nam) as well as Shekou, Yantian or Shanghai (China). The container flow is impressive and also uses the train. For example, a shuttle train « MSC Graz-Trieste Runner », operated in partnership with Cargo Center Graz (Rail Cargo Austria, ÖBB subsidiary), provides weekly service to Werndorf, Austria, which demonstrates that combined transport is possible on short distances.

The program has been precisely coordinated with MSC’s Phoenix long-haul line service to ensure optimal timing for intercontinental freight delivery, as well as other ocean freight services making direct calls to Trieste. MSC is working with one of its key customers, Lidl, a key partner in the region, to design a tailor-made transport solution for containers from Asia to the logistics center in Lidl Austria near Graz.

Strong growth
All of the above shows the growth of traffic in 2017, as evidenced by some remarkable figures: the containers handled reached 616,156 TEU (+ 26.7%). If we add the traffic of semi-trailers and swap bodies, the total global traffic will have been 1.314 953 TEUs (+ 13.5%), of which 314.705 trucks (+ 3.99%) on the only Turkish sea route, while that trains accounted for an increase of + 13.8% compared to 2016. The total number of trains carrying only Turkish exports through Trieste exceeds 60 trains per week (approximately 1,800 semi-trailers and containers).

The port manager, Zeno D’Agostino, is very satisfied: ‘It is very positive in quantitative terms, but above all qualitative. Just look at the number of full containers on the total processed: 89%. (…) this is an exemplary data compared to the normal performance of a container terminal. In Trieste, not only are the flow of containers growing, but they are developing in a healthy way: they are goods passing here, not empty boxes.’

We can conclude with this approach of the port management, concerning growth, reported by the website Espo: ‘We believe that the performance of a port cannot be measured solely in terms of TEUs or tonnage. A modern port should also be evaluated in terms of its train handling and rail links. Furthermore, we believe that measuring performance should also take into account the port’s ability to create value for the local area. In two years, we hired over 220 people. For us, human resources – our port workers – come before numbers. These are our core values: not so much how many more TEUs we transport, but the jobs generated by the port in the local area.

Beautiful conclusion …

Références

Adriaport

ESPO – Le port de Trieste (2017, en anglais)

Rail origins and destinations to/from Trieste

Trieste, porto intermodale che fa della ferrovia un punto di forza

Trieste regge bene all’urto dell’ambizioso traffico intermodale turco

Publicités

Le port de Trieste, champion du report modal

(english version)

Le port de Trieste n’est pas très loin de la frontière avec la Slovénie. En tant que tel, il occupe une position stratégique depuis le XVIIIe siècle, date à laquelle il fut occupé par l’empire autrichien. À priori, rien ne le destinait à devenir une porte d’entrée de l’Europe centrale et du Nord, soit un bon tiers du continent européen. Cette montée en force du quatorzième port européen – premier port d’Italie -, démontre un dynamisme fort. La Republicca décrivait  magistralement en 2001 la culture politique de ce coin d’Italie : « Que se passe-t-il au port de Marie-Thérèse d’Autriche? (…) Etrange ville de Trieste. Elle est en marge de l’économie et du système national, et quand les affaires publiques sont en jeu, [on y trouve] plein d’industriels (…) Trieste est une autre chose. Droite et gauche mobilisent les seigneurs de l’économie, mobilisent les maîtres de petits empires. » Depuis la chute du rideau de fer et la fin dramatique de la Yougoslavie, le journal observait un nouveau climat d’ouverture avec la Slovénie et les cousins ​​du Frioul, un décollage du tourisme, le débarquement d’entrepreneurs privés, le sauvetage ou la création de deux mille sièges de travail pour un revenu de cent milliards (de lires) par an. « Aujourd’hui, la petite Trieste reprend des quotas, devient un objet de désir, recommence à faire des enfants, prend la première place en Italie en tant que croissance du PIB par habitant. » En un mot, un vaste mouvement public/privé qui a remonté une ville promise autrefois au déclin.

Trieste, un paradis fiscal ?
Pas vraiment. Le port franc de Trieste fut créé par l’empereur autrichien Charles VI en 1719. Le traité de paix de Paris de 1947 et le mémorandum de Londres de 1954 ont maintenu le régime juridique et fiscal du port franc de Trieste, lui conférant ainsi un statut extraterritorial particulier. Depuis lors, les clients peuvent bénéficier de conditions spéciales pour les opérations d’importation, d’exportation, de transit, de procédures douanières et de régime fiscal. Le Porto Franco ou Port Libre dispose de 5 «ports gratuits» (Punto Franco Vecchio, Punto Franco Nuovo, Punto Franco Scalo Legnami, Punto Franco Oli Minerali et Punto Franco Industriali). En juillet 2017, un décret gouvernemental a régularisé le port en tant que zone franche coordonnée par l’autorité portuaire.

Consolidation maritime
Trieste se situe à l’intersection des corridors TEN-T Adriatic-Baltic et Mediterranean. Grâce à ses fonds marins naturellement profonds (18 m), il peut accueillir des paquebots de l’Extrême-Orient et dispose de liaisons ferroviaires vers toute l’Europe. En tant que tel, Trieste devient terminal européen naturel de l’initiative chinoise de la Route de la Soie, qui inclut aussi la Turquie.

Une politique payante
« Notre objectif est de construire le plus grand hub intermodal d’Europe à Trieste ». Ces déclarations de 2017 ne sont pas celles de l’Autorité portuaire, mais de Sedat Gumusoglu, le PDG de UN Ro-Ro (prononcez « oune ro ro »), un gros opérateur maritime turc, qui exploite ses navires rouliers sur toute la Méditerranée (photo). Oui, c’est un turc qui nous donne une leçon magistrale de transport intermodal écologique. Gumusoglu souligne que la moitié du trafic commercial turc est destiné à l’Europe et plus particulièrement à l’Allemagne, l’Autriche, la France, l’Italie, le Benelux et le Royaume-Uni. « Lorsque nous construirons ce hub intermodal, nous ajouterons de nouvelles lignes ferroviaires. Aujourd’hui, 50% du trafic que nous gérons avec nos navires [Ndlr : vers l’Europe] se fait par route et les 50% restants par chemin de fer. Avec nos services, notre objectif est d’encore réduire les trajets routiers de 50% et de faire du ferroviaire pour exploiter un transport plus écologique, plus rapide et plus efficace ». Donc, de partir vers une fourchette 25% sur route – 75% sur rail.

En avril 2018, le groupe maritime danois DFDS – un autre géant du roulier en Mer du Nord -, a signé un accord pour acquérir 98,8 % des actions de la compagnie maritime turque UN Ro-Ro. La compagnie turque opère cinq routes reliant la Turquie à l’Italie et la France (Toulon). Elle exploite aujourd’hui 12 navires rouliers (d’une longueur de 120 mètres) et emploie 500 personnes. UN Ro-Ro/DFDS est le premier armateur turc à avoir réaliser les autoroutes de la mer entre la Turquie et Trieste. Le changement de propriétaire ne met pas en péril ce réseau, loin s’en faut. UN Ro-Ro entretient une coopération étroite avec les opérateurs ferroviaires, propose du transport intermodal à destination et en provenance des ports et des marchés-clés de l’UE. Or, une bonne partie des cargaisons sont destinées aux ports de la Baltique, ceux-là même où est implantée…. DFDS. La boucle est bouclée.

L’audace des entrepreneurs
Parmi les avantages du port franc, il y a le transit simplifié pour les véhicules utilitaires dirigés à l’étranger et l’exonération fiscale des véhicules internationaux. D’où la forte expansion du trafic Ro-Ro (en anglais Roll on – Roll off), soit le système du ferry qui embarque et débarque des camions. Des transitaires – turcs également – on alors largement profité des services Ro-Ro, à commencer par Ekol et Mars. UN Ro-ro, désormais sous bannière DFDS, a été un acteur majeur du développement de l’industrie intermodale, provoquant même des reports de trafic sur le port italien pour rejoindre la Turquie, plutôt que par la Roumanie et la Bulgarie.

Ekol Logistics avait commencé à exploiter son propre service navire roulier sur Trieste. Cette société – soutenu par le partenaire local Parisi – a renforcé sa position en lançant son service Ro-Ro via la société Alternative Transport Line et compte aujourd’hui le plus grand nombre de semi-remorques sur la ligne Turquie-Europe, transportant plus de 50.000 unités sur son réseau intermodal. En 2012, un autre turc, Mars Lojistik, mettait en route un train tri-hebdomadaire entre Trieste et Bettembourg, au Grand-Duché. « Ce nouveau train permet à MARS Logistics de développer ses activités en Europe. En consolidant nos flux de marchandises dans un train navette de Trieste à Bettembourg, nous augmentons l’efficacité de notre distribution en Europe, tout en réduisant les émissions de CO2. » relatait Garip Sahillioglu, CEO de MARS Logistics.

L’Europe aussi à la barre…
Il faut aussi voir l’envers du décor : c’est l’Europe, tant décriée par certains cassandres, qui est à la base de ce dynamisme. Le train de Mars était en effet cofinancé par le programme européen Marco-Polo. Grâce à différentes aides, tant Ekol que Mars, et d’autres transitaires, ont pu s’appuyer sur les services Ro-Ro reliant Trieste à la Turquie.

De nombreux transporteurs ferroviaires
Avec son statut de port franc et les différentes aides disponibles, Trieste dispose d’un réseau de trains intermodaux dont n’importe quel port pourrait rêver. Le grand port reste une porte privilégiée pour le trafic turc en Europe : le segment Ro-Ro continue de croître avec 314.705 véhicules en 2017. Le directeur du port, Zeno D’Agostino, n’hésite pas à affirmer que l’élément qui rend Trieste « unique sur la scène italienne » est la présence de différents acteurs du marché ferroviaire. Outre le groupe FS, d’importantes sociétés ferroviaires italiennes privées (CFI et Inrail) et certains tractionnaires (Rail Cargo Carrier Italie, Rail Traction Company, CapTrain Italie), détenus par de grands opérateurs européens (Rail Cargo Austria, DB Schenker, SNCF), sont également actifs. Il ne faut non plus sous-estimer le rôle fondamental d’Adriafer (détenu à 100% par le Giulian AdSP), « depuis juillet 2017, cet opérateur a obtenu la certification lui permettant de fonctionner sur le réseau ferré complet et non plus uniquement en tant qu’opérateur portuaire ».

Parmi les grands opérateurs, Rail Cargo Austria détient 28% de part de marché. Retour à l’ancien empire ? Pas vraiment, mais toujours est-il que la filiale fret des ÖBB, très offensive, vient d’ouvrir un bureau permanent dans le grand port italien.

La multiplication des opérateurs – à l’inverse du monopole étatique -, s’est traduit par de gros trafics et des relations directes. Le vaste réseau ferroviaire interne de Trieste (70 km de voies) permet de desservir tous les quais par voie ferrée, avec la possibilité d’assembler des trains de fret directement à divers terminaux et d’être connecté au réseau national et international. 8.680 trains ont fréquenté le port en 2017. Au premier semestre de 2018, le port traitait déjà 4.816 trains de marchandises, soit une hausse de 18% par rapport au même semestre de l’année dernière. L’administration portuaire estime que 10.000 trains seront enregistrés pour 2018, soit un nombre presque deux fois supérieur à celui de 2016 (5.600 trains).

En direction du Nord, c’est l’entreprise privée Ekol qui a « créé » un trafic direct, grâce à ses trains Trieste-Kiel (DE) pour rejoindre la Scandinavie, et les Trieste-Zeebrugge (BE) pour la route vers la Grande-Bretagne. Ekol Logistics a augmenté de manière significative sa capacité de fret ferroviaire au port de Trieste en 2016 après avoir acquis 65% de Europa Multipurpose Terminals. Ekol, qui fournit des services aux destinations turques et grecques, devrait ajouter des pays comme Israël et l’Égypte à son portefeuille au cours des prochaines années.

Le trafic a aussi augmenté de façon exponentielle avec la Hongrie. Ce pays est en train de devenir le premier marché de référence de Trieste, comme pour le trafic ferroviaire de conteneurs de son port. La liaison avec Budapest a été établie en 2015 et comprenait à l’origine deux allers-retours par semaine. Le train quittait le terminal maritime de Trieste en début d’après-midi pour rejoindre Budapest-Mahart à 10 heures le lendemain. Depuis lors, il a connu un essor rapide menant à quatre – et maintenant sept trains par semaine. L’opérateur allemand Kombiverkehr a transféré ses trains sur Trieste, en correspondance avec Munich, Ludwigshafen, Cologne, Duisbourg, Hambourg et Leipzig. Aujourd’hui, Kombiverkehr gère probablement le plus de trains en provenance de Trieste. Rail Cargo Austria a aussi développé son réseau « Julia » vers cinq destinations autrichiennes et coopère avec succès en Italie avec des entreprises telles que Alpe Adria SpA, TO Delta et UN Ro-Ro.

L’autre avantage est que Trieste a accès sur 500 km à un bassin de consommation important favorisant la grande consommation : Milan, Vérone, Bologne, Munich/Salzbourg, Vienne, Graz, Budapest, Ljubljana, toute cette Europe très active se trouve à un jet de pierre du port italien.

Horizons lointains
L’acteur maritime clé concernant les conteneurs, cette fois, est le géant MSC, deuxième mondial. Si le principal hub de la compagnie genevoise est Anvers, sa route « Phoenix » touche Trieste (ainsi que le voisin Koper), pour rallier les destinations lointaines de l’Asie, telles Tanjung Pelapas (Malaisie), Vung Tau (Viet-Nam) ainsi que Shekou, Yantian ou encore Shanghaï (Chine). Le flux de conteneurs est impressionnant et utilise aussi le train. Ainsi, un train-navette «MSC Graz-Trieste Runner», exploité en partenariat avec le Cargo Center Graz (Rail Cargo Austria, filiale ÖBB), assure un service hebdomadaire vers Werndorf, en Autriche, démontrant que le transport combiné est possible sur de courtes distances.

Le programme a été coordonné avec précision avec le service de ligne à grande distance Phoenix de MSC pour assurer un timing optimal pour la livraison du fret intercontinental, ainsi que d’autres services de fret maritime effectuant des appels directs à Trieste. MSC collabore avec l’un de ses grands clients, Lidl, qui est un partenaire clé dans la région, pour concevoir une solution de transport sur mesure pour les conteneurs venant d’Asie et destinés au centre logistique de Lidl, près de Graz.

Des chiffres à la hausse
Tout ce qui précède démontre la croissance du trafic en 2017, comme en témoigne quelques chiffres remarquables : les conteneurs manipulés atteignaient de 616.156 EVP (+ 26,7%). Si on additionne le trafic des semi-remorques et des caisses mobiles, le trafic global total aura été de 1.314 953 EVP (+ 13,5%), dont 314.705 camions (+ 3,99%) sur la seule route maritime turque, tandis que les trains comptabilisaient une hausse de + 13,8% par rapport à 2016. Le nombre total de trains acheminant les seules exportations turques par Trieste dépasse les 60 trains par semaine (soit environ 1 800 semi-remorques et conteneurs).

Le directeur du port, Zeno D’Agostino, se montre très satisfait : « c’est très positif en termes quantitatifs, mais surtout qualitatif. Il suffit de regarder le nombre de conteneurs pleins sur le total traité : 89%. (…) il s’agit d’une donnée exemplaire par rapport aux performances normales d’un terminal à conteneurs. À Trieste, non seulement les conteneurs grandissent, mais ils se développent de manière saine : [ce sont] des marchandises qui passent ici, pas des boîtes vides ».

On peut terminer par cette approche de la direction du port, concernant la croissance, et que rapportait le site Espo : « Nous pensons que la performance d’un port ne peut être mesurée uniquement en termes d’EVP ou de tonnage. Un port moderne devrait également être évalué en termes de traitement des trains et de liaisons ferroviaires. En outre, nous pensons que la mesure des performances devrait également prendre en compte la capacité du port à créer de la valeur pour la région. En deux ans, nous avons embauché plus de 220 personnes. Pour nous, les ressources humaines – nos travailleurs portuaires – passent avant les chiffres. Ce sont nos valeurs fondamentales : moins le nombre d’EVP transportés que nous transportons, mais les emplois créés par le port dans la région. »

Belle conclusion…

Références

Adriaport

ESPO – Le port de Trieste (2017, en anglais)

Rail origins and destinations to/from Trieste

Trieste, porto intermodale che fa della ferrovia un punto di forza

Trieste regge bene all’urto dell’ambizioso traffico intermodale turco

%d blogueurs aiment cette page :