Mediarail.be – Rail Europe News

Home » Entreprise » Quand un opérateur local se met à l’entretien de l’infra

Quand un opérateur local se met à l’entretien de l’infra

(photo Rob Dammers_vi license flickr)

Après un projet pilote réussi avec ArcelorMittal, la société privée allemande RheinCargo lance ‘Werks und Industriebahnen’, une division chargée des manœuvres et de l’entretien des petites infrastructures industrielles.

Si les opérations de trains de marchandises en milieu industriel sont le cœur de métier de toute OFP digne de ce nom, plus rares sont ceux qui étendent leurs activités à l’entretien des faisceaux et des voies industrielles de leur clients. C’est ce que va faire RheinCargo, une entreprise ayant deux actionnaires puissants, Häfen et Güterverkehr Köln AG (HGK) et Neuss-Dusseldorf Häfen GmbH & Co. KG (NDH). Ces deux entreprises traditionnelles détiennent chacune 50% de RheinCargo, créée en 2012, qui regroupe sous un même toit les domaines opérationnels de la logistique portuaire, du transport de marchandises par rail et de l’immobilier.

Cette entreprise va cependant bien au-delà d’une OFP : 18 millions de tonnes transportées, 90 locomotives et 700 wagons, pour ne citer que quelques chiffres.

Depuis janvier 2019, RheinCargo fournit des services de manœuvre et des opérations d’infrastructure pour la cokerie Prosper du groupe sidérurgique ArcelorMittal. Vu le succès de l’opération et la demande croissante de tels services, le prestataire de services logistiques a décidé de créer son propre service d’entreprise pour les chemins de fer industriels. « Notre portefeuille déjà bien garni pour le transport local et longue distance sera complété par un segment prometteur », explique Wolfgang Birlin, Managing Director pour les transports ferroviaires.

On fait mieux les choses par soi-même !

La nouvelle division a une justification : « Les grandes entreprises de l’industrie et de la logistique exploitent souvent de vastes réseaux ferroviaires », explique Peter Jabcobs, le patron de la nouvelle division. Et en cas d’incident sur ces voies entretenues souvent de manière minimaliste, les opérations ferroviaires peuvent être interrompues ou fortement retardées, ce qui fait deux perdants : RheinCargo et le client industriel. Comme il faut parfois trop de temps pour amener un entrepreneur qualifié pour les réparations en urgence, RheinCargo préfère dans certains cas faire le travail lui-même, y compris avec l’entretien préventif des installations.

À Bottrop, le contrat comporte la logistique d’approvisionnement de la cokerie Prosper en charbon et l’enlèvement du coke est géré uniquement par le train. Mais aussi un éventail des tâches qui comprend l’exploitation de la voie ferrée dans le port de Bottrop, car une partie du charbon est livrée par navigation intérieure puis transbordée vers la cokerie.

Finalement, le concept ‘Werks und Industriebahnen’ revient à créer une mini-entreprise globale, sans être propriétaire des voies, mais qui dispose d’une agilité que n’ont probablement pas les grands mammouths ferroviaires traditionnels.


Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

L’auteur de ce blog


Frédéric de Kemmeter
Train & signalisation - Observateur ferroviaire depuis plus de 30 ans. Comment le chemin de fer évolue-t-il ? Ouvrons les yeux sur des réalités plus complexes que des slogans faciles

Restez au courant des dernières analyses et news du monde ferroviaire

Photos de Flickr

Suivez-moi sur Twitter

%d bloggers like this: