Les brèves de l’industrie ferroviaire

Par Frédéric de Kemmeter – Signalisation ferroviaire et rédacteur freelance – Inscrivez-vous au blog
🟧 Nos brèves quotidiennes 🟧 Notre lexique ferroviaire 🟧 Nos newsletters 🟧 Nos fiches thématiques

Suède
Une tasse de café en gare si vous voyager en première classe – 21/05/2022 – Au début de l’année, l’opérateur public suédois SJ a essayé d’inclure une tasse de café, de thé ou de chocolat inclus dans l’abonnement mensuel SJ ou un billet simple en 1ère classe sur la ligne Uppsala-Stockholm. Il s’agit d’une offre en gare, pas dans les trains. La réaction des passagers a été si forte que l’essai s’est transformé en offre de service permanente. Concrètement, les détenteurs d’un billet ou d’un abonnement 1ère classe recoivent un SMS avant le voyage avec un code QR à échanger contre une boisson dans n’importe quelle boutique Pressbyrån des gares de Stockholm ou d’Uppsala. Les voyageurs munis d’un abonnement mensuel reçoivent ce code la veille du début de la période de l’abonnement tandis que les voyageurs munis d’un billet simple le recoivent le jour même. « Les SJ s’efforcent constamment de trouver des améliorations et des simplifications pour nos voyageurs. Il est gratifiant de constater ce qu’une tasse de café peut signifier de si important pour l’expérience client », explique Klara Sjölén, responsable produit et concept pour les trains régionaux de SJ.
(Source : communiqué de presse SJ)

Espagne
Quatre entreprises lancent l’association espagnole des opérateurs de passagers – 19/05/2022 – L’opérateur indépendant à grande vitesse Iryo, les chemins de fer régionaux FGC et Euskotren, et l’opérateur historique national RENFE ont uni leurs forces pour lancer une association nationale d’opérateurs de trains de voyageurs. L’Asociación Española de Empresas Ferroviarias de Viajeros vise à fournir un porte-parole unique pour le secteur du transport ferroviaire de voyageurs et à défendre les avantages environnementaux et sociaux du rail. D’autres objectifs incluent la mise en œuvre de changements politiques et législatifs qui soutiendraient le transfert modal de la route et de l’air vers le rail. Les tâches les plus urgentes de l’AEEFV seront de poursuivre les mesures visant à réduire l’impact de la pandémie de coronavirus sur les voyages en train et de résoudre le problème de la hausse des coûts de l’énergie. Sur le marché de la grande vitesse, l’un des objectifs est de voir le barème actuel des redevances d’accès aux voies modifié dans le sens d’un développement de l’achalandage. L’objectif est d’augmenter l’achalandage global à grande vitesse à travers tous les types de services et opérateurs à 50 millions de passagers par an ; ce serait 20 millions de plus que le total transporté au cours des années précédant immédiatement la pandémie.
(Source : Railway Gazette)

Grande-Bretagne
Un programme pour surveiller des milleirs d’essieux chez Network Rail – 17/05/2022 – Network Rail, le gestionnaire du rail britannique, a lancé un nouveau programme de sécurité des trains de fret. Il s’agit de surveiller l’état des essieux en temps réel sur plus de 15.000 locomotives et wagons de fret britanniques. Le projet de deux ans est soutenu par le fonds de 26 millions d’euros du Freight Safety Improvement Portfolio’s (FSIP) de Network Rail. Tout au long de ce programme, 30.000 étiquettes d’identification par radiofréquence (RFID) seront installées sur plus de 15.000 locomotives et wagons de fret. Lorsque les trains équipés passeront devant l’un des 22 lecteurs installés sur le côté de la voie, les informations de chaque essieu seront capturées et envoyées via une technologie basée sur le cloud pour déterminer si des travaux de maintenance sont nécessaires ou pas. Le lancement fait suite à l’annonce récente de Network Rail selon laquelle le financement du FSIP soutiendra le programme Condition of Freight Vehicles on the Network, qui s’attaquera aux retards ferroviaires de fret et aux risques de sécurité. Le nouveau programme de sécurité a été bien accueilli par les sociétés d’exploitation de fret et les clients, y compris Freightliner Group, qui a déjà installé 73 % des étiquettes sur ses locomotives et ses wagons. Deanne Haseltine, responsable de la conformité technique chez Freightliner Group, a déclaré : «Ce programme a déjà fait une différence positive pour l’ensemble de l’industrie en nous aidant à localiser et à identifier avec précision les défauts des essieux individuels à la première occasion. Avoir la capacité d’identifier les défauts et de planifier à l’avance les réparations des essieux signifie que nous pouvons retirer un wagon du service en toute sécurité si nécessaire et éviter des perturbations inutiles sur le réseau et pour nos clients.»
(Communiqué Network Rail)

Suisse
Investir dans l’infrastructure des pays voisins – 15/05/2022 – Comment sécuriser ses gros investissements et atteindre ses objectifs de transfert modal ? En intervenant chez le voisin. La Suisse souhaite étendre ses investissements d’infrastructure en France et en Italie, en ciblant les lignes ferroviaires et les terminaux. « Il est de notre devoir constitutionnel de permettre le transfert modal même à l’extérieur de la Suisse si cela signifie que notre pays en profite également », a commenté Peter Füglistaler, directeur des transports terrestres à l’Office fédéral des transports. Il a ainsi tenté d’expliquer pourquoi la Suisse décide d’investir dans les infrastructures d’autres pays. En France, elle travaille avec le gouvernement français pour définir la taille et le type d’investissement sur la ligne Strasbourg-Wörth, sur la rive gauche du Rhin, actuellement non-électrifiée. Quant à l’Italie, les Suisses envisagent de cofinancer une mise aux normes de la partie italienne de la ligne Lötschberg-Simplon-Milan. Pour atteindre leur objectif de 650.000 camions par an à travers « leurs » Alpes, les Suisses ont déjà construit trois tunnels. Mais les retards dans les améliorations des différentes infrastructures en Italie, en France et en Allemagne sont une menace pour atteindre cet objectif, qui était prévu avec optimisme pour 2018 ! Et la qualité du service ferroviaire n’est pas irréprochable, avec une proportion de retards importants (plus de 3 heures) tournant autour des 24,3 % au premier semestre 2021. Actuellement, plus de 860.000 camions traversent encore les Alpes suisses. « La Suisse s’efforce également de financer les terminaux s’ils contribuent fortement au trafic intermodal à travers le pays », a expliqué M. Füglistaler. Les investissements français seraient destinés non seulement à offrir un second couloir nors-sud via la rive gauche du Rhin, pouvant servir de secours quand ca bloque du côté allemand, mais aussi devenir un nouveau couloir pour les flux en provenance de Belgique, et singulièrement Anvers. Quant aux investissements italiens, il s’agirait de prolonger une ligne disposant le gabarit P400 jusqu’à Milan même, et d’y construire un nouveau terminal rail-route pour désengorger Gallarate/Busto Arsizio, géré par Hupac et quasi saturé.
(Source : Railfreight.com)

Espagne
Ouigo España fête déjà sa première année d’existence – 13/05/2022 – Depuis son lancement le 10 mai 2021, Ouigo España rencontre un vrai succès auprès de la population espagnole. Ainsi, en un an, Ouigo España a transporté plus de 2 millions de voyageurs entre Madrid, Saragosse, Tarragone et Barcelone. Preuve de ce succès, le taux de d’occupation moyen qui est supérieur à 97% depuis l’ouverture des circulations, avec même des pics de 99% et 100% en période de fêtes, telles que le Pont de la Constitution, Noël, le Carnaval ou Pâques. L’arrivée de Ouigo a eu un impact dynamique sur le secteur de la grande vitesse et a permis de promouvoir le train. Ouigo España, opère cinq allers-retours par jour sur l’axe entre Madrid et Barcelone en 2h30, soit 3 674 voyages réalisés depuis un an. Les familles et les moins de 45 ans voyageaient peu ou pas en train avant Ouigo España. Les petits prix et les services ont séduit et permis de toucher cette clientèle. En effet, 52% des clients de OUIGO ont moins de 45 ans et plus de 300 000 voyagent en famille, soit 15% des voyageurs. Voyager en train c’est aussi réduire son empreinte carbone. Ainsi, au cours de sa première année d’exploitation, Ouigo España a représenté plus de 12 300 vols aériens économisés et plus d’un million de voyages en voiture. Ouigo España permet également de faire voyager un nombre conséquent de clients. Pour chaque circulation, 509 personnes sont transportées (voire 1.018 clients via des rames doubles pour 34% des circulations).
(Source : Hafenzeitung.de)

Autriche
CRRC teste sa rame à deux niveaux destinée à Westbahn – 11/05/2022 – Une autre unité du constructeur chinois CRRC est arrivée cette semaine pour des essais sur l’anneau d’essai de l’Institut de recherche ferroviaire (VUZ) à Cerhenice. Les rames à deux étages seront louées par le transporteur autrichien Westbahn. L’unité DDEMU2 était en Europe depuis l’année dernière. Jusqu’à présent, elle a été testé sur l’anneau d’essai de Wildenrath en Allemagne. L’unité de six voitures dispose d’une capacité de 571 sièges et d’une vitesse maximale de 200 km/h et est conçue selon les STI d’interopérabilités. Certains des tests nécessaires à l’homologation, notamment ceux relatifs à la compatibilité électromagnétique, seront effectués en République tchèque. CRRC dit avoir utilisé plus de matériaux composites dans la construction, affirmant que l’unité n’est que 10% plus lourde qu’un simple étage. Le train est équipé de sièges de première et de deuxième classe et comprendra un espace pour le transport de fauteuils roulants et de vélos. Westbahn prévoit de prendre ces rames en leasing lorsqu’elles seront approuvées pour l’exploitation en Autriche et dans cinq autres pays qui n’ont pas encore été spécifiés par l’opérateur. Les négociations entre le constructeur chinois et le transporteur autrichien avaient commencé en 2019 lorsque Westbahn avait annoncé pour la première fois l’achat de nouvelles rames chinoises à CRRC. Cependant, le transporteur a finalement changé d’avis et a commandé quinze unités Stadler Kiss 3 de six voitures. Westbahn a alors décidé de louer quatre autres unités au constructeur chinois. CRRC teste déjà une autre rame sur le circuit de Velim, en République tchèque. Il s’agit d’une rame Sirius qui devait initialement être achetée par Leo Express, mais dont le contrat a récemment été annulé .
(Source : ceetransport.com)

Allemagne-Italie
260 trains intermodaux entre l’Allemagne et l’Italie par semaine – 05/05/2022 – Ce sont les chiffres indiqués par l’opérateur allemand Kombiverkehr, du lundi au vendredi, ce qui équivaudrait à 25 trains par jour et par sens ! Depuis le 25 avril dernier, la destination Melzo, à l’Est de Milan, s’est ajoutée au réseau de Kombiverkehr avec 10 trains, 5 par sens. Cela démontre toute l’importance de la traversée des Alpes, tant en Suisse qu’en Autriche. « Le terminal situé à environ 25 kilomètres à l’est de Milan est, de par sa situation géographique, un point de départ et d’arrivée éprouvé pour le pré- et post-acheminement routier des marchandises et des biens en provenance et à destination des entreprises industrielles et commerciales de l’espace économique milanais. Avec une durée de trajet de 20 heures seulement, nous offrons aux transporteurs la possibilité d’une chaîne de transport rapide et respectueuse de l’environnement », explique Peter Dannewitz, directeur des ventes chez Kombiverkehr KG, tout en soulignant deux caractéristiques de la nouvelle offre. Pour un transport de 25 tonnes de marchandises, 2,6 tonnes de CO2 sont économisées en circuit fermé, ce qui représente une économie de plus de 80% par rapport au transport routier de bout en bout. Outre les conteneurs et les caisses mobiles, il est possible de réserver des semi-remorques au profil P400. Au départ de Cologne-Eifeltor, les semi-remorques ou conteneurs peuvent changer de trains pour permettre d’atteindre Hambourg, les ports allemands de la mer Baltique de Kiel et Lübeck ainsi que des terminaux au Danemark et en Suède.
(Source : Hafenzeitung.de)

Suède-Allemagne
Le train de nuit Stockholm-Hambourg démarrera son exploitation le 1er septembre 2022 – 28/04/2022 – Septembre marquera le départ du nouveau train de nuit Stockholm-Hambourg de SJ. C’est le début d’un service quotidien, toute l’année, avec des trains entre la Suède et l’Europe centrale. La vente des billets a commencé le 27 avril. Le soir du 1er septembre, il y aura un train de nuit de Stockholm à Hambourg et un train de nuit de Hambourg en sens inverse. Les billets pour le nouveau service de trains de nuit ont commencé à être vendus le 27 avril par SJ. Les billets seront également disponibles auprès de plusieurs canaux de vente européens. Le départ de Stockholm est prévu à 17 h 34. Le train fera plusieurs arrêts le long de la ligne principale du sud afin d’offrir un voyage attrayant depuis de nombreuses régions de Suède. Le train poursuivra ensuite sa route via Copenhague et Odense pour atteindre sa destination finale, Hambourg-Altona, vers 6h30. L’heure d’arrivée a été choisie afin de créer de bonnes opportunités d’échange pour ceux qui souhaitent voyager vers de nombreuses destinations en Europe du Nord et en Europe centrale. Le train de nuit de Hambourg-Altona part à 21 h 55 et arrive à Stockholm à 9 h 55. Les voitures utilisées sont au gabarit européen standard et proviennent du loueur RDC, les voitures des SJ étant un tout petit peu plus large et ne permettent d’aller au-delà de Malmö vers le Danemark. Le train sera composé de deux voitures à places assises, de deux voitures-couchettes pour 4-6 personnes, de deux voitures-lits pour 1-2 personnes et d’une voiture-lits pour 1-3 personnes. Le service sera exploité en coopération avec Hector Rail et la compagnie ferroviaire allemande RDC. Hector Rail est chargé d’exploiter le train entre Malmö et Padborg pour environ 4 heures de trajet en territoire danois. La tarification est dynamique, c’est-à-dire que le niveau de prix varie en fonction de la demande. Les prix sont en euros, mais sur l’appli sj.se, ils sont recalculés et affichés en couronnes suédoises. Le prix le plus bas en place assise est d’environ 300 SEK, soit 29,00€.
(Source : SJ Pressroom)

Espagne
Talgo créé son cadre à essieux en polymère renforcé de fibre de carbone – 27/04/2022 – Talgo développe une version en polymère renforcé de fibres de carbone (PRFC) de ses cadres appelés « rodal » et qui équipe ses fameuses rames articulées. L’entreprise espgnole s’attend à ce que cela offre une réduction de poids de 50 % par rapport à l’utilisation de plaques d’acier soudées, avec comme conséquence une réduction de la consommation d’énergie et de l’usure des essieux ainsi que des processus d’assemblage simplifiés. La géométrie requise ainsi que les propriétés de soudage et les considérations de fatigue imposent des contraintes importantes sur la réduction de poids tout en utilisant les matériaux et procédés actuels, et donc après avoir étudié les matériaux et procédés alternatifs, Talgo a sélectionné le CFRP comme la meilleure option pour adopter une nouvelle approche. La fabrication est basée sur un préimprégné CFRP posé à la main, ce qui rend le cadre conforme aux normes les plus strictes en matière d’incendie, de fumée et de toxicité. Talgo a maintenant terminé la validation à grande échelle des exigences structurelles conformément à la norme EN 13749, y compris les tests statiques et de fatigue dépassant 10 millions de cycles, l’inspection CND n’ayant trouvé aucun dommage significatif. Des essais sur voies en conditions réelles sont désormais prévus. Le projet fournira également des connaissances pour la mise en œuvre à l’échelle du secteur des normes pour le processus d’acceptation de nouveaux matériaux tels que le CFRP dans le secteur ferroviaire (CEN/TC 256/SC 2/WG 54). Le projet a été soutenu par la Commission européenne via l’initiative Shift2Rail. Le prototype utilise le train à grande vitesse Avril comme référence, mais d’autres véhicules interurbains ou de banlieue Talgo pourraient être utilisés, et des techniques similaires pourraient être utilisées pour d’autres composants structurels du matériel roulant.
(Source : Talgo)

Tchéquie
Pas de train chinois pour Leo-Express – 26/04/2022 – Leo Express n’exploitera pas les nouvelles automotrices électriques Sirius du constructeur chinois CRRC. Celles-ci ont été testés pendant plus de deux ans en vue de leur homologation sur le circuit VUZ de Cerhenice. Deux sources indépendantes ont confirmé l’annulation du contrat d’achat au magazine online Zdopravy.cz. Le porte-parole de Leo Express, Emil Sedlařík, n’a pas réfuté la fin du contrat. « En raison des dispositions contractuelles, nous ne pouvons pas commenter la relation confidentielle ou les négociations en cours entre Leo Express et CRRC », a déclaré Sedlařík. La fin du contrat intervient quelques mois seulement après l’entrée dans Leo Express de l’opérateur espagnol Renfe et le constructeur de matériel roulant CAF. Les unités Sirius étaient testées sur le circuit tchèque depuis septembre 2019. Les essais ont été considérablement compliqués par la pandémie de coronavirus. CRRC possède maintenant deux unités en République tchèque. « Des studios de design tchèques et d’autres fournisseurs nationaux ont participé à la conception du nouveau train Leo Express », déclarait alors Leo Express à l’arrivée du premier train en République tchèque. Selon l’entreprise, un composant sur cinq utilisé sur le train provient de la République tchèque. Le système de signalisation du train est également tchèque. Le train a une longueur de 111,2 mètres et l’unité est à double système (25 kV/3kV). Il peut transporter 300 personnes, la vitesse maximale est de 160 km/h. Il se compose de six caisses, avec un bogie intercalaire entre les caisses. Le train est équipé de l’ETCS. Il n’est pas clair de ce que compte faire Leo-Express avec les 2 automotrices chinoises. « Notre position par rapport à tous les projets reste la même – nous ne faisons pas de commentaires fondamentaux sur leur état d’avancement ou les hypothèses de délais. Nos clients sont les fabricants et non les transporteurs. Il en va de même pour les projets du fabricant CRRC, qui est le plus grand fabricant au monde », a déclaré Martin Bělčík, président du conseil d’administration de l’Institut de recherche ferroviaire. Rappellons que la Renfe est actionnaire à 49,9% tandis que le constructeur CAF, également espagnol, y est actionnaire pour seulement 5% via l’entreprise suédoise EuroMaint.
(Source : Zdopravy.cz)

Espagne
La grande vitesse espagnole fête ses 30 ans – 14/04/2022 – Le 14 avril 1992, six jours avant l’ouverture de l’Exposition universelle de Séville, l’Espagne inaugurait sa toute première ligne à grande vitesse entre Madrid-Atocha et Séville-Santa Justa, en passant par Ciudad Real et Cordoue. La ligne fut même étendue jusqu’au site de l’Expo du 20 avril au 12 octobre 1992. Cette ligne de 472 kilomètres à grande vitesse a été construite à écartement standard UIC 1.435mm et fut équipée de normes de signalisation allemandes LZB qui avaient été développées dans les années 80 pour les lignes à grande vitesse Hanovre-Würzburg et Mannheim-Stuttgart. Pour le matériel roulant, le choix se porta sur des rames TGV dérivées des TGV-Atlantique français, une construction d’Alstom. Les AVE S-100 comportent 8 caisses et, nouveauté, la Renfe déclina le service à bord en 3 classes au lieu des 2 traditionnelles : Club, Preferente et Turista. Le service commercial réel débuta le 20 avril 1992. En 2018, près de 3,5 millions de voyageurs empruntaient la ligne, pour la plupart des voyageurs effectuant le trajet complet Madrid-Séville. Cette première LGV espagnole a depuis obtenu une extension au départ de Cordoue vers Malaga, inaugurée en 2007. Sur cette branche andalouse se greffe en outre une ligne vers Grenade. Cette ligne fait partie des trois tronçons libéralisés sur laquelle on trouvera, outre déjà la Renfe et ses AVE, les Avlo de la Renfe, les Ouigo de la SNCF et les Frecciarossa de iryo, qui devrait débuter ses trafic vers Malaga en janvier 2023.
(Source : diverses)

France
CMA CGM rachète le transporteur Gefco – 12/04/2022 – Dans le cadre d’une opération visant à développer sa filiale Ceva Logistics, le conglomérat maritime français CMA CGM a acquis près de 100 % du transporteur automobile et de la logistique contractuelle Gefco, qui était auparavant détenu majoritairement par le groupe ferroviaire public russe RZD. GEFCO (acronyme de Groupages express de Franche-Comté) est une création de Peugeot en 1949 et restera principalement connue durant des décennies pour le transport d’automobiles par trains. Le groupe, internationalisé et branché sur la logistique, emploie aujourd’hui quelque 11.500 collaborateurs dans 47 pays. Gefco travaille avec de nombreux grands groupes industriels (General Motors, Renault, Toyota, Ford, Volkswagen, BMW…) et prend en charge la chaîne d’approvisionnement de ces groupes. À la lumière de l’invasion russe de l’Ukraine, RZD était devenue un actionnaire embarrassant, l’opérateur ferroviaire étant placé sous sanctions internationales. Selon certaines sources, RZD voulait déjà se dégager du capital de Gefco depuis 2021. CMA CGM aurait acquis la participation de RZD à un prix qui valoriserait la société entre 450 et 500 millions d’euros. Il a également conclu des conditions pour acheter les 25% détenus par Stellantis, sous réserve de l’approbation réglementaire. D’après Rodolphe Saadé, cité par le site Gomet.net, « l’acquisition de Gefco, et son intégration à terme au sein de Ceva Logistics, permettra ainsi de créer le leader mondial de la logistique pour le secteur automobile ». Pour rappel, le patron de CMA CGM vise le top 4 mondial de la logistique contractuelle avec la filiale Ceva.
(Source : Railway Gazette)

Espagne
iryo se lancera sur les voies espagnoles en novembre prochain – 07/04/2022 – Le « train le plus interopérable, le plus silencieux, le plus rapide, le plus durable et le plus polyvalent » arrivera en Espagne en novembre avec « des offres complètes mais successives ». C’est ce qu’a annoncé avec un brin de surestimation Carlos Bertomeu, président d’Ilsa, lors de sa participation à la deuxième édition de « Wake Up, Spain ! », qui se tient cette semaine à la Casa América de Madrid. Avec son équipe, l’homme d’affaires lance le second opérateur ferroviaire privé espagnol, après les Ouigo français, et avoue être « franchement heureux d’être un acteur de la libéralisation ferroviaire ». Dans son discours, Bertomeu a expliqué point par point quels sont les attributs qui différencient ses trains et son entreprise ferroviaire. Le patron d’Ilsa a indiqué qu’ils ont basé toute leur stratégie sur l’expérience de voyage du client. D’une part, ces trains seront dotés des dernières technologies, avec un design intérieur hautement personnalisé et individualisé, et insiste d’autre part sur deux caractéristiques essentielles : la vitesse et le silence. Selon le président d’Ilsa, ces trains sont également particulièrement respectueux de l’environnement et des caractéristiques individuelles de chaque passagers. Une grande partie de cette dernière caractéristique sera déclinée par un « service basé sur les clients ». M. Bertomeu a tenu à souligner que le transport n’est pas seulement une industrie, mais aussi un ensemble de « services » et que, dans son cas, il voulait offrir un service moderne et innovant à tous ses trains. « Nous formons les gens de manière très intensive afin qu’ils partagent l’excitation de traiter avec des individus », a-t-il expliqué. Le responsable de l’opérateur ferroviaire privé a valorisé le rôle des personnes impliquées dans le projet lorsqu’il s’agit de fournir un service de qualité, ce que, selon lui, « les gens remarquent avant tout ».
(Source : El Espanol)

Espagne
Forte hausse des trains de fret au terminal de Saragosse – 04/04/2022 – Le terminal maritime de Saragosse (tmZ), qui est en réalité un ‘interporto’ à l’italienne, clôture l’exercice 2021 avec 3.706 trains exploités, ce qui représente une croissance de 21 % par rapport à 2020. En ce qui concerne l’activité du terminal, réalisée par la société d’exploitation tmZ Services, 196.000 EVP ferroviaires (équivalents vingt pieds) ont été traités en 2021, pour une activité totale de 408.000 EVP traités, soit une augmentation de 19% et 17% par rapport à l’année précédente. La part modale du rail dans les conteneurs est donc de pratiquement 50%, ce qui est remarquable. Cette augmentation significative de l’activité en 2021, supérieure à la moyenne nationale des ports, a renforcé la nécessité d’agrandir les installations du terminal maritime de Saragosse. À cet égard, depuis la fin de l’année 2021 et avec l’attribution du projet de construction, l’agrandissement du terminal a commencé à se concrétiser, ce qui permettra d’augmenter la capacité tant ferroviaire que terminale et d’améliorer l’efficacité opérationnelle, en étant capable d’accueillir des trains jusqu’à 750 mètres. Les 3.706 trains exploités en 2021 ont permis de retirer 110.055 conteneurs des routes, ce qui représente 29.414 tonnes de CO2 économisées. Pour absorber cette quantité d’émissions, il faudrait environ 176.484 arbres pendant un an. L’une des priorités dans le développement de l’activité du tmZ est de promouvoir la plateforme sous des critères de durabilité économique, sociale et environnementale. Le transport de marchandises par train est, sans aucun doute, le choix le plus efficace dans les chaînes d’approvisionnement logistiques. Rappelons que Saragosse fait partie du grand couloir en cours d’aménagement de gabarit depuis le port d’Algesiras, tout au sud de l’Espagne.
(Source : Diario el canal)

Allemagne
Un ticket à 9 euros par mois dans les transports publics allemands – 03/04/2022 – Les dirigeants du SPD, des Verts et du FDP ont décidé la semaine dernière d’introduire un ticket de transport public à 9 euros par mois pendant 90 jours, afin d’inciter les automobilistes à changer de mode de transport en raison du prix élevé du carburant. Mais de nombreuses questions relatives à la mise en œuvre restent en suspens. L’État fédéral et les Länder ont mis en place un groupe de travail à ce sujet il y a une semaine. L’Etat fédéral veut mettre à disposition des Länder des moyens pour la mise en œuvre, le ministre fédéral Wissing parlant de 2,5 milliards d’euros. Les ministres des Transports des Länder voient toutefois d’importants problèmes dans la mise en œuvre. C’est pourquoi ils ont exigé vendredi dernier, à la majorité, un ticket mensuel gratuit pour les transports en commun. Les citoyens devraient ainsi avoir la possibilité d’utiliser gratuitement les bus et les trains pendant trois mois. Dans le même temps, il serait possible de maintenir la charge administrative pour les entreprises et les Länder à un faible niveau. Tout l’enjeu est en effet de savoir qui va supporter le manque à gagner, certains réseaux de transport public aillant une taille importante. De plus, des questions se posent quant à la réelle efficacité de ce genre de mesures. Certains craignent qu’elle ne favorise que les habitués des transports publics, sans transfert modal au niveau du public visé : les automobilistes. À suivre…
(Source : Schiene.de)

Suède
L’opérateur privé MTRX devient un fournisseur de transport pour les fonctionnaires suédois – 29/03/2022 – L’autorité administrative de l’État, Kammarkollegiet, a procédé à la passation d’un marché historique dans le domaine du transport ferroviaire, pour lequel MTRX a été désigné comme fournisseur. Il s’agit en effet de facilités de transport pour les fonctionnaires de l’État suédois pour certains de leur déplacements. Grâce à cet accord, MTRX sera en mesure de proposer aux fonctionnaires des voyages ponctuels et durables entre Stockholm et Göteborg, ainsi que vers les autres destinations de la société. L’accord s’applique principalement aux agences gouvernementales relevant du gouvernement, mais aussi aux agences relevant du Riksdag et à d’autres organismes publics. L’accord nouvellement signé est valable pour deux ans à partir du 4 avril 2022, avec la possibilité pour Kammarkollegiet de prolonger l’accord pour un maximum de 24 mois supplémentaires.« Nous nous réjouissons de la mise en place d’un accord-cadre gouvernemental pour les trains intérieurs et du fait que le MTRX sera en mesure d’offrir à encore plus d’employés du gouvernement des voyages abordables, durables et ponctuels entre les deux plus grandes villes de Suède. Nous sommes impatients d’accueillir davantage de voyageurs gouvernementaux à bord de nos trains à grande vitesse modernes », déclare Nina Alexandersson, responsable des ventes aux entreprises et aux agents, MTRX.
(Source : MTRX pressroom)

Finlande/Russie
Les chemins de fer finlandais vont arrêter l’exploitation du train Helsinki-St Petersbourg – 25/03/2022 – Depuis décembre 2010, les trains Allegro qualifiés de « grande vitesse » assurent des liaisons régulières à une vitesse maximale de 220 km/h entre Saint-Petersbourg et Helsinki, à raison de quatre allers-retours par jour couverts en 3h27. Les rames sont du type Pendolino classés Sm6 chez l’opérateur public VR. Elles sont basées sur l’ERT460 italien, dont Alstom a repris la conception. Mais une guerre, bien que lointaine depuis la Baltique, vient ternir ce service. La ligne Helsinki-Saint-Pétersbourg est une joint-venture entre les chemins de fer finlandais et russes. À la suite de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février 2022, cependant, les trains dans le sens Helsinki-Saint-Pétersbourg roulaient presque à vide, alors qu’ils étaient complets en direction de la Finlande, avec de nombreux russes se précipitant pour quitter le pays. VR, l’opérateur finlandais, précisait qu’il avait maintenu les trains en service au cours des dernières semaines à la demande des autorités, qui voulaient s’assurer que les Finlandais se trouvant en Russie puissent rentrer chez eux. La compagnie avait annoncé début mars renforcer son offre de services sur la liaison Helsinki-Saint-Pétersbourg en raison de l’explosion de la demande due au fait que de plus en plus de Russes souhaitaient quitter leur pays. Le dernier train à destination de la Finlande partira dimanche 27 mars, a précisé VR, soulignant que ceux qui souhaitaient quitter la Russie pour le pays des Mille Lacs avaient eu le temps de le faire. Avec l’arrêt de cette liaison, il n’y aurait plus d’accès terrestres ferroviaire entre l’Europe et la Russie, même si le réseau routier reste en l’état.
(Source : Zdopravy.cz)

Suisse/Europe
Belle performance pour le constructeur suisse Stadler – 22/03/2022 – 2021 a été une année riche en événements et en succès pour le constructeur suisse Stadler, à bien des égards. L’entreprise a réalisé en 2021 des chiffres historiques en termes de chiffre d’affaires, d’EBIT, d’entrées de commandes et de carnet de commandes, battant tous les records depuis l’introduction en bourse.« Bien que la situation économique soit encore affectée par la pandémie – en particulier en ce qui concerne les problèmes de chaîne d’approvisionnement – nous pouvons regarder avec fierté notre meilleure année depuis l’introduction en bourse. L’orientation stratégique et les performances de notre groupe en témoignent de manière impressionnante », a déclaré Peter Spuhler, président exécutif du conseil d’administration et CEO du groupe a.i., à propos de l’exercice écoulé. Les ventes massives ont conduit à une augmentation notable du chiffre d’affaires de 18 % pour atteindre le niveau record de 3,6 milliards de CHF, contre 3,1 milliards de CHF l’année précédente et 3,2 milliards de CHF pour l’année 2019 avant la crise. Le résultat d’exploitation au niveau de l’EBIT a augmenté de 43% pour atteindre 223,7 millions de CHF, contre 156,1 millions de CHF en 2020. En termes de bénéfice net, Stadler a enregistré un bénéfice de 134,5 millions de CHF au cours de l’exercice 2021, contre 138,4 millions de CHF l’année précédente. La légère baisse de ce bénéfice net est notamment due par des pertes de change de 37,7 millions CHF.
(Source : Railtech.be)

Danemark
Le S-Bane de Copenhague sera entièrement sans conducteurs en 2037 – 20/03/2022 – Ricardo Certification sera l’organisme d’évaluation de l’opérateur danois DSB, qui travaillera à automatiser le S-Bane de Copenhague au « Grade of Automation 4 », le GoA4, c’est à dire le grade le plus élevé. Ce projet devrait être en exploitation GoA4 en 2037. Bien qu’il faudra 15 ans avant que l’automatisation ne soit entièrement mise en œuvre, le S-Bane de Copenhague sera l’un des RER les plus développés en exploitation GoA4 au monde. Avec ses 172 kilomètres, ce sera aussi l’un des plus longs réseaux à être exploité de la sorte. Ricardo Certification assistera DSB tout au long du programme de conversion, en veillant à ce qu’il soit conforme aux méthodes européennes communes de sécurité pour l’évaluation des risques. « Après avoir soutenu les mises à niveau de la signalisation du S-Bane au cours des dix dernières années, nous avons une compréhension approfondie du système et des processus et technologies qui le sous-tendent, » déclare Mark Dodsworth, directeur commercial de Ricardo Certification Danemark. L’opération GoA4 prévue est basée sur la mise à niveau de la technologie de signalisation de S-Bane vers le contrôle des trains basé sur la communication. L’achat de nouvelles rames sera également conforme au transfert prévu vers GoA4. Ce degré d’automatisation signifie que les trains peuvent circuler sans personnel à bord.
(Source : Jarnvagsnyheter.se)

Europe
Getlink voudrait devenir un loueur de train à grande vitesse – 19/03/2022 – Interrogé la semaine dernière lors d’une rencontre organisée par l’AJTM (Association des journalistes des transports et des mobilités), Jacques Gounon, le patron de Getlinkl (ex-Eurotunnel), a indiqué qu’il envisage de commander des rames Transmanche vers la fin 2023 pour les louer à des opérateurs ferroviaires qui souhaiteront passer par le tunnel sous la Manche pour desservir Londres. Une démarche audacieuse. Jusqu’ici en effet, les revenus de droits de passage de trains de voyageurs sont suspendus au seul trafic Eurostar, dont on connait les turpitudes actuelles. «Il me faut des passagers, il me faut des camions et il me faut des trains de fret», a-t-il déclaré, se disant totalement confiant en la reprise de son groupe, durement frappé par la pandémie de Covid-19, après les incertitudes du Brexit. L’ex-groupe Eurotunnel a affiché des pertes nettes de 229 millions d’euros en 2021 et de 113 millions en 2020. Pour booster ses revenus et effacer certaines contraintes quand à l’acceptation du matériel roulant, Getlink veut donc lui-même acheter du matériel roulant homologué et le louer à qui veut. Parmi eux, les chemins de fer espagnols, qui s’intéressent à l’axe Espagne-Lyon-Paris-Londres, et que le président de Getlink souhaite aider à se lancer. « La Renfe finira par obtenir sa licence ferroviaire. Mais la difficulté numéro un, c’est le coût initial du matériel roulant », commente-t-il. Une Rosco – rolling stock company – loueur de matériel roulant, serait ainsi chargée d’acheter au constructeur allemand Siemens les rames pour 40 millions d’euros l’unité, avant de les louer à un opérateur. Il n’est pas exclu que d’autres candidats puissent se manifester sur la destination Londres, mais ce n’est encore à ce stade que spéculation. On retiendra surtout cette grande faculté de la libéralisation qui est de pouvoir acheter des trains homologués chez qui on veut pour les louer à qui ont veut.
(Diverses sources)

Maroc
Le Sud-Coréen KNR prend pied sur le TGV marocain – 16/03/2022 – Les temps changent ! Alors qu’on aurait pu penser que la France avait un pied solide au Maroc – ce qu’elle a toujours du reste – , c’est KNR (Korean National Railway) qui décroche un contrat pour la conception et le design du tronçon à grande vitesse Nouaceur – Marrakech. Pour bien comprendre, il s’agit de donner suite à la ligne Tanger-Kenitra inaugurée en 2018, en la prolongeant vers le sud, jusqu’à Marrakech. Un autre projet devrait permettre de réparer une erreur historique, en raccordant enfin Agadir, ville côtière, au rail. Le marché Kenitra-Marrakech se décompose en trois lots relatifs aux tronçons Kénitra-Aïn Sebaa, Aïn Sebaa-Nouaceur et Nouaceur-Marrakech. En 2019, une lutte féroce était emtamée par la France face à une offensive chinoise qui se faisait pressante. En réalité, le trosième tronçon allie une bureau marocain avec KNR et Dohwa, une entreprise sud-coréenne d’engineering. « L’attribution de ce projet a été l’occasion d’informer le monde que la Corée dispose de la technologie pour exporter des conceptions ferroviaires à grande vitesse », s’est réjoui Kim Han-young, Président de KNR. C’est la première fois que le Corée du Sud arrive ainsi en Afrique avec un projet ferroviaire.
(Lire davantage : Rail journal)

Allemagne
Quand la 3D permet de réduire le temps de maintenance – 10/03/2022 – C’est une évidence : actuellement, pour fournir une fiabilité maximale au service des trains, des quantités de commande minimales de pièces de rechange sont souvent requises. Elles sont d’ailleurs souvent incluses dans le contrat de commande et encombrent les allées de stockage de certains grands dépôts. Il en résulte dès lors un stock de pièces de rechange ainsi que des outils qui ne sont pas toujours nécessaires au quotidien. Tout cela a un coût, dès l’instant où la plupart des entreprises ferroviaires sont des entreprises étatiques. Bien des années après leur mise en service, les pièces de rechange sont souvent difficiles à obtenir pour le matériel roulant. Comme d’autres opérateurs en Europe, la Deutsche Bahn mise à l’avenir sur l’impression 3D pour les pièces de rechange de ses trains. Les temps d’immobilisation du matériel roulant peuvent ainsi être réduits. Daniela Gerd tom Markotten, directrice de la numérisation et de la technique à la DB, explique le défi : « Nos trains doivent rouler pour nos clients et ne pas rester à l’atelier. L’impression 3D nous permet de nous procurer plus rapidement des pièces de rechange et de reconstruire nous-mêmes les pièces qui ne sont plus disponibles. Je suis fier de voir le nombre d’idées que nos collaborateurs ont développées et continuent de développer pour l’utilisation de l’impression 3D ».
(Lire davantage : Railtech.be)

Allemagne
Objectifs de croissance du fret ferroviaire trop ambitieux, selon le VDV – 09/03/2022 – L’Association des entreprises de transport allemandes (VDV) a averti que les objectifs de croissance fixés pour le fret ferroviaire dans le pays pourraient s’avérer trop ambitieux. Une part de marché de 25 % d’ici 2030 pourrait être difficile à atteindre car des facteurs tels que les travaux d’infrastructure, les prix de l’énergie et les pénuries de personnel pourraient entraver le développement futur. « L’essentiel est que le transport ferroviaire de marchandises a traversé la crise de Corona relativement indemne jusqu’à présent. L’industrie a actuellement de meilleurs chiffres qu’avant la pandémie. Néanmoins, cela ne suffit toujours pas pour la croissance nécessaire et pour atteindre les objectifs de protection climatique pour 2030 », a souligné Oliver Wolff, directeur général de VDV. C’est la gestion des capacités pendant les phases de construction qui s’avère problématique. « L’augmentation du nombre de chantiers est un excellent signe que des progrès sont en cours dans le pays, que nous modernisons, élargissons et numérisons les itinéraires. Néanmoins, nous avons également besoin de réseaux plus stables pendant les phases de construction, même si cela augmente l’effort financier. Après tout, le rail doit être un mode de transport fiable même pendant les travaux de construction », explique Wolff.
(Lire davantage : Railfreight.com)

Italie
L’Europe autorise une aide de 687 millions d’euros pour le rail italien – 08/03/2022 – Les bénéficiaires éligibles, uniquement dans le transport de voyageurs, seront qualifiés pour obtenir une compensation sous forme de subventions directes. Le gouvernement italien pourra mettre en œuvre son régime d’aides pour indemniser les opérateurs ferroviaires commerciaux de voyageurs longue distance pour les dommages causés par le Covid-19. La Commission européenne a autorisé, en vertu des règles de l’UE en matière d’aides d’État, un régime d’aides italien d’un montant de 687 millions d’euros destiné à indemniser les prestataires de services commerciaux de transport ferroviaire longue distance de voyageurs pour les dommages subis entre le 1er juillet 2020 et le 30 avril 2021 en raison de la pandémie de COVID-19 et des mesures restrictives que l’Italie a dû mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus. Depuis le début de la pandémie, le gouvernement italien avait mis en place toute une série de mesures pour limiter la propagation du virus, parmi lesquelles un système obligatoire de réservation des places en quinconce, qui réduit de 50 % le nombre de sièges disponibles, des limitations strictes concernant les réunions professionnelles en face-à-face et les voyages d’affaires, ainsi que l’annulation d’événements. En outre, les opérateurs de transport ont également engagé divers coûts, notamment des dépenses supplémentaires pour mettre en œuvre des mesures sanitaires et d’hygiène améliorées.
(Lire davantage : Railtech.be)

France
Cinquième année de bénéfices pour Europorte – 07/03/2022 – Europorte est resté bénéficiaire pour la cinquième année consécutive en 2021. Cette filiale de Getlink devrait pouvoir compter sur le démarrage de nouveaux trafics pour rester dans le vert cette année, en dépit d’un environnement économique incertain. La croissance rentable d’Europorte n’est pas un vain mot. L’entreprise ferroviaire a une nouvelle fois été bénéficiaire en 2021. Son résultat net ressort à 5 M€ sur un chiffre d’affaires porté à 130,2 M€ (+ 6 %) en 2022. Surtout, c’est l’EBITDA qui a continué sa progression, en atteignant 27,9 M€. L’année 2022 a démarré sous les meilleurs auspices pour Europorte. L’opérateur s’est en effet vu octroyer un premier contrat de combiné rail-route par Cargo Beamer France. Le nouveau service relie Cologne au port de Sète depuis le 5 mars 2022. Acceptant des remorques au gabarit P400 (4 m de hauteur), la liaison sera opérée au rythme de deux allers-retours par semaine. Mais au-delà de la poursuite de la montée en puissance du service Flex Express, Europorte pourra également compter sur les perspectives offertes par le développement des trains de fret empruntant le tunnel sous la Manche.
(Lire davantage : Railtech.be)

Espagne
CargoBeamer se prépare à entrer en Espagne – 04/03/2022 – L’opérateur allemand CargoBeamer veut maintenant se lancer en Espagne et cherche un opérateur pour la traction de ses trains. L’opérateur ferroviaire CargoBeamer accélère son arrivée en Espagne et est déjà en négociation avec des sociétés de traction pour sa navette entre Barcelone et Perpignan . « L’objectif est d’avoir des opérations régulières vers l’Europe du Nord depuis Barcelone en juin », a confirmé le nouveau directeur des ventes de CargoBeamer en Espagne, Robert Delgado. CargoBeamer peut charger tout type de semi-remorque, y compris le fret frigorifique, comme l’expliquait son directeur du développement commercial, Nicholas Albrecht, en octobre dernier lors d’une conférence organisée par le port de Barcelone. Comme son système permet un chargement vertical et horizontal, il n’est pas nécessaire que les semi-remorques soient grutables. La possibilité d’utiliser le terminal de Can Tunis pour ces opérations à Barcelone est également à l’étude. Depuis 2012, une ligne à écartement UIC relie Perpignan à Figueras et Barcelone. Le handicap de l’Espagne avec son écartement différent disparait. La navette serait prévue en milieu d’année et CargoBeamer est en négociations avec un tractionnaire entre Perpignan et Barcelone.
(Lire la suite : Railtech.be)

Europe-Chine
La guerre en Ukraine menace la route de la soie ferroviaire – 03/03/2022 – C’est évidemment un détail par rapport à l’immense catastrophe humaine que représente cette guerre en Ukraine. La confrontation géopolitique va forcément déteindre sur la Route de la Soie ferroviaire, une liaison voulue certes par la Chine mais qui passe par la Russie et la Biélorussie. Le trafic était depuis quelques années en plein essor. La guerre ne touche certes aucun maillon de cette chaîne de transport, mais les sanctions de l’UE envers les entreprises russes, qui exploitent cette liaison, placent les logisticiens, expéditeurs et opérateurs de fret ferroviaire dans une situation intenable. Avec l’éjection des banques russes du système de paiement Swift, comment maintenant payer ces trains ? Selon les prestataires de services logistiques, les fabricants d’ordinateurs portables présents sur la Nouvelle route de la soie depuis le début ont déjà pris la décision de cesser les transports sur cet axe. De même, les grandes entreprises de logistique ont marqué un point en arrêtant temporairement le transit par la Russie. Cette semaine, CMA CGM, Maersk et MSC ont annoncé qu’ils n’accepteraient plus aucune réservation vers des destinations russes pour tous les modes de transport, y compris maritimes. L’un des plus gros clients de la nouvelle route de la soie qui a fait les gros titres cette semaine est le fabricant de matériel de réseau Zyxel Communications Corp, qui a cessé d’expédier des marchandises de la Chine vers l’Europe par voie ferroviaire en raison de l’invasion russe en Ukraine. Quelles sont les alternatives ? « En toute équité, il s’agit de flux de marchandises qui vont se déplacer vers d’autres modalités », a déclaré Rien Gulden de KLG Europe. « Nous essayons d’utiliser le corridor via la Turquie, mais pour être honnête, ce n’est pas une solution viable », a déclaré M. Koubek, de Metrans. RailBridgeCargo explique son réacheminement via la Turquie, « une route qui est disponible de la Chine à Istanbul pour se connecter directement à notre réseau européen en Europe centrale (Vienne, Duisburg, Neuss). Ces envois ne passent pas par le territoire russe, mais uniquement par le Kazakhstan ».
(Lire la suite : Railfreight.com)

Espagne
Du retard pour les concurrents entre Madrid et l’Andalousie – 03/03/2022 – Le retard pris pour opérer en concurrence sur la première ligne à grande vitesse du pays est la conséquence d’une signalisation incompatible avec les standards actuels. En effet, la ligne Madrid-Seville, construite en 1992, ne dispose pas de l’ERTMS comme les autres lignes nouvelles du réseau à grande vitesse espagnol. Elle est encore gérée avec l’ancien système de sécurité allemand LZB. Les appareillages de ce système ne sont plus construits et l’éventuelle intégration sur des TGV Alstom de Ouigo Espana et Frecciarrossa de Iryo n’est pratiquement pas possible. L’ADIF, le gestionnaire d’infrastructure, a donc entrepris des travaux de mise à niveau sur la ligne Madrid-Cordoue-Séville, mais ils ne devraient prendre fin qu’en 2026. La branche Cordoue-Malaga, plus récente, n’a pas ce problème. En tout état de cause, il n’y aura pas de concurrence aussi vite que prévu, certains parlant de fin 2023 voire même 2024.
(Lire la suite : Railtech.be)

Europe
Le train à la rescousse des milliers de réfugiés ukrainiens – 02/03/2022 – Ils étaient plus de 700.000 à avoir passer la frontière hier mardi pour trouver refuge en Europe. Le train a été mis à contribution pour les transporter ailleurs en Europe. Tous les réfugiés ne passent par le train, loin s’en faut. Une bonne partie a pu entrer en Europe en auto. N’empêche. Face au drame humain qui se dessinait aux frontières entre l’Ukraine et la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie, les grands moyens ont été dépêchés. Dimanche dernier déjà, l’Allemagne autorisait tous les réfugiés ukrainiens en provenance de Pologne à circuler gratuitement à bord des trains longue distance de la compagnie historique Deutsche Bahn. Depuis, cela s’est largement étendu…
(Lire la suite : Railtech.be)

Grande-Bretagne
Bonne tenue des performances des six sociétés ferroviaires de First Group – 01/03/2022 – Les performances des quatre sociétés d’exploitation ferroviaire de First Rail sous contrat avec le DfT sont conformes aux attentes pour le second semestre de l’exercice financier, tandis que les opérateurs en open access Hull Trains et Lumo sont légèrement supérieurs aux attentes, a déclaré FirstGroup dans une mise à jour commerciale le 25 février. Le ministère des transports a confirmé que les performances d’Avanti West Coast et de Great Western Railway ont été légèrement supérieures aux objectifs fixés pour les six premiers mois de l’exercice 22, tandis que TransPennine Express et South Western Railway ont atteint les objectifs annuels fixés dans le cadre de leurs contrats ferroviaires nationaux. Les quatre TOC avaient temporairement adopté des horaires réduits après accord avec le DfT, afin de gérer la fiabilité pendant les pénuries de personnel causées par la variante omicron du coronavirus. Hull Trains et Lumo, le seul segment de la division First Rail où FirstGroup supporte le risque commercial complet, sont toutes deux « légèrement en avance » sur les attentes du groupe, soutenues par la demande résiliente de voyages de loisirs. « Nous sommes heureux que les passagers recommencent à voyager après l’assouplissement des restrictions liées à l’omicron mises en place en décembre », a déclaré David Martin, président exécutif de FirstGroup. « Cela démontre notre conviction qu’il existe une importante demande latente de voyages sur nos services et nous sommes impatients d’assurer des liaisons vitales pour nos clients alors que la reprise se poursuit. »
(Source : Railway Gazette)

Belgique
357 millions € supplémentaires d’investissements chez Infrabel – 28/02/2022 – En plus des dotations classiques d’investissement déjà prévus sur 3 ans (2022-2024), le Gouvernement fédéral a mobilisé 2 enveloppes exceptionnelles, parties intégrantes des plans de relance belge et européen (RRF). Au cours de la période 2022-2024, quelque 2,497 milliards issus de dotations classiques seront investis par Infrabel au bénéfice de la sécurité, de la ponctualité et de la capacité. Complémentairement à ce montant, approuvé par les organes de gestion de l’entreprise, deux enveloppes exceptionnelles sont aujourd’hui prévues en faveur des clients d’Infrabel pour la période 2022-2024 : l’une de 135 millions via les fonds européens RRF ; l’autre de 222 millions via le plan de relance belge (période 2022-2024). Les fonds européens seront essentiellement utilisés pour poursuivre la nécessaire modernisation du réseau. Quant au plan belge, sur les 222 millions, 180 millions seront investis dans le soutien au fret ferroviaire, le solde sera investi sur l’Axe 3 (ligne Bruxelles-Luxembourg).
(Source : Railtech.be)

République tchèque
Les Chemins de fer tchèques vont acquérir dix Vectrons cette année – 24/02/2022 – Les Chemins de fer tchèques exploitent actuellement 17 locomotives Siemens Vectron auprès des sociétés de leasing ELL et RSL. Une seule locomotive est propriété du transporteur étatique. Les machines couvrent principalement l’exploitation des lignes express Berliner Praha – Berlin – Hamburg / Kiel et Slovácký dans la section Prague – Staré Město u Uherského Hradiště. Le type Siemens Vectron est également exploité par la filiale ČD Cargo. ČD a pris en charge la première des dix nouvelles Vectron louées par la société de leasing RSL dans le cadre d’un contrat-cadre portant sur la location de jusqu’à 50 locomotives au dépôt de Prague à Vršovice. La nouvelle locomotive est enregistrée dans le registre allemand et porte la désignation 193.683. Motif : « elles nous aideront à combler le nombre plus élevé de locomotives hors service en raison de la transition vers la nouvelle norme de maintenance ECM et de la période d’installation de l’ETCS », déclare Jiří Ješeta, membre du conseil d’administration et directeur général adjoint de ČD pour le transport de passagers.
(Source : Parlament nilisty.cz)

Grande-Bretagne
Le transport public londonien durement touché par la pandémie – 24/02/2022 – Transport for London (TfL) est l’organisme public local responsable des transports en commun de la ville de Londres et du Grand Londres. Environ 44 % des ménages londoniens ne possèdent pas de voiture, ce qui crée une dépendance à l’égard du réseau TfL. L’organisme traverse la plus grave crise financière de son histoire. En effet, 72 % de ses revenus proviennent des tarifs de plusieurs sources, dont le London Underground, le London Overground, le Docklands Light Railway, TfL Rail, les London Buses et Croydon Tramlink. Le secrétaire d’Etat aux transports, M. Grant Shapps, a déclaré que le gouvernement reconnaissait la dépendance du réseau de transport de la capitale vis-à-vis des recettes tarifaires, et reconnaissait également que la demande était « volatile. » Le 11 janvier dernier, TfL soumettait un plan élaboré à la demande des ministres du gouvernement. Il définit une stratégie qui permettrait à TfL de couvrir les coûts de ses opérations quotidiennes, de sa maintenance et de son financement d’ici 2023-24.
(Source : Railtech.be)

Grande-Bretagne
Où sera situé le futur nouveau siège du chemin de fer britannique ? – 23/02/2022 – En tout cas pas à Londres ! Grant Shapps, secrétaire d’État aux transports, a lancé un concours au début du mois afin de trouver un siège pour le nouvel organisme ferroviaire GBR. Le gouvernement s’est engagé, dans le cadre de son engagement de « nivellement par le haut », a ce que le siège soit situé en dehors de Londres, et qu’il y aura d’autres bureaux régionaux répartis dans tout le pays. La facilité d’accès, le patrimoine ferroviaire et le soutien du public figurent parmi les critères du nouvel emplacement. Bien que les transports soient décentralisés au Pays de Galles et en Écosse, le ministère des transports a déclaré que « les villes d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Écosse sont aussi invitées à poser leur candidature ». La date limite pour les manifestations d’intérêt est le 16 mars. Une liste de présélection sera publiée par l’équipe de transition du GBR en mai, « après quoi un vote du public permettra de déterminer le site gagnant ». Suspense donc…
(Source diverses)

Italie/France
Trainline : « Avec Trenitalia, les ventes sur la ligne Paris – Milan ont triplé » – 22/02/2022 – Boostée par l’arrivée de Trenitalia sur les rails français et les bugs de SNCF Connect, Trainline entend bien poursuivre sa conquête du ferroviaire en Europe et ailleurs. Selon les données communiquées par Trainline, les ventes de billets Trenitalia, nouvel opérateur ferroviaire sur l’axe Paris – Milan ont connu une forte croissance. « Nous avons constaté que les ventes de billets sur la ligne Paris-Milan ont triplé depuis le lancement de Trenitalia : +216% de réservations sur Trainline. Ce résultat démontre le potentiel du report modal vers le rail, sur les voyages longue distance en Europe » explique Christopher Michau, directeur des relations opérateurs chez Trainline. Sur cet axe, la vente de billets sur la ligne Paris-Lyon a augmenté de 14% depuis le lancement de Trenitalia. Pour le ferroviaire français, l’ouverture à la concurrence n’en est qu’à sa première étape. D’ici la fin de l’année de l’année Railcoop et Le train deux nouveaux opérateurs devraient débarquer sur les rails tricolores.
(Lire la suite chez Tourmag)

Espagne
Madrid-Barcelone : 2 millions de voyageurs ont pris les trains low cost – 22/02/2022 – Un taux d’occupation supérieur à 90 % et 2 millions de voyageurs : tels sont les chiffres du trafic « low cost » en 2021, une année incomplète. Il s’agit des chiffres cumulés des deux services low cost en concurrence entre Madrid et Barcelone : Ouigo (SNCF) et Avlo (Renfe), sur une demi-année seulement. Ouigo España a d’emblée aligné 5 allers-retours à l’aide de ses rames Euroduplex de 509 places, offrant donc en semaine 5000 places par jour. En novembre, la filiale de la SNCF annonçait qu’elle avait atteint un million de voyageurs avec un taux d’occupation moyen de 97 %, et à la fin de l’année, elle avait atteint 1.300.000 voyageurs. De son côté, Avlo lançait 4 allers-retours quotidiens avec des rames AVE modifiées à classe unique, offrant 438 places. Cela signifie qu’Avlo n’offre que 3.500 places par jour. La marque low cost de la Renfe a terminé l’année avec 734.000 voyageurs. Si on additionne les deux opérateurs low cost, ce sont un peu plus de 2 millions de voyageurs qui ont été séduit par ces nouveaux services. En rajoutant les services AVE à grande vitesse de la Renfe, ont obtient un total de plus de 4,3 millions de voyageurs pour une demi-année.
(Source : Railtech.be)

Allemagne
50 Vectron Siemens pour Flixtrain ? – 18/02/2022 – Après les trains russes, les locomotives Vectron ! Flixtrain change complètement sa philosophie « d’asset light ». Selon WirtschaftsWoche (WiWo pour les intimes), le groupe munichois serait en discussion avec Siemens pour fournir jusqu’à 50 locomotives, dont l’opérateur ferroviaire Flixtrain a besoin pour une offensive à grande échelle dans le transport ferroviaire longue distance. Flixtrain veut déjà commander des voitures voyageurs en Russie, qui seraient tractées par lesdites Vectron. Cela nous éloigne peut-être de l’option « grande vitesse » qu’on évoquait la semaine dernière. WiWo relate ainsi que Flixtrain veut faire construire les voitures voyageurs par le constructeur russe Transmashholding. Flixtrain est actuellement à la recherche de partenaires financiers qui lèveraient une somme rondelette d’environ un milliard d’euros pour commander et acheter les trains afin de les louer ensuite à Flixtrain. Le généreux donateur devra également financer les locomotives. L’accent mis par Flixtrain sur les trains tirés par des locomotives a une bonne raison. Ceux-ci peuvent être « utilisés de manière plus flexible dans les pays respectifs », explique Maria Leenen, responsable de SCI-Verkehr, un important bureau de conseil allemand. Les voitures voyageurs que Flixtrain veut faire fabriquer en Russie peuvent apparemment être approuvées assez facilement pour le marché européen. Avec l’équipement approprié, les locomotives Siemens seraient déjà homologuées pour le trafic transfrontalier. Rappellons que les Vectron sont homologuées dans une vingtaine de pays, dont la Belgique, mais pas encore la France. Selon Siemens, les locomotives ont un prix catalogue pouvant atteindre cinq millions d’euros. L’avantage pour l’investisseur qui est censé acquérir ces locomotives pour le compte de Flixtrain qu’en cas de défaillance ou de retrait de Flixtrain de certains pays, la société de leasing des locomotives pourrait utiliser ces engins pour d’autres clients, « en cas de nouveau doute dans le transport de marchandises », dit Leenen. Affaires à suivre…
(Source : WirtschaftsWoche)

Belgique
Infrabel lance la production de ses fameuses traverses vertes – 18/02/2022 – Ce nouveau produit émet 40% de CO2 de moins que les traverses classiques à base de béton de ciment. Infrabel a commandé 200.000 exemplaires et devient le premier gestionnaire d’infrastructure ferroviaire d’Europe à rendre ses traverses plus écologiques. Outre le bénéfice pour l’environnement, la production de matériaux en béton de soufre bénéficie aussi à l’emploi : 30 collaborateurs devraient être engagés à court terme et une centaine dans les années à venir. Les traverses « vertes » sont une révolution pour le secteur ferroviaire. Les traverses de béton de soufre ont une durée de vie – 40 à 50 ans – et une résistance à la charge dynamique des trains au minimum identique aux traverses en béton classique à base de ciment. Le béton de soufre est moins poreux que le béton traditionnel et donc moins sensible aux infiltrations d’eau.
(Source : Railtech.be)

Espagne
Un troisième actionnaire se joint à ILSA, futur concurrent en Espagne – 17/02/2022 – Il n’est pas encore en service, ce sera pour la seconde moitié de cette année. Iryo, la marque de ILSA, le service à grande vitesse, va bénéficier d’un troisième actionnaire, après Air Nostrum et Trenitalia. D’après le quotidien Expansión, Globalvía ​​​​aurait acquis une part importante de la participation d’Air Nostrum et des fondateurs du nouvel opérateur. La nouvelle architecture laisserait Trenitalia comme principal actionnaire de la société, Air Nostrum et les fondateurs du projet comme deuxième groupe et Globalvía ​​comme troisième en discorde. S’agissant d’un changement significatif dans l’actionnariat de la société, l’opération doit avoir l’approbation de l’Adif . Les accords-cadres par lesquels Renfe, Ouigo et Iryo se sont vu octroyer la capacité d’exploitation prévoyaient que l’administrateur devait évaluer des changements de ce type pour garantir que les accords d’exploitation signés à l’époque soient respectés et qu’en aucun cas des obligations ou des droits n’aient été transférés à d’autres sociétés. Par ailleurs, Iryo étudierait déjà comment élargir son offre à l’avenir sur les corridors du nord de l’Espagne à partir de 2026, et plus précisément, la Galice et le Pays basque. Mais cela signifierait l’achat de trains avec changement d’écartement automatique des essieux. Iryo étudie l’achat d’une dizaine de rames, sans citer de constructeur.
(Source : El Espanol)

France/Espagne
Fin de la coopération Elypsos Renfe-SNCF – 17/02/2022 – Ce n’est peut-être pas une surprise, tant l’environnement est changeant. La SNCF annonçait hier vouloir mettre fin à la coopération Elypsos avec la Renfe. Les deux compagnies historiques vont donc gérer leurs trains internationaux en propre, d’autant que la SNCF opère déjà en Espagne, en concurrence. Sa position devenait donc intenable. « La Renfe aurait sans doute préféré continuer, mais nous n’avons pas trouvé d’accord satisfaisant vu de notre fenêtre. Depuis 10 ans, il y a eu des progrès, mais ces lignes n’ont jamais été rentables, et nous ne souhaitons pas continuer à perdre de l’argent », explique aux Echos un dirigeant de Voyages SNCF. Avec la première vague du Covid, la demande en sièges avait même chuté de 72 % en 2020 par rapport à 2019, puis à nouveau de 59% l’an dernier. Le partage des recettes internationales, qui figure dans la coopération, s’avérait déséquilibré selon le même dirigeant. Il ne reste plus beaucoup de coopération à la SNCF, si on compte Alleo, avec l’Allemagne, un nom que personne ne connait. Lyria, vers la Suisse, est différent car la SNCF prend pratiquement tout en charge. Quand à Thalys et Eurostar, il s’agit de sociétés à part entière, et c’est semble-t-il la seule formule viable.
(Source : Les Echos)

Grande-Bretagne
Une nouvelle gare à Birmingham pour le train à grande vitesse – 16/02/2022 – Dans le cadre de la première phase de la construction de la ligne à grande vitesse britannique HS2, Birmingham, deuxième ville de Grande-Bretagne, va se doter d’une toute nouvelle gare. High Speed 2 (HS2) est un projet de ligne à grande vitesse entre Londres et les Midlands, le nord de l’Angleterre. HS2 tire son nom du fait d’être la deuxième ligne à grande vitesse d’Angleterre, la HS1 étant la ligne reliant Londres au tunnel sous la Manche. Les principales villes qui seront desservies dès 2030 sont Londres, Birmingham, Leeds et Manchester (en phase 2). Huit options pour le site de la gare de Birmingham furent envisagées. Le site de Curzon Street fut finalement choisi pour implanter une nouvelle gare comportant 7 voies, à construire par Mace et Dragados dans le cadre d’un contrat d’une valeur pouvant atteindre 681 millions d’euros. Elle devrait ouvrir vers 2030. La nouvelle gare de Curzon Street va s’installer à côté de celle de Moore Street et à 500m de celle New Street. Le centre de Birmingham comportera donc trois gares l’une contre l’autre.
(Source : Railtech.be)

Italie
Quelles sont les meilleures gares italiennes ? – 15/02/2022 – Omio, un site de vente de billets en ligne, a examiné les trente gares les plus visitées d’Italie (selon les réservations du 1er mai 2020 au 15 février 2021), en tenant compte de quatre facteurs qui rendent le voyage en train et le séjour dans une gare confortables et agréables. La qualité des offres commerciales et la localisation sont deux des caractéristiques prises en compte par la plateforme Omio pour évaluer et comparer (sur la base d’une note de 0 à 100) les gares des trente destinations les plus fréquemment réservées par les voyageurs ferroviaires. Mais la ponctualité des trains, qui est une affaire plutôt d’infrastructures, est aussi prise en compte. Firenze Santa Maria Novella est la meilleure gare d’Italie. La gare de la capitale toscane est également entièrement accessible et, grâce à la présence du salon pour les voyageurs à grande vitesse et à sa proximité du centre-ville (97.3). Sur la deuxième marche du podium on trouve la gare Roma Termini, tandis que la troisième place revient à la gare de Napoli Centrale. L’article source vous explique pourquoi.
(Source : Railtech.be)

Grande-Bretagne
Chiltern Railways a mis en service commercial sa rame hybride HybridFLEX – 15/02/2022 – Chiltern Railway, un opérateur qui exploite des services locaux et grande ligne entre Londres Marylebone et Birmingham ainsi qu’Oxford, a mis en service son autorail Class 168 équipé d’un bloc-batterie pour stocker l’énergie de freinage régénérée qui peut ensuite être utilisée pour assurer un fonctionnement sans émissions dans les gares et les zones urbaines. Dans les détails, cet autorail à deux voitures numéroté 168 329, initialement livré en tant que Turbostar Class 170 en 2000, a été équipé de deux PowerPacks hybrides MTU comprenant un moteur 6H 1800 conforme aux normes d’émissions EU Stage V, un moteur électrique et un Système de batterie Rolls-Royce MTU EnergyPack. Cela devrait permettre une réduction de 25 % de la consommation de carburant, de 25 % des émissions de CO 2 , une réduction de 70 % des NO x et de 90 % des autres polluants. Le projet est considéré comme une mesure transitoire pour la durée de vie restante de ces autorails, car la seule ligne diesel restante au départ de Londres Marylebone, gérée par le Chiltern, sera électrifiée dans les années qui viennent. Il sera principalement exploité entre Londres Marylebone et Aylesbury, avec des incursions occasionnelles vers Oxford et d’autres destinations. Il sera parfois jumelé avec un DMU standard pour confirmer la compatibilité. Cette exploitation en conditions réelles permettra à Chiltern d’élaborer une analyse de rentabilité pour la conversion d’autres DMU, et une annonce sur les plans futurs est attendue cet été.
(Plus de details – en anglais : Railway Gazette)

Grande-Bretagne
Des contrats de sous-traitance pour plus d’un demi-milliard d’euros pour Londres Euston – 14/02/2022 – 598 millions d’euros, c’est le montant des contrats que veut passer la coentreprise Mace et Dragados (MD JV), pour construire la nouvelle gare londonnienne d’Euston, la quatrième reconstruction du site. Fini l’architecture brutaliste qui prévala dans les années 60-70 chez British Rail. Place aux gares épurées. Les contrats portent sur la construction de la sous-structure principale de la gare, qui comprendra des lots pour le battage de pieux, le terrassement et le béton armé. En outre, MD JV cherche également à trouver un sous-traitant pour fournir les systèmes principaux et les ensembles mécaniques, électriques et de plomberie (MEP) de la gare. Ces contrats de niveau 2 entraîneront de nombreux autres contrats directs chez les propres sous-traitants de chaque contrats spécialisés, offrant ainsi aux entreprises, grandes et petites, la possibilité de participer à la réalisation du projet HS2. Ce n’est là qu’un des domaines dans lesquels le projet HS2 procure du travail à long terme aux entreprises, leur apportant stabilité et opportunités de croissance, dixit les promoteurs de HS2. MD JV a déjà mis la main sur le site de la gare et a terminé les fondations du mur ouest de la station. Des centaines d’emplois ont déjà été créés sur ce projet, et il est prévu que les nouveaux contrats de sous-traitance aient besoin de 3.000 emplois au plus fort de la (re)construction de la gare d’Euston en version HS2.
(Source : Global Rail Review)

France/Italie
Trenitalia satisfait de sa lancée vers Paris – 11/02/2022 – Le 18 décembre dernier, la compagnie Italienne Trenitalia mettait en service sa ligne Paris-Lyon-Turin-Milan. Une première sur les rails françaises depuis l’ouverture à la concurrence fin 2020, et la fin du monopole de la SNCF sur le réseau grande vitesse. Deux mois après ce lancement, Roberto Rinaudo, le patron de la filiale française de Trenitalia, s’entretenait avec France 3 pour un tout premier bilan, forcément très court. « Nous sommes très satisfaits. Nous pouvons dire que les résultats sont très encourageants. Pendant les vacances scolaires, nous avons eu un très bon taux de remplissage des trains. Ils étaient presque complètement remplis avec un taux qui atteint 98%, sachant qu’à cause des restrictions liées au Covid, les places vendables n’arrivaient pas au-delà des 80% des capacités des rames. Il y a eu une très grande curiosité de la part de nos voyageurs qui avaient la possibilité d’essayer un service complètement différent, et c’est là notre esprit. Nous avons eu de très bons retours sur les réseaux sociaux, mais également en direct par le biais de nos équipages. » Le patron français parle de deux allers retours Paris-Milan comme un point de départ ayant pour but de bien desservir une offre pour les voyageurs internationaux, surtout, mais aussi pour les trajets internes domestiques français. « Notre objectif, c’est de faire monter en puissance notre offre avec le lancement de 3 allers-retours supplémentaires par jour que l’on va ouvrir d’ici le premier semestre 2022, donc d’ici le mois de juin. »
(Source : France3-regions.fr)

Suède
Les bons chiffres du port Göteborg et du transport par rail – 11/02/2022 – Le port de Göteborg a enregistré une augmentation de 7 % du trafic de conteneurs en 2021, en enregistrant 828.000 EVP, malgré les perturbations de toute la chaîne logistique mondial, induites par la pandémie de Covid-19. L’exploitation ferroviaire du port suédois, Railport Scandinavia, a également continué de croître en termes de gamme et de volume, tandis que 458.000 EVP ont été transportés entre le port et les destinations intérieures. Il s’agit du chiffre le plus élevé jamais enregistré et représente une augmentation de 9 % par rapport à 2020. Le chemin de fer transporte plus de 60% des marchandises conteneurisées. La proportion élevée permet de faire face à la pénurie de chauffeurs routiers, ce qui permet de ne pas affecter Göteborg comme dans d’autres ports. Le port a travaillé à long terme depuis 20 ans pour renforcer l’infrastructure ferroviaire portuaire grâce au concept Railport Scanidinavia. Depuis 2021, c’est Protrain qui s’occupe de ces tâches dans le port de Göteborg – bien que sur un contrat temporaire. Mais à partir du 1er avril 2022, le contrat sera valable trois ans, avec une option pour une prolongation supplémentaire de quatre ans.
(Source : Railtech.be)

Allemagne
Talbot fournit sa 100ème voiture à Flixtrain – 10/02/2022 – Réputé pour ne posséder aucun actif avec les Flixbus, l’opérateur Flixtrain a dû se résigné à opérer différemment avec le secteur ferroviaire. En 2020, le directeur général Fabian Stenger déclarait dans un quotidien allemand que « l’activité ferroviaire suit des règles différentes de celles des bus longue distance. Flixtrain ne peut pas faire face à des achats pour le moment ». D’où l’option de louer une série de voitures, avec un contrat de maintenance à la clé. C’est ici qu’intervînt Talbot GmbH et Railpool. Le premier est propriétaire des véhicules et en assure la maintenance. De son côté, Railpool assure une stabilité à Flixtrain dans le contrat de leasing, suite à ses déconvenues en 2020 auprès d’anciens partenaires. Pour le directeur général Fabian Stenger, il devenait clair que pour Flixtrain « il vient un moment où vous devrez décider d’acheter vous-même des trains ». Cela contredit la stratégie générale de l’entreprise, qui sous-traite un maximum. Mais Stenger reconnaissait que « l’activité ferroviaire suit des règles différentes de celles du bus longue distance. Flixtrain ne peut pas faire face à des achats pour le moment, » déclarait-il à l’automne 2020. Le mois dernier, Talbot a donc remis, via Railpool, la 100è voiture classée Bmmz avec entre autres, le remplacement des sièges et des aménagements intérieurs, des prises électriques, l’installation d’un nouveau réseau de wifi, de ports USB et de nouveaux WC. Ce matériel circule sur tous les trains de Flixtrain.
(Source : Railtech.be)
>>> Article complet sur ce materiel roulant

Écosse
Les écologistes exigent le retrait des vénérables HST125 du réseau écossais – 10/02/2022 – De quoi s’agit-il ? Des 27 rame HST 125 mises en service en 1977 sur les nombreuses liaisons grande ligne de British Rail. Près de 45 années plus tard, ces rames circulent encore toujours en Grande-Bretagne ! En 2017, ScotRail reprenait 54 motrices et 121 remorques du parc HST 125 britannique, en leasing auprès d’Angel Trains, pour former 17 rames Intercity de 5 voitures et 9 rames de 4 voitures. Des rames plus courtes encadrées par deux motrices, et destinées à relier Glasgow et Édimbourg vers le nord de l’Écosse. Cette nouvelle jeunesse des HST permettait à ScotRail de relier dès 2018-2019 les 7 principales villes d’Écosse que sont Glasgow, Edimbourg, Perth, Stirling, Aberdeen, Dundee et Inverness, sous le vocable Intercity. Ce sont ces rames qui sont aujourd’hui critiquées, non pas pour leur manque de confort en dépit de leur 45 années, mais à cause de leur pollution au diesel. D’après l’association écologiste ‘Friends of the Earth Scotland’, les HST 125 nécessiteraient trois fois plus d’énergie qu’un train diesel standard. « Les HST sont clairement beaucoup plus dommageables pour le climat que le reste de la flotte en Écosse », argumente l’association. Bien que difficiles à trouver, un forum de passionnés a pu estimer les chiffres et parle de 225 litres/heures à pleine puissance, bien que cette pleine puissance ne soit pratiquement pas utilisée en Écosse. ScotRail ne publie pas de chiffres sur les émissions de carbone produites par ses HST rénovés, les diesels standard et les trains électriques par kilomètre. Cependant, étant donné que les HST fonctionnent au diesel et nécessitent trois fois plus d’énergie qu’un diesel standard, il est probable que leurs émissions soient considérablement plus élevées.
(Source : Railtech.be)
>>> Article complet sur ce materiel roulant

Finlande/Estonie
Où en est le projet de tunnel ferroviaire entre Helsinki et l’Estonie ? – 09/02/2022 – Un tunnel ferroviaire traversant la mer entre la Finlande et l’Estonie, réduisant le temps de trajet de deux heures en ferry à seulement 20 minutes en train. Tel est le projet de la société FinEst Bay Area Development, cofondée par l’entrepreneur finlandais Peter Vesterbacka. Le tunnel permettrait non seulement de rapprocher la Finlande et l’Estonie, mais aussi de supprimer le statut d’île de la Finlande et de la relier à l’Europe par le rail. L’idée que ce tunnel soit achevé à la fin de l’année 2024, si la procédure d’approbation se déroule sans heurts, parait on ne peut plus utopique. Le tunnel intégrera la Finlande au réseau ferroviaire européen standard qui est amené aux pays baltes avec le projet Rail Baltica. « Ainsi, elle se connecte également au marché européen, qui s’ouvre actuellement. Avec l’équipement standard du tunnel, les opérateurs ferroviaires peuvent concurrencer les opérateurs européens et les monopoles gouvernementaux tels que la Deutsche Bahn », explique M. Vesterbacka. Contrairement à de nombreux grands projets d’infrastructure, qui sont souvent commandés et financés par les pays, ce tunnel est un projet privé. L’entreprise est en discussion avec les deux gouvernements depuis un certain temps. En avril dernier, la Finlande et l’Estonie ont signé un protocole d’accord portant sur plusieurs projets d’infrastructure, dont un tunnel. Un accord de ce type n’a en fait aucun pouvoir juridique, mais « il s’agit d’une déclaration de volonté, les gouvernements ne signent pas de MoU juste pour le plaisir », affirme M. Vesterbacka.
(Source : Railtech.com)

Allemagne
Quand les voitures électriques profitent au rail – 08/02/2022 – DB Cargo a ouvert un centre logistique automobile à proximité de l’usine Mercedes-Benz de Brême. C’est à cette nouvelle installation que les trains de l’opérateur allemand livreront les tas de batteries nécessaires aux voitures électriques de Mercedes, notamment la nouvelle EQE. À partir de cette année, DB Cargo transportera les batteries de manière neutre en CO₂ depuis l’usine Mercedes-Benz de Stuttgart jusqu’à la chaîne de montage de l’usine Mercedes-Benz de Brême. Le centre logistique permet à DB Cargo de manœuvrer des trains à proximité immédiate des bâtiments de l’usine et de les y décharger. Les batteries lithium-ion sont temporairement stockées dans un parc à remorques et un hall de batteries et préparées pour être livrées à la chaîne de montage. Le traitement est effectué avec des tracteurs électriques, pour ajouter à l’ambition neutre en CO2. Le transport des batteries lithium-ion pose des exigences particulières et la préparation des composants pour l’assemblage sur la ligne de production entraîne de nouvelles tâches pour DB Cargo.
(Source : DB Cargo)

Espagne
Talgo va commencer les essais de locomotives à pile à combustible – 08/02/2022 – La Banque européenne d’investissement (BEI) et Patentes Talgo ont signé un prêt vert de 35 millions d’euros pour financer la stratégie de recherche, de développement et d’innovation (RDI) de l’entreprise. Tous les investissements seront réalisés en Espagne à Las Rozas (Madrid), et seront mis en œuvre entre 2021 et 2024. Le financement de la BEI permettra de renforcer la compétitivité de Talgo grâce à la mise au point de nouvelles solutions en matière de matériel roulant et à l’élargissement de son portefeuille de produits. Cette opération, la troisième à être signée avec le constructeur espagnol, permettra de financer divers investissements de l’entreprise dans des activités de recherche, de développement et d’innovation liées à la mise au point de composants et de systèmes clés pour les véhicules de transport ferroviaire à faible émission de carbone. Tous les investissements financés par la BEI s’inscriront dans le droit fil de la stratégie de l’UE en matière de mobilité durable et intelligente et de la feuille de route de la Banque pour le climat. Il comprend des projets de RDI alignés sur le programme Horizon 2020 de l’UE sur les transports intelligents, verts et intégrés. Outre la mise au point de produits et de procédés de fabrication plus sûrs, les investissements auront des effets positifs sur l’environnement grâce à la mise au point de matériel roulant plus économe en énergie et utilisant des matériaux composites recyclables. Ils contribueront également à promouvoir la mobilité durable en augmentant progressivement le trafic ferroviaire de passagers et de marchandises, favorisant ainsi la mise en place d’un réseau ferroviaire à grande vitesse abordable. L’objectif de ce programme est de stimuler la compétitivité des industries européennes du transport et de mettre en place un système de transport européen efficace dans l’utilisation des ressources, respectueux de l’environnement et sûr, au bénéfice de tous.
(Source : Talgo SA)

Italie
Croissance à deux chiffres pour le trafic intermodal d’Interporto Padova – 07/02/2022 – Rappelons cette particularité italienne avec la création des ‘Interporto’ qui sont une sorte de « villages de fret » obligatoirement connectés au rail. Chaque région d’Italie dispose d’un ou plusieurs Interporto. Celui de Padoue, entre Vérone et Venise, a fait état d’un trafic de 8.040 trains sur l’année 2021, soit + 13 % par rapport à 2020, qui n’était évidemment pas une année exceptionelle. Les unités intermodales (EVP) manutentionnées étaient au nombre de 396.802, soit + 10 % par rapport à l’année précédente. Un résultat qui confirme l’importance du nœud logistique de Padoue et qui récompense la stratégie de modernisation et d’automatisation du terminal entamée et poursuivie avec constance par Interporto Padova ces dernières années. Par dessus tout, Padoue s’offre des chiffres remarquables en dépit d’un autre Interporto géant, celui de Vérone Quadrante, à 82km de là. Cela montre le dynamisme de cette région d’Italie, favorable au train. « C’est un résultat qui nous réjouit – souligne le président Franco Pasqualetti – et qui est très significatif car l’année dernière la logistique et en particulier le trafic maritime a subi quelques chocs, parmi lesquels la difficulté de trouver des conteneurs à utiliser pour les transports en provenance d’Extrême-Orient et la croissance exponentielle du coût des frets. Malgré ces perturbations de la tendance régulière des flux, l’Interporto Padova a su faire mieux et se développer, grâce à la qualité et à la ponctualité de ses services, raison pour laquelle il est de plus en plus choisi par les opérateurs. Nous avons également augmenté – et le ferons encore cette année – le transport de semi-remorques vers l’Europe centrale et du Nord. Il s’agit d’un service de plus en plus demandé, en partie parce qu’il évite aux conducteurs de devoir se rendre à l’étranger, avec toutes les complications qu’entraîne la pandémie, et qu’il peut constituer une réponse à la hausse du coût du carburant, y compris, malheureusement, des carburants verts sur lesquels de nombreuses entreprises misaient. Nous confirmons que nous sommes un élément fondamental pour l’économie non seulement de notre province mais de tout le Nord-Est et, en 2022, nous entendons renforcer encore ce rôle, avec un programme d’investissements et d’interventions technologiques de grande envergure ».
(Source : telenord.it)

Espagne
Alliance CAF / Iberola pour l’hydrogène ferroviaire – 03/02/2022 – CAF et Iberdrola ont formé une alliance pour promouvoir l’utilisation de l’hydrogène vert dans le secteur ferroviaire de transport voyageur. Depuis 2018, les trains à hydrogène sont en service commercial en Allemagne et sont testés aux Pays-Bas, en France et au Royaume-Uni. Ils sont commercialisés comme « verts » car la seule émission qu’ils produisent en fonctionnement est la vapeur. Pas de pollution sale dans nos villes et dans les gares. D’autres pays maintenant veulent suivre le mouvement. C’est le cas de l’Espagne. Mais Iberdrola cherchait un fournisseur de matériel roulant ferroviaire, et s’est donc tourné vers le constructeur CAF. Ce partenariat consiste aux deux entreprises de fournir des solutions complètes de transport durable, allant de la fourniture de matériel roulant et d’infrastructures de ravitaillement aux usines de production d’hydrogène vert et aux infrastructures d’énergie renouvelable. En avril de cette année, CAF prévoit déjà de tester le nouveau train qu’elle développe dans son usine de Saragosse, dans le cadre du projet  » Fch2rail « , qui sera alimenté par de l’hydrogène vert fourni par Iberdrola depuis l’usine de Barcelone.
(Source : Railtech.be)

Espagne
Renfe Aquiler, filiale de la Renfe, adhère à l’Association européenne de location de matériel roulant – 03/02/2022 – Renfe Alquiler de Material Ferroviario (RAMF) a rejoint l’Association of European Rail Rolling Stock Lessors (AERRL), l’association européenne des sociétés de location de matériel roulant ferroviaire, qui vise à promouvoir l’utilisation de matériel roulant ferroviaire européen interopérable et sûr, qu’il s’agisse de trains de passagers ou de locomotives de fret et de passagers opérant dans l’Union européenne, en Suisse et en Norvège. L’entrée de la RAMF dans AERLL permettra d’approfondir l’objectif de traiter toutes les questions techniques, opérationnelles, juridiques et scientifiques liées aux locomotives et aux opérations de location de trains pour les bailleurs opérant dans l’Union européenne, de stimuler l’interopérabilité et de soutenir la poursuite de la décarbonisation et de la numérisation du transport ferroviaire. Cette collaboration s’inscrit dans l’objectif de renforcer la coopération technique entre les acteurs de l’industrie ferroviaire, et de promouvoir la collaboration directe, à travers l’AERRL, avec les autorités publiques au niveau européen, sur les questions liées aux opérations de location de locomotives et de trains, afin de promouvoir le développement du secteur et les objectifs de l’UE en matière de réduction des émissions de CO2. L’Association of European Rail Rolling Stock Lessors, basée à Bruxelles, a été fondée en mai 2021 par les European Rail Rolling Stock Lessors (ROSCOS). Ses actions sont axées, en tant qu’association représentative du secteur, sur la défense des intérêts de ses membres et de leur coopération technique, sur le maintien d’un dialogue au niveau institutionnel pour conseiller et assister les différents organes qui définissent les politiques de l’UE, et sur la promotion de la croissance du transport ferroviaire et l’amélioration de la position concurrentielle du secteur. L’AERRL, dont Renfe Alquiler est déjà membre exécutif, est composée de 8 membres, propriétaires de plus de 2 300 locomotives et trains de passagers présents dans 14 pays, représentant deux tiers du parc de locomotives et plus de la moitié du parc de locomotives et de trains de passagers du matériel roulant disponible à la location dans l’UE, en Suisse et en Norvège.
(Lire la suite : Europapress.es)

Grande-Bretagne
Network Rail met en évidence les défis du changement climatique – 02/02/2022 – Dans son troisième « rapport d’adaptation », Network Rail, le gestionnaire d’infrastructure ferroviaire britannique, présente les progrès réalisés de 2016 à 2021 pour rendre le réseau plus résistant aux conditions météorologiques extrêmes causées par le changement climatique et quelles autres mesures peuvent être prises à mesure que ces événements augmentent en fréquence. L’impact du changement climatique a été de plus en plus évident ces dernières années, le chemin de fer subissant des événements météorologiques extrêmes plus fréquents et plus graves, indique le rapport. Les tendances météorologiques indiquent également une fréquence accrue de périodes extrêmement sèches, suivies de temps prolongés et extrêmement humides, dans les années à venir. Ces facteurs accélèrent la « détérioration des travaux de terrassement et exercent une pression sur les systèmes de drainage et autres infrastructures ferroviaires », indique le rapport. Network Rail a déployé un « groupe de travail sur les risques météorologiques », qui collecte des données pour l’aider à améliorer sa réponse future aux événements météorologiques extrêmes.
(Lire la suite : Railtech.be)

Belgique
La SNCB signe un contrat-cadre pour 50 TRAXX – 01/02/2022 – Pas morte la TRAXX de feu-Bombardier ! On ne peut que se réjouir de voir Alstom continuer le programme, véritable réussite européenne. Alstom a signé un accord-cadre en vue de livrer jusqu’à 50 locomotives électriques TRAXX de troisième génération la SNCB, pour une mise en service sur ses lignes voyageurs. La première commande ferme, estimée à près de 120 millions d’euros, couvre la conception, la fabrication et l’homologation de 24 locomotives de type MS3. Les livraisons devraient débuter en 2026. Ces nouvelles locomotives effectueront des trajets nationaux et transfrontaliers sur les réseaux électrifiés en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Allemagne, y compris sur un certain nombre de lignes à grande vitesse. Fort curieusement, la France n’est pas mentionnée. Elles sont conçues pour fonctionner avec les divers systèmes d’électrification des pays et sont équipées du système de signalisation ETCS, ainsi que des systèmes de signalisation traditionnels requis. Conçue sur le site Alstom de Mannheim, la nouvelle locomotive TRAXX est fabriquée sur le site de Kassel (en Allemagne). Les bogies sont fournis par le site de Siegen (Allemagne) tandis que les structures de caisses sont fabriquées à Wroclaw (Pologne). Le site Alstom de Charleroi fournira les systèmes de signalisation nationaux pour les quatre pays ainsi que le système ETCS niveau 2. La SNCB renoue ainsi avec les commandes Alstom, une firme qu’on ne voyait plus depuis les achats massifs de locomotives et de Desiros chez Siemens.
(Source : Alstom)

Allemagne
Convertir des locos diesel à l’hydrogène ? – 31/01/2022 – Les locomotives diesel polluent le climat. À Dessau-Roßlau, des techniciens travaillent à la conversion des moteurs pour fonctionner à l’hydrogène et au biogaz. Cela devrait être nettement moins cher que d’acheter du neuf. Un groupe motopropulseur du banc d’essai en Saxe-Anhalt est particulier : un moteur diesel transformé qui fonctionne à l’hydrogène. « Le moteur a été allumé pour la première fois en décembre en mode hydrogène », explique Carsten Tietze, ingénieur en mécanique et responsable de l’innovation au centre scientifique et technique de recherche sur les moteurs et les machines de Rosslau gGmbH (WTZ) à Dessau-Roßlau. Une gGmbH est la variante à but non lucratif de la forme juridique plus connue de la GmbH. « Le moteur six cylindres effectue les tests en tant que moteur monocylindre, car les coûts de consommation et la complexité des analyses sont ainsi nettement moindres. Plus tard, le moteur complet sera testé ». La prochaine étape est l’installation dans un train diesel. Fin 2022, un véhicule d’une quinzaine d’années de service aux chemins de fer régionaux de Hesse, sera de la partie. Il circulera d’abord sans passagers en mode test. « À partir de 2025, la circulation régulière des trains entre la gare centrale de Dessau et Wörlitz devrait commencer », explique Dirk Ottwald, le responsable de l’alliance du projet Trains à l’université Anhalt de Köthen. Il ajoute que le trajet jusqu’à la station Wörlitzer Gartenreich est long d’environ 20 kilomètres. « En ce qui concerne la conversion, nous sommes effectivement uniques en Europe. Les moteurs à combustion convertis à l’hydrogène pour des trains n’existent pas encore ».
(La suite : Schiene.de)

Allemagne
Feu vert pour un grand projet S-Bahn à Francfort – 28/01/2022 – Après des années de préparation et de discussion, la construction d’un projet important pour le trafic ferroviaire régional dans la région Rhin-Main peut commencer. Dans la région Rhin-Main, contrairement à Berlin par exemple, il manque jusqu’à présent une boucle ferroviaire autour de l’agglomération. Ainsi, les navetteurs et les voyageurs au nord et au nord-ouest de Francfort doivent se rendre à la gare centrale et y changer de train s’ils veulent se rendre à l’aéroport. Le projet de transport ferroviaire régional à l’ouest de Francfort doit permettre de désengorger la gare centrale, très sollicitée. Le tracé ferroviaire Regionaltangente West doit créer une liaison directe de Bad Homburg à Neu-Isenburg et Dreieich en passant par Francfort-Höchst et l’aéroport. Elle passe à l’ouest de la ville de Francfort – d’où son nom – et devrait être achevée d’ici 2028. La décision d’approbation des plans, une sorte de permis de construire, a été prise par le Regierungspräsidium de Darmstadt pour un premier tronçon, a indiqué vendredi le ministère des transports de Hesse à Wiesbaden. Les premiers travaux devraient débuter en avril. « C’est l’embryon d’une boucle ferroviaire autour de tout Francfort », a déclaré le ministre des Transports Tarek Al-Wazir (Verts). « Ce projet gigantesque intercommunal est un élément extrêmement important et urgent pour les transports en commun dans la région métropolitaine de Francfort Rhin-Main ». Au total, le projet, dont le coût total est estimé à 1,1 milliard d’euros, comprend une longueur de ligne d’environ 50 kilomètres en quatre étapes de planification. Vingt-six points d’arrêt sont prévus, dont près de la moitié sont déjà présents sur des lignes existantes. Après l’achèvement complet, deux lignes de transport en commun sont prévues, chacune avec une fréquence de 30 minutes, les trains devant circuler toutes les 15 minutes sur un tronçon commun.
(Source : Schiene.de)

Suisse/Europe
Forte hausse du transport intermodal chez le suisse Hupac – 28/01/2022 – Malgré la situation économique difficile, l’opérateur de transport combiné Hupac a augmenté les volumes de trafic de 10,7%. L’année dernière, le Groupe Hupac a transporté 1.123.562 envois routiers ou 2.118.000 EVP dans le cadre du transport combiné rail/route et du transport maritime vers l’arrière-pays. Par rapport à l’année précédente, environ 100.000 camions supplémentaires ont été déplacés, ce qui représente une croissance de 10,7%. « Les objectifs climatiques sont réalisables », déclare Michail Stahlhut, PDG du groupe Hupac. « Par rapport au seul transport routier, nous avons épargné à l’environnement 1,5 million de tonnes de CO2 et réduit la consommation d’énergie de 17 milliards de mégajoules – en plus de soulager les routes du transport de 21 millions de tonnes de marchandises. Nous faisons notre part en fournissant un service fiable et en gérant le réseau de manière efficace et respectueuse de l’environnement ». La certification de la performance environnementale est disponible en ligne pour les clients de Hupac Intermodal..
(Source : Railtech.be)

Maroc
Le Maroc veut construire la suite de son réseau à grande vitesse – 27/01/2022 – Après le succès de la ligne ferroviaire à grande vitesse de 2,1 milliards d’euros entre Tanger et Casablanca, le Maroc prévoit d’étendre la ligne existante à Marrakech, puis à Agadir. Mohamed Abdeljalil, le ministre marocain des transports, a annoncé le projet du gouvernement lors d’un discours devant la Chambre des représentants du pays, dans lequel il a déclaré que le projet de 11 milliards d’euros était une priorité pour le royaume, rapporte Morocco World News. Il a précisé que le financement pourrait provenir d’un partenariat public-privé. Selon le site France Info, le Maroc pourrait faire appel à l’aide française, comme il l’a fait pour la ligne Tanger-Casablanca, ou pourrait répondre aux manifestations d’intérêt du groupe industriel chinois Zhongneng Xuanzong Industrial. La ligne de Tanger a été partiellement financée par un prêt de 625 millions d’euros de la France, ainsi que par 80 millions d’euros du Fonds arabe pour le développement économique et social. Elle a été construite par le contractant marocain Société Générale des Travaux du Maroc avec un certain nombre d’entreprises françaises dont Alstom, le groupe Ansaldo-Ineo, et un consortium Colas Rail-Egis Rail. Les nouvelles lignes s’inscriront dans le cadre du plan 2040 de l’Office national des chemins de fer, qui prévoit de relier quelque 43 villes et agglomérations grâce à un réseau comprenant 1.300 km de lignes à grande vitesse et 3.800 km de voies classiques. La liaison Tanger-Casablanca à 320 km/h est le premier train à grande vitesse d’Afrique, achevé en 2018. Elle a désormais réduit le temps de trajet entre les deux centres urbains de 5h à 2h10m.
(Source : Global Construction Review)

Europe
Le train d’essai DAC va voyager dans toute l’Europe – 25/01/2022 – L’attelage automatique est un vieux dossier de l’Europe ferroviaire. Le développement d’une nouvelle génération d’attelage automatique a été initialement entrepris par le programme d’innovation fret appelé « Shift2Rail ». Quatre types d’attelages étaient en pré-sélection l’an dernier. Après des tests approfondis, la conception d’attelage automatique de type Scharfenberg fut sélectionnée en septembre dernier comme base du futur attelage automatique numérique européen. Trois fabricants participant au programme d’essai sont qualifiés de « compétents dans les attelages de type Schafenberg » et doivent être en mesure de prendre en charge la prochaine étape de développement. DB Systemtechnik a participé à la première phase du projet de développement en examinant l’adéquation de base des différents couplages DAC. Les experts du service d’essai et d’ingénierie accompagnent maintenant les essais de conduite DAC à travers l’Europe avec l’attelage Scharfenberg sélectionné.
(Source : Railtech.be)

Allemagne
Alstom et Deutsche Bahn testent le premier train à batterie en service voyageurs – 25/01/2022 – Alstom et la Deutsche Bahn (DB), en coopération avec les Länder du Bade-Wurtemberg et de Bavière, ouvrent un nouveau chapitre de l’exploitation ferroviaire. Les essais d’automotrices électriques à batterie (BEMU) avec une première rame à batterie entièrement homologuée d’Alstom, débutent cette semaine. La DB exploite le type de véhicule à faibles émissions avec sa filiale de transport régional DB Regio. À partir du 24 janvier, les tests auront lieu avec des clients ferroviaires ordianires du Bade-Wurtemberg et à partir du 5 février également en Bavière. L’opération de test se poursuivra jusqu’au début du mois de mai 2022. « Les moteurs alternatifs sont l’avenir de la mobilité. Grâce à nos solutions complètes, nous permettons un transport ferroviaire durable en Allemagne », explique Müslüm Yakisan, président de la région DACH chez Alstom . « Nous travaillons ensemble depuis 2016 sur une technologie de batterie efficace et rentable pour combler les lacunes non électrifiées du réseau ferroviaire allemand. Le test en exploitation passagers nous fournira des données pratiques importantes et montrera que notre train à batterie offre cette solution.
(Source : Railtech.be)

Autriche
870 millions d’euros en Basse-Autriche – 25/01/2022 – Les ÖBB prévoient un investissement record de 870 millions d’euros en Basse-Autriche et autour de Vienne, pour de meilleures liaisons qui profitent non seulement aux voyageurs longue distance, mais surtout aux navetteurs du quotidien. Les deux tiers des voyageurs ferroviaires voyagent dans la région de l’Est. L’une des nombreuses raisons de se concentrer sur l’expansion de l’infrastructure ferroviaire à Vienne, en Basse-Autriche et au Burgenland. Un accent particulier est mis sur la région de l’Est. Avec 870 millions d’euros, l’expansion ici sera poussée à tous les niveaux l’année prochaine. Du S-Bahn de Vienne aux nombreuses lignes ferroviaires de toutes les régions de Basse-Autriche en passant par la nouvelle planification dans le Burgenland. « Cela rendra les voyages en train encore plus respectueux du climat, plus confortables et plus faciles », explique Andreas Matthä, CEO d’ÖBB-Holding. Parmi les projets, la mise à double voie et l’électrification de la ligne Vienne-Bratislava. Mais aussi la planification d’importants projets d’investissement dans les lignes ferroviaires existantes et nouvelles du Burgenland ainsi que l’élargissement de l’offre Park&Ride comme par exemple à Wiener Neustadt, avec un nouveau parking avec environ 1.000 places.
(Source : Railtech.be)

États-Unis
Des anciens de Space X veulent construire des wagons autonomes – 24/01/2022 – Après la société américaine Intramotev Autonomous Rail, ce sont maintenant trois anciens ingénieurs de SpaceX qui s’associent pour construire des wagons de train de marchandises autonomes et alimentés par batterie. Le trio est composé du PDG Matt Soule et des co-fondateurs Ben Stabler et John Howard. Ils ont nommé leur nouvelle startup Parallel Systems, basée à Los Angeles. Elle a déjà levé 50 millions de dollars lors d’un cycle de financement de série A. Dans une interview avec Design Boom, Matt Soule a déclaré : « Notre modèle commercial consiste à donner aux chemins de fer les outils nécessaires pour transférer une partie des 700 milliards de dollars de l’industrie routière américaine vers le rail. Le système parallèle peut également aider à atténuer la crise de la chaîne d’approvisionnement. en permettant un transport régulier et à faible coût du fret à l’entrée et à la sortie des ports. » Dans les faits, le système serait composé de bogies électriques autonomes, qui fonctionnent par paires pour transporter des conteneurs maritimes standard. Un conteneur reposerait donc sur deux de ces bogies autonomes, simulant ainsi un wagon mais sans chassis support. Ces « paires » pourraient alors se regrouper et former des « pelotons », autrement dit des trains. Parallel développe un logiciel qui permet à ses véhicules et pelotons de s’intégrer en toute sécurité aux opérations ferroviaires existantes afin que tous les trains de marchandises et de transit interagissent.
(Source : Business Insider)
>>> À lire aussi : USA : une startup veut promouvoir le wagon de marchandise autonome
>>> Voir le site de Parallel System

Italie
Ca roule pour l’Interporto de Bologne – 24/01/2022 – Le terminal Bologna Interporto, positionné au nord de l’Italie, a démarré l’année avec dynamisme en lançant de nouvelles liaisons intermodales avec l’Europe du Nord. Les destinations comprennent les terminaux portuaires Zeebrugge Cobelfret et Rostock. Les services se concentrent sur le transport de P400 et impliquent deux acteurs intermodaux majeurs. La liaison Bologne-Zeebrugge Cobelfert a débuté le 11 janvier, proposant trois allers-retours par semaine et se concentrant principalement sur le transport de semi-remorques, dont des P400. Il s’agit de la deuxième connexion lancée entre les deux destinations, la première commençant en 2019. La liaison Bologne-Rostock a débuté un peu plus tard, le 19 janvier. Elle a des caractéristiques similaires à celle de Zeebrugge. Elle propose également trois allers-retours hebdomadaires principalement centrés sur le transport de remorques P400. Le logisticien LKW Walter est le principal client du service.
(Source : Railfreight.com)
>>> À lire : L’Interporto, un outil pour créer les conditions du transfert modal
>>> À lire : Comment une région peut dynamiser une économie favorable au train. L’exemple du nord italien

Tchéquie
RegioJet construira son propre dépôt – 21/01/2022 – RegioJet avait acquit il y a deux ans une zone à l’est de la zone industrielle de Dolní Měcholupy pour un nouveau dépôt qui sera accessible depuis la gare de Prague-Hostivař. « L’objectif principal du plan est de créer des installations pour l’entretien et la réparation du matériel roulant de Regiojet », explique l’opérateur privé. RegioJet prévoit plusieurs types de réparations et de maintenance dans la région. Environ 70 % de la capacité doit être couverte par des travaux d’entretien des véhicules d’une durée de 1 à 2 jours, le reste pour des réparations plus longues. Le car-wash, l’atelier de peinture et la fosse de visite sont inclus. Le nouveau dépôt doit être construit sur environ 6 hectares de terrain, la zone bâtie des halls et des bâtiments étant de 12.250 mètres carrés. La capacité de l’atelier de maintenance permettra 8 opérations en 24h, c’est à dire 4 le jour et 4 la nuit. Avec la construction du dépôt, il devrait y avoir un total de dix voies dans la zone. Le complexe devrait également comprendre des logements pour les employés du dépôt, qui accueillera jusqu’à 230 collaborateurs. Jusqu’à présent, RegioJet possède les connaissances techniques nécessaires pour l’entretien et les réparations à Zličín, où les véhicules doivent être transférrés relativement difficilement depuis Smíchov, tandis que l’entretien des locomotives se fait dans des entreprises externes. RegioJet doit quitter son actuelle base de Smíchov en raison de projets de développement prévus par la ville de Prague.
(Source : zdopravy.cz)

Espagne
La Renfe lance 4 aller-retour en Avlo entre Madrid et Valence – 20/01/2022 – À partir du 21 février 2022, il sera possible de voyager entre Madrid et Valence avec le train low cost Avlo, le service à bas prix de Renfe, à raison de trois aller-retour quotidiens, offrant 2.200 sièges par jour. Bien qu’un des deux trains – un pour chaque direction – soient directs, les quatre autres trains Avlo s’arrêteront aux gares de Cuenca Fernando Zóbel et Requena-Utiel, conformément à ce que l’opérateur a également indiqué dans un communiqué. Le premier train quittera la gare de Madrid-Puerta de Atocha à 06h30 et arrivera à Valencia-Joaquín Sorolla à 08h23. Dans le sens inverse, le premier service partira de la gare de Valence à 09:28 et arrivera à Madrid à 11:20. À partir de jeudi, le prix des billets commencera à sept euros et les billets seront vendus en une seule classe grâce à un système dynamique qui offre le meilleur prix disponible à tout moment pour le trajet demandé. En plus du prix de base, le client peut ajouter des services supplémentaires, tels que la sélection des sièges, les changements ou les annulations et les bagages supplémentaires. Les trains Avlo ont des protocoles certifiés par Aenor et par SGS, leader mondial de l’inspection, de la vérification, des tests et de la certification, ce qui constitue une garantie supplémentaire pour la clientèle. De cette manière, les trains Avlo et AVE bénéficient d’une double certification en matière d’assainissement et de désinfection, ce qui constitue un élément différentiel de premier plan par rapport à tout autre transport collectif.
(Source : El Confidencial)

Espagne
Appel d’offre pour améliorer la technologie de changement d’écartement des essieux – 20/01/2022 – Il s’agit ici du domaine du fret. Dans le but d’améliorer la compétitivité du fret ferroviaire entrant et sortant d’Espagne, qui nécessite un changement d’écartement des voies entre 1668 mm et 1435 mm, le gestionnaire d’infrastructure ADIF a lancé un appel d’offres pour le développement de deux installations innovantes de changement d’écartement et d’essieux améliorés de changement d’écartement pour les wagons de marchandises. Ces deux projets font partie du projet Mercave de développement de systèmes automatiques de changement d’écartement pour le trafic ferroviaire de marchandises, financé à 64 % par le Fonds européen de développement régional. L’objectif est de développer des versions plus avancées d’un dispositif de changement de gabarit qui a été installé sur la base de maintenance de l’ADIF à La Gineta, au nord-ouest d’Albacete. Ce dispositif faisait partie d’un contrat de développement de la technologie des essieux à écartement variable attribué à TRIA et Azvi en 2015.
(Source : Railway Gazette)

Allemagne
DB Cargo veut remplacer ses locomotives diesel par des bimodes – 19/01/2022 – Les locomotives bimodes peuvent basculer entre la traction diesel conventionnelle et la traction électrique et peuvent donc être utilisées à la fois sur des tronçons de voie électrifiés et sur des embranchements sans caténaires. La Deutsche Bahn a commandé quelques centaines de locomotives. Vossloh Locomotives, Siemens Mobility et Toshiba seront les partenaires de l’entreprise pour la fourniture de ce nouveau parc. Les 150 premières machines doivent être livrées dans l’année à venir. De cette manière, le parc de locomotives peut également être réduit, car une locomotive bimode ne doit pas être constamment remplacée lorsque le profil de l’itinéraire change. « Grâce aux développements techniques, même les charges les plus lourdes peuvent désormais être déplacées sur le dernier kilomètre ou lors d’opérations de manœuvre »,a déclaré le nouveau commissaire du gouvernement fédéral aux chemins de fer, Michael Theurer. De plus, le chemin de fer s’appuie sur des locomotives de manœuvre hybrides dans lesquelles la traction diesel est soutenue par un moteur électrique. 50 locomotives de ce type doivent être livrées aux chemins de fer à partir de 2024. Selon la DB, environ 900 locomotives diesel de types plus anciens sont actuellement utilisées en Allemagne. Ils doivent être remplacés par des propulsions alternatives à moyen terme dans les 10 à 20 prochaines années.
(Source : Schiene.de)

Espagne
Grosses craintes des opérateurs de fret sur les prix de l’énergie – 17/01/2022 – Le transport ferroviaire craint de perdre en parts de marché et en attractivité en raison des prix de l’énergie. Les prix élevés de l’électricité, du gaz et des carburants augmentent les coûts des entreprises et impactent leurs résultats. Par ricochet, les coûts de production des entreprises ferroviaires, publiques et privées, ont alors grimpé de plus de 25 % au dernier trimestre 2021, ce qui n’est pas bon pour la compétitivité du secteur. L’Union espagnole des opérateurs de transport comodal (UOTC) a envoyé une lettre au ministère des Transports, de la Mobilité et de l’Agenda urbain demandant son intervention urgente pour éviter la perte, selon elle, de jusqu’à 500.000 tonnes dans le transport intermodal. Les membres de l’UOTC dépendent notamment de l’opérateur public de fret ferroviaire Renfe Mercancías qui, pour 2022, a fortement relevé les tarifs « en raison de l’augmentation des coûts d’exploitation, provenant principalement de l’augmentation du coût de l’énergie »,, explique-t-on à Madrid. Une autre association, l’ Association des entreprises ferroviaires privées (AEFP), a rappelé que « la fourniture d’énergie aux entreprises ferroviaire qui circulent sur le réseau ferroviaire n’est pas libéralisée » et qu’« il s’agit d’un approvisionnement aux mains de l’Adif, qui jouit d’un monopole et fixe le prix de l’énergie sans que les entreprises ferroviaires n’aient la possibilité d’aller directement sur le marché » Pour cette raison, ni les entreprises privées de traction ni Renfe Mercancías « ne peuvent comparer les offres, établir des plans à long terme et risquer ou non des contrats à prix fixe ou variable qui permettent non seulement d’obtenir le meilleur prix, mais d’amortir les fluctuations du marché ». Ces hausses de prix font aussi des dégâts chez les clients du rail espagnol. L’Association des Entreposage Froid, Logistique et Distribution d’Espagne (Aldefe), explique ainsi que « la hausse de l’électricité nous conditionne très intensément, car elle a ajouté 40 % au compte d’exploitation et, par conséquent, à la rentabilité de l’entreprise ». En un an environ, le prix de l’électricité a augmenté de plus de 190 %, en partie du fait de la hausse du prix du gaz et du coût de ses droits d’émission. L’électricité, considérée comme énergie verte, est un élément important du prix de vente des chargeurs, mais aussi des opérateurs ferroviaires.
(Source : El Mercantil)

Grande-Bretagne
Jumeau numérique pour cartographier les défauts du métro de Londres – 14/01/2022 – Transport for London (TfL) utilisera un jumeau numérique de la start-up Spinview pour surveiller les voies et les tunnels souterrains et collecter des données sur le bruit, la chaleur et les émissions de carbone. Le projet, financé grâce à une subvention gouvernementale accordée à Spinview, se concentrera initialement sur la création d’une réplique numérique de la ligne Piccadilly, qui fait partie du réseau de métro « en profondeur » (Deep Tube), avec des voies à certains endroits jusqu’à 30 mètres sous terre. L’initiative vise à aider TfL à mieux gérer ses actifs et à soutenir l’objectif du maire Sadiq Khan d’un système ferroviaire sans carbone d’ici 2030. Spinview explique que le jumeau numérique révélera des informations qui auraient pu être auparavant cachées à l’œil humain, telles que les défauts et les points chauds de chaleur et de bruit. Ces données pourraient ensuite être utilisées par TfL pour apporter des améliorations ciblées au réseau Deep Tube. Le personnel de TfL ne sera plus limité à l’inspection physique et à l’arpentage des actifs souterrains pendant les heures d’ingénierie de 1h00 à 5h00 du matin – ils pourront mener des enquêtes, évaluer des emplacements et prendre des décisions à tout moment via l’interface Spinview. Le dispositif Deep Rail Sensor (DRS) de la société capte la géométrie de l’espace et « renifle » les polluants environnementaux. Ces relevés permettront d’établir une base de référence pour les émissions de carbone actuelles de TfL afin de l’aider à mesurer et à suivre la progression des objectifs environnementaux. Le VQecosystem et l’intelligence visuelle de Spinview fourniront à TfL le modèle numérique, les données et les outils qui permettront à l’entreprise de gérer l’environnement du métro de manière plus rationnelle. En outre, l’entreprise britannique fournira à TfL une reconstitution visuelle détaillée et facilement accessible de son environnement Deep Tube, qui jusqu’à présent était notoirement difficile à cartographier en détail.
(Source : Cities Today.com)

Allemagne
La Rhénanie-du-Nord-Westphalie développe le transport ferroviaire régional – 14/01/2022 – Le gouvernement du Land veut développer le transport ferroviaire régional en Rhénanie-du-Nord-Westphalie d’ici 2040 : avec de nouveaux réseaux de trains de banlieue, près de 100 nouvelles gares, des réactivations et des augmentations de fréquence. L’objectif est de développer un futur horaire « idéal » du point de vue des passagers, peut-on lire dans un rapport de la ministre des Transports Ina Brandes (CDU) pour la commission des transports du parlement régional mercredi. Le modèle et la base de départ pour une planification transfrontalière de la « conception du réseau cible 2032/2040 » est la cadence allemande à l’échelle nationale, qui permet de mieux coordonner le trafic à longue distance et le trafic régional. Le concept de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie comprend de grands projets tels que la construction de nouveaux réseaux de trains de banlieue dans le Münsterland (S-Bahn-Münsterland) et dans l’est de la Westphalie-Lippe (S-Bahn-OWL) avec de nouveaux arrêts, de nouvelles liaisons directes, des temps de trajet accélérés et une augmentation de la fréquence. En outre, des lignes ferroviaires désaffectées comme la Teutoburger-Wald-Eisenbahn (TWE), la Westfälische Landes-Eisenbahn (WLE) ou la Walsumbahn (Duisburg-Wesel) doivent être réactivées. Au total, douze communes doivent être nouvellement reliées au transport ferroviaire régional en Rhénanie-du-Nord-Westphalie d’ici 2032. De nouveaux arrêts seront créés aussi bien à la campagne que dans les villes. Rien que le long des lignes de réactivation, 67 nouvelles stations devraient être construites. A cela s’ajoutent, selon le rapport, 29 nouvelles stations sur des lignes existantes ou aménagées. Sur les 336 mesures individuelles prévues à l’échelle nationale dans le cadre de la conception d’objectifs, 81 ont jusqu’à présent été annoncées auprès de l’État fédéral en vue d’une subvention.
(Source : Schiene.de)

Pologne
Pour Siemens Pologne, avec le train à hydrogène, l’infrastructure doit suivre – 13/01/2022 – Pour les lignes non électrifiées, les automotrices avec module batteries sont actuellement une solution plus rationnelle que le matériel roulant à hydrogène. Cependant, cette situation pourrait changer dans quelques années, lorsque l’infrastructure de distribution deviendra opérationnelle et que la nouvelle technologie deviendra populaire. Une étape nécessaire est l’adoption de réglementations régissant la production, le transport et le stockage de nouveau carburant, fait valoir le président actuel de Siemens Mobility en Pologne. Nous proposons un véhicule technologiquement avancé et économe en énergie pour le trafic régional, de la gamme Mireo, que nous offre en version batteries (Mireo B) et en version hydrogène (Mireo H). La vitesse de notre train à hydrogène est de 160 km/h, l’autonomie dans la version en deux sections est de 600 km et dans la version en trois sections est de 1000 km. Le ravitaillement en carburant ne prend pas plus de 15 minutes, ce qui équivaut au ravitaillement en carburant d’une automotrice diesel. Cependant, un véhicule à hydrogène ne suffit pas à lui seul et l’infrastructure qui l’accompagne est tout aussi importante. Le réseau de distribution ne fait que prendre forme. Y -a-t-il encore des freins ? Un obstacle sérieux est le fait que les transporteurs polonais ne disposent généralement pas de leurs propres biens immobiliers et que leurs installations techniques fonctionnent dans des installations louées. Ils ne peuvent donc pas y installer des stations de ravitaillement en hydrogène sans le consentement du propriétaire. Le programme de déploiement de l’hydrogène doit donc être plus large et avoir plus d’acteurs. Néanmoins, le programme mûrit de plus en plus. En Pologne, Lotos et Orlen mettent en œuvre plusieurs projets hydrogène communs. PKP Energetyka a construit le plus grand stockage d’énergie de traction en Europe et prévoit de construire d’autres installations de ce type ainsi que des fermes solaires qui les alimentent. « Un tel concept nous permettra d’offrir des solutions là où l’électrification coûteuse d’autres lignes régionales ne sera pas nécessaire », explique Hubert Méronk, le patron de Siemens Mobility Pologne. Ainsi, ce sera un investissement financièrement plus rentable. Il existe une initiative polonaise visant à construire un immense parc éolien en Poméranie et la « Stratégie polonaise de l’hydrogène » récemment adoptée qui définit les orientations pour l’action. « En tant que Siemens, nous nous concentrons sur l’hydrogène ‘vert’ vraiment écologique, à partir de sources d’énergie renouvelables, et nous voulons être un participant actif sur le marché polonais – avec Siemens Energy, qui dispose de la technologie pour l’obtenir. Nous voulons mettre en œuvre ensemble des projets complets – de la production d’hydrogène au transport d’un passager d’un point A à un point B. »
(Source : Rynek-Kolejowy)

Suisse
Siemens Mobility lance « SwissApp » pour alléger les coûts de l’ETCS – 13/01/2022 – Siemens Mobility a développé une solution d’équipement de véhicule pour les fonctions ETCS de niveau 2 de dernière génération pour le transport ferroviaire suisse. Avec la mise en service de divers itinéraires de niveau 2 sur le réseau à écartement standard, certains itinéraires suisses ne peuvent être parcourus qu’avec des véhicule équipés de l’ETCS. La solution intermédiaire avec ZUB/Signum et le lecteur de balise ETM n’est plus suffisante pour ces itinéraires. La mise à niveau des véhicules avec ETCS entraîne généralement des coûts ponctuels élevés. En plus de l’ingénierie, des essais et de la validation, cela s’applique en particulier aux frais d’homologation ETCS et de réhomologation des véhicules.Dans le cas de petites séries, de véhicules anciens ou individuels, ces coûts ponctuels conduisent à un prix unitaire du véhicule économiquement peu attractif. Cela pose des défis majeurs par exemple aux exploitants de véhicules d’entretien ferroviaire (« flotte jaune »), de véhicules de petites séries ou encore des trains historiques notamment.L’objectif ultime de la solution ETCS SwissApp est donc d’équiper les véhicules ferroviaires d’équipements de véhicule ETCS Baseline 3 modernes (unité embarquée ou OBU) au meilleur prix. À cette fin, Siemens Mobility se concentre constamment sur la rationalisation et la simplification de l’intégration des OBU.
(Lire la suite : Railtech.BE/FR)

Allemagne
Une nouvelle gare à Hambourg-Hbf ? – 12/01/2022 – À partir de mardi, une exposition au Museum für Kunst und Gewerbe de Hambourg présentera des modèles pour le réaménagement de la gare centrale. Avec environ 550.000 voyageurs par jour, la gare principale est surchargée. Le sénateur spécialisé en transports Anjes Tjarks (Verts) s’attend à ce que ce nombre passe à 750.000 personnes dans les 20 prochaines années grâce au Deutschlandtakt, au S-Bahn S4 et au métro U5. L’accent est mis sur le projet gagnant de bof Architekten de Hambourg et hutterreimann Landschaftsarchitekten de Berlin, a annoncé l’autorité de développement de la ville. Un modèle avec un hall vitré ouvert sur le côté sud de la gare avait déjà été présenté par la ville et la Deutsche Bahn au début du mois de décembre dernier. Avec leur projet, les gagnants ont devancé les six autres candidats lors de l’épreuve finale. Le projet final comprend une extension de la structure du toit en forme de tonneau sur le côté Est ainsi que l’amélioration des places environnantes et une intégration plus forte de la gare dans les espaces urbains environnants. Le nouveau hall dans la zone du Steintordamm doit enjamber les voies, ouvrir un nouveau passage du centre ville vers St. Georg et préserver en même temps la vue sur la façade sud du bâtiment historique de la gare grâce à sa construction en verre. De là, les voyageurs pourront également accéder directement aux voies. Le projet laisse également ouverte la possibilité de construire une autre liaison S-Bahn souterraine vers Altona. La mise en œuvre de ce modèle doit toutefois encore être décidée dans le cadre d’une procédure d’adjudication. « On ne sait pas encore quand et comment la gare sera agrandie », a déclaré un porte-parole de l’autorité de développement de la ville.
(Source: Schiene.de)

Europe
L’AERRL et ALLRAIL veulent une base de données européenne pour le déploiement de l’ERTMS. – 11/01/2022 – Les détenteurs de matériel roulant ferroviaire, représentés par l’AERLL, sont très intéressés par la modernisation du matériel existant ainsi que par les nouveaux matériels roulants. Mais ils font face à des coûts importants. Afin de soutenir les investissements privés dans le matériel roulant ferroviaire, AERRL et l’association des opérateurs privés ALLRAIL appellent à la création d’une base de données au niveau européen qui encouragerait les bailleurs de fonds à réaliser des investissements qui tiennent compte de la situation actuelle des réseaux et de la planification du futur déploiement de l’ERTMS. Cet outil devrait, selon les deux associations, refléter le niveau des caractéristiques, ainsi que la planification du déploiement de l’ERTMS sur les corridors du réseau européen RTE-T et de permettre ainsi le développement des mises à niveau des locomotives et des nouvelles commandes. Car si les différents opérateurs sont d’accord avec l’objectif de la Commission de matériel roulant 100% équipé d’ETCS en 2040, force est de reconnaitre que beaucoup de véhicules actuels n’en sont pas équipés. Cette base de données doit alors permettre de coordonner les décisions prises par les gestionnaires d’infrastructure et les propriétaires de matériel roulant pour l’installation de l’ETCS sur le matériel roulant de manière graduelle. Le développement de cet outil devrait être une priorité sur les corridors du réseau européen RTE-T.
(Source: AERLL)

Espagne
L’UE va participer à la modernisation de la gare de Madrid Chamartin – 10/01/2022 – La gare de Madrid-Chamartín doit être modernisée dans le cadre d’un projet de 207 millions d’euros qui comprendra la construction de quatre quais supplémentaires pour les services à grande vitesse sur son côté est. Le gestionnaire d’infrastructure espagnol Adif AV a approuvé le programme fin décembre, avec un financement fourni par le programme Next Generation EU (NGEU) de l’Union européenne (UE) approuvé par l’UE en réponse à la pandémie de Covid-19. Le réaménagement créera trois zones différentes pour les voyageurs, avec une zone d’embarquement pour les trains à grande vitesse, une zone pour les services de banlieue Cercanías et une autre pour les trains grandes lignes classiques. Une connexion souterraine entre les quais Cercanías et le métro de Madrid sera également construite. Le projet devrait durer cinq ans et comprendra également le remodelage du hall de la gare. A terme, la gare comptera 25 quais dont 12 à voie normale UIC. Un projet distinct est déjà en cours pour convertir deux voies à l’écartement standard afin d’augmenter la capacité de service à grande vitesse de la gare. Le programme de 207 millions d’euros vise à préparer la gare pour l’ouverture du tunnel qui reliera Charmatín à la gare d’Atocha, permettant aux services AVE de tout le pays de transiter par la ville. La gare sera également le terminus du service à grande vitesse prévu vers l’aéroport Madrid-Barajas Adolfo Suarez.
(Source: International Railway Journal)
👉 Plus d’info sur ce projet : La gare de Chamartín, un élément essentiel pour l’avenir de Madrid

Allemagne
Rhénanie du Nord-Westphalie veut investir 568 millions d’euros pour le rail régional – 07/01/2022 – Le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie veut verser un total de 568 millions d’euros de subventions supplémentaires pour l’exploitation des S-Bahn et des trains régionaux, afin que l’offre de trains puisse être développée. C’est ce qu’a annoncé la ministre des transports du Land, Ina Brandes (CDU), aux trois autorités organisatrices des transports Rhin-Ruhr (VRR), Nahverkehr Rheinland (NVR) et Nahverkehr Westfalen-Lippe (NWL). Ces promesses de subsides, qui s’étallent jusqu’en 2031 inclus, ne sont pas encore votées, mais il est considéré que tout gouvernement régional va à l’avenir s’y tenir, l’opposition rouge-verte s’étant engagée en faveur du développement des transports publics de proximité. Un changement de coalition après les élections régionales de mai prochain n’y changerait donc rien. Un grand nombre des 18 projets au total est relatif à la construction ou à l’extension de lignes ferroviaires importantes, qui seront financées par d’autres fonds de l’État fédéral et du Land. L’un des projets les plus importants consiste à augmenter sensiblement la fréquence des trains de banlieue de la ligne S11, ce qui devrait permettre d’améliorer la desserte de l’aéroport de Düsseldorf. La S11 circule actuellement de Dormagen/Bergisch Gladbach jusqu’à l’aéroport en passant par la gare centrale de Düsseldorf, mais à partir de fin 2028, elle devrait poursuivre jusqu’à Wuppertal-Vohwinkel. 11 millions d’euros seront alloués pour que les trains passent à une cadence de 20 minutes au lieu de 30 minutes actuellement le dimanche à partir de 2024? Dès 2029, avec 40 millions d’euros supplémentaires, la cadence sera encore plus dense afin que davantage de passagers aériens arrivent en S-Bahn à l’aéroport plutôt qu’en voiture. Les cadences seront également renforcées sur sur la ligne RE 60.2 entre Rheine et Brunswick à partir de 2024, sur la RB 64 entre Münster et Enschede à partir de 2026 et sur la ligne 6 du S-Bahn entre Cologne et Essen plus tard. Il s’agit également de réactiver des itinéraires, tels que le Röhrtalbahn de Neheim-Hüsten à Sundern dans le Hochsauerlandkreis. 
(Source: MSN.com)

Italie
54,5 milliards en plus du PNRR pour le réseau ferroviaire italien – 07/01/2022 – L’achèvement de l’infrastructure ferroviaire italienne va bénéficier de nouveaux fonds. En plus des 109,2 milliards d’euros déjà prévus par le PNRR (Plan National de relance et de Résilience), ainsi que de fonds complémentaires, du contrat programme de RFI et d’autres fonds européens et nationaux, le gouvernement a décidé d’allouer 54,5 milliards d’euros supplémentaires pour achever le réaménagement du réseau ferroviaire italien. Dans le détail, un peu plus d’une dizaine de milliards d’euros proviennent de la loi de finances 2022, qui alloue également 5,1 milliards pour de l’entretien non-conventionnel, tandis que d’autres milliards viendront encore avec les fonds de l’UE et les prochaines lois de finances, dans le but de financer une vaste zone grise de travaux restés en dehors du PNRR. Ces montants étalés sur plusieurs années devraient permettre d’accélérer l’implantation de l’ERTMS, de rénover des dizaines de gares et met un accent particulier sur le sud de la Péninsule qui en a bien besoin.
(Source: Railtech.BE/FR)

Suisse
Un logiciel pour une consommation intelligente de l’énergie – 06/01/2022 – Le virage numérique concerne aussi le domaine de l’énergie. Un nouveau logiciel permet d’identifier les pics de consommation de courant du système ferroviaire et d’utiliser les ressources disponibles avec intelligence. La puissance requise par un train augmente fortement au moment de l’accélération. Aux heures de pointe, lorsque les trains sont nombreux à accélérer simultanément, le réseau de courant de traction se trouve particulièrement chargé. Un effet encore plus marqué les jours où il fait froid : les trains et les chauffages d’aiguilles sont alimentés par le même réseau électrique. En outre, des trains de plus en plus puissants circulent et le trafic ferroviaire se densifie. Du coup, le besoin de courant sur le réseau s’accroît, poussant les centrales électriques et les convertisseurs de fréquence aux limites de leurs capacités. Au lieu de se contenter de construire de nouvelles installations, les CFF misent à présent sur la numérisation. Quelle est l’idée ? Dès qu’un surcroît de charge est imminent sur le réseau CFF, les chauffages des trains et des aiguilles sont déclenchés pour deux minutes au maximum. La consommation d’énergie des chauffages est ainsi reportée dans le temps, réduisant le pic de consommation de courant. Cela, sans que les voyageurs n’en perçoivent rien à bord des trains. Cette répartition intelligente du courant disponible a un nom : la gestion de la charge. Son objectif est de réduire dans un premier temps les pics de consommation de 70 mégawatts d’ici à 2023, ce qui correspond à la consommation de 150 000 ménages. Dans un second temps, l’accent sera mis sur la puissance de traction des locomotives.
(Source: CFF News)

Europe
Railpool commande 100 locomotives Vectron – 06/01/2022 – La société de leasing Railpool a attribué un contrat-cadre à Siemens pour la fourniture de 100 locomotives Vectron et a passé une commande ferme de 70 unités. La commande se compose de différents types de locomotives, qui seront utilisées sur de nombreux corridors ferroviaires européens opérant dans jusqu’à 18 pays. Les locomotives auront une puissance maximale de 6,4 MW, une vitesse de pointe de 200 km/h et seront équipées de systèmes de signalisation nationaux ainsi que d’ETCS. Railpool et Siemens n’ont pas confirmé la répartition précise de la commande ou le calendrier de livraison. Railpool affirme que les locomotives seront utilisées à la fois par des clients existants et potentiels. La commande fait suite à un contrat attribué par Railpool pour 20 Vectrons multisystèmes en août 2021. Les livraisons devraient commencer en mars et ces locomotives seront approuvées pour fonctionner dans 11 pays d’Europe centrale et orientale. Au total, les commandes portent la flotte totale de Vectron de Railpool à 153 unités. Cette commande confirme la forte percée de cette locomotive en Europe.
(Source: International Railway journal)

Scandinavie
Les DSB se débarrassent de leurs locomotives diesel – 05/01/2022 – L’entreprise publique ferroviaire danoise DSB a désormais transféré l’intégralité de son parc de 32 locomotives de type Me à Swedish Nordic Re-Finance, une entreprise qui reconstruit et loue à des tiers des locomotives diesel en les remettant aux normes actuelles. Le rachat de locomotives anciennes est une aubaine pour les gros opérateurs voulant se débarrasser de leurs engins diesel qui ne sont plus aux normes actuelles en vigueur en Europe. Récemment, Nordic Re-Finance a annoncé être en pourparlers avec les CFF (Suisse) pour leur racheter 73 locomotives de classe Am843, acquis en 2003-2005 auprès de l’allemand Vossloh. Les ME danoises seront converties à la norme américaine Tier 0+, ce qui correspond à la norme EU Stage IIIA, se traduisant par une consommation de carburant et d’émissions réduites. « Ce sera notre contribution au marché scandinave du fret ferroviaire pour créer un lien temporel respectueux de l’environnement et compétitif pour des locomotives sans émissions, » explique Arvid Haag.
(Lire la suite : Railtech.be/FR)

France
Taxirail se positionne dans le fret ferroviaire léger – 04/01/2022 – On vous avait déjà présenté le concept Taxirail en juillet 2020. Des navettes de 8 tonnes comportant 16 places assises sur une longueur de 6m. Cela permet de préserver la voie, ce qui intéresse hautement le gestionnaire d’infra, et on limite les essieux du véhicule. Taxirail franchit maintenant une nouvelle étape de son développement avec une adaption fret de ses petits véhicules. Alors qu’en septembre 2021, Taxirail se voyait confier une première étude de faisabilité sur la pertinence de mise en place d’un service voyageurs sur la ligne Bréauté-Beuzeville – Port-Jérôme, en Seine-Maritime, l’entreprise voudrait également faire une expérimentation sur une installation terminale embranchée de 1,6 km de longueur sise à Port-Jérôme à compter de fin 2022, avec une adaptation fret. C’est le constructeur alsacien Geismar qui aurait la tâche de fournir des véhicules présentant une masse à l’essieu de seulement 6 tonnes à l’essieu et d’une autonomie de 600km. Le chargement/déchargement des colis serait effectué par le personnel gérant la ligne.
(Lire la suite : Actu-Transport)

Allemagne
Abellio quitte définitivement la Ruhr – 04/01/2022 – Ce 31 janvier 2022, Abellio cessera définitivement ses activités dans la Ruhr en Allemagne, entraînant une course contre la montre pour que la reprise du trafic par les nouveaux opérateurs se fasse en douceur. En décembre dernier, le comité d’attribution de l’Association des transports Rhin-Ruhr (VRR) décidait que les S-Bahns et les trains régionaux de la région de la Ruhr exploités seraient exploités par la Deutsche Bahn, c’est-à-dire par DB Regio NRW, les lignes S-Bahn S2, S3 et S9, le RE49 de Wesel à Wuppertal ainsi que le réseau Ruhr-Sieg RB91. De son côté, l’opérateur privé National Express reprenait les lignes RRX RE1 (Aix-la-Chapelle-Essen-Hamm) et RE11 la société germano-danoise Vias reprendra le S-Bahn S7, la RE19 et la RB35. Ces 3 entreprises doivent reprendre pour le 1er février près de 1000 personnes d’Abellio et une large flotte de trains dans le cadre de mesures urgentes. Le dossier Abellio va certainement laisser des traces sur la politique de libéralisation, bien qu’il n’y ait jusqu’ici personne en Allemagne pour la remettre en cause.
(Lire davantage : Railtech.BE/FR)

Voyages
Deux voyages en train parmi les 22 meilleures expériences à faire cette année dans le monde ! – 03/01/2022 – Le magazine mondial Time Out, spécialisé dans le décrytptage des activités de temps libre, a généré une liste des meileures choses à faire pour 2022, au niveau mondial. Établie par son réseau mondial de rédacteurs, d’écrivains de voyage et de journalistes contributeurs du magazine, la liste comprend des destinations aussi diverses que la Maison Gainsbourg à Paris, l’Exposition Fashion Manifesto de Melbourne, la discothèque la plus isolée du monde dans le Westfjords en Islande ou encore la capitale européenne de la culture 2022 à Novi Sad en Serbie. Dans la liste de Time Out, on trouve aussi deux voyages en train : en Orient d’abord, sur l’itinéraire légendaire de Marco Polo à travers l’Ouzbékistan, de la capitale Tachkent jusqu’à l’ouest de Khiva – dont 94 mosquées et 63 madrasas en font un site du patrimoine mondial de l’Unesco – le tout dans des trains rénovés. Et plus près de nous, faire le trajet Bruxelles-Prague avec le train de nuit mis en service en principe au milieu de l’année. Détail amusant, Time Out fait l’éloge de RegioJet en oubliant un peu que l’initiative est néerlandaise au travers d’European Sleeper.
(Voir la liste complète de Time Out)

Pologne
Pologne : bientôt à 250 km/h sur la Centralna Magistrala Kolejowa – 31/12/2021 – La Pologne va certifier sa Centralna Magistrala Kolejowa (CMK) pour être apte une vitesse de 250 km/h dès décembre 2023. La Centralna Magistrala Kolejowa (CMK) est une ligne ferroviaire devant à l’origine relier Varsovie à Katowice, dans le sud du pays . Elle a été construite entre les années 1971-1977 dans une configuration quasi rectiligne. Elle a en réalité une longueur de 224 km et relie plus précisément Grodzisk Mazowiecki, à 30km au sud de Varsovie, à Zawiercie, à environ 45 km au nord-est de Katowice et à environ 70 km au nord-ouest de Cracovie. Électrifiée en 3kV, elle est actuellement limitée à 200km/h. Les polonais ont entamé maintenant une série de travaux pour rehausser la vitesse de cette ligne à 250km/h.
(Lire la suite : Railtech.BE/FR)

Espagne
Espagne : la grande vitesse arrive en Galice – 30/12/2021 – Le train à grande vitesse en Galice est déjà une réalité. Après 16 ans de travaux et plus de 10 milliards d’euros d’investissements, un AVE au départ de Madrid arrivait le 19 décembre à Orense dans ce qui a été l’inauguration du premier itinéraire complet du service à grande vitesse qui relie la capitale à la Galice après avoir terminé la dernière section en attente d’exécution : celle qui relie Pedralba de la Pradería (Zamora) à Orense. Cette ligne consolide l’Espagne sur le podium mondial de la grande vitesse ferroviaire, tant en kilomètres construits que projetés ou en construction, après la Chine (39.700 kilomètres) et devant le Japon avec plus de 3.700 kilomètres. Un exploit qui contraste avec l’état des lignes régionales ou suburbaines qui réclament plus de moyens depuis des années.
(Lire la suite : Railtech.BE/FR)

Italie
32 services Milan-Rome sans arrêt pour NTV-Italo – 29/12/2021 – Nouveauté depuis le service horaire 2022 : l’opérateur privé NTV-Italo met en service 64 liaisons par jour entre Milan et Rome, dont 32 liaisons dites « No Stop » entre les deux capitales. Le trajet de 567km est ainsi couvert entre 3h09 et 3h15, soit la fameuse barrière qui dit que dans ce cas, le train est plus avantageux en temps que l’avion. Aux heures de pointe, cela fait 1 train toutes les demi-heures. L’opérateur privé retrouve ainsi enfin des couleurs après deux années épouvantables liées à la pandémie. Elle a maintenant réceptionné la totalité de ses trains, soit 51 rames comprenant 25 AGV et 26 EVO, du matériel 100% Alstom. Ce plus grand nombre de trains permet à Italo d’être en mesure d’effectuer un plus grand nombre de liaisons quotidiennes, en couvrant de plus en plus de lignes et en mettant en œuvre les fréquences sur les lignes déjà desservies. Depuis le dimanche 12 décembre, Italo effectue 116 trajets quotidiens.
(Lire la suite : Railtech.BE/FR)

Chine
En Chine, le plus grand réseau de trains à grande vitesse – 28/12/2021 – En quinze ans, la Chine a construit le premier réseau de train à grande vitesse au monde totalisant 37 900 km de lignes. Un développement au prix malgré tout d’une dette astronomique. Jadis, des trains lents et souvent inconfortables parcouraient ce vaste pays, avec des vitesses moyennes si faibles que des trajets tels que Shanghai-Pékin se révélait être un test d’endurance pour voyager.Le projet de la grande vitesse en Chine a émergé dans les années 80 mais dans les années 90, le ministère chinois du Rail choisissait d’augmenter progressivement la vitesse des lignes existantes plutôt que de se lancer dans un projet de ligne nouvelle. Il y eu trois étapes : d’abord, dans les années 90, l’exploration, puis différentes phases d’accélération du réseau…
(Lire la suite : Railtech.BE/FR)

Italie
Recherche pour une intégration optimale de la technologie numérique dans le Transport Combiné – 27/12/2021 – Mercitalia Intermodal et TX Logistik testeront différentes compositions de wagons de fret « intelligents », pour trouver l’intégration optimale de la technologie numérique dans le transport combiné (TC). L’objectif des deux sociétés du groupe Mercitalia (Groupe FS Italiane) est de déterminer les marges d’amélioration possibles des processus d’exploitation, de maintenance et de sécurité d’exploitation. Les wagons de fret sont équipés d’une large gamme de capteurs et de technologies de communication modernes. Le but ultime est de passer du wagon de fret « intelligent » au « train intelligent », mettant en œuvre la communication entre les wagons de fret et la locomotive afin d’obtenir le test de freinage automatique et la surveillance constante de la dynamique de marche du train. Grâce à la base de données, disponible pendant le test, d’autres domaines d’application de ces technologies pour l’amélioration des processus de transport combiné ont pu être identifiés. L’adoption des techniques d’apprentissage automatique les plus avancées (deep learning) et l’implication de tous les domaines d’activité seront l’occasion de faire émerger davantage de potentiel dans le secteur du TC.
(Source: Trasporti-italia.com)

Belgique
Siemens va moderniser du matériel roulant SNCB avec l’ETCS niveau 2 – 24/12/2021 – Siemens Mobility va moderniser 305 rames Desiro, notamment destrinées au RER, ainsi que 64 voiture-pilotes M6 et 21 voiture-pilotes I11 fournies jadis par Bombardier/Alstom. Grâce à la mise à niveau ETCS niveau 2, la flotte sera en mesure de fonctionner avec un plus grand degré d’efficacité et de répondre aux dernières normes européennes en matière d’interopérabilité de la sécurité ferroviaire. Siemens Mobility est déjà un fournisseur de la SNCB puique l’entreprise allemande a livré il y a quelques années de nouveaux trains et locomotives, c’est à dire les 305 automotrices Desiro et 120 locomotives T18/T19. Elle fournit aussi de la technologie de signalisation pour Infrabel, le gestionnaire d’infrastructure. Siemens Mobility va équiper les rames et voitures de la SNCB avec sa technologie ETCS niveau 2 Trainguard. En investissant dans la mise à niveau ETCS niveau 2, les chemins de fer belges se conformeront aux dernières normes européennes V3.6.0 en matière de sécurité ferroviaire. Le nouveau système simplifiera également les futures mises à niveau des prochaines versions de l’ETCS conformément aux normes STI (spécifications techniques d’interopérabilité)
(Source: Railtech.BE/FR)

Allemagne
TEAM Treuhand GmbH deviendra le nouvel actionnaire de Keolis/Eurobahn – 23/12/2021 – Devenu un gouffre à finances selon son ancien patron, Keolis Deutschland va voir ses services Eurobahn repris par un nouvel actionnaire. Keolis Deutschland et sa société mère, la société française Keolis SA, les autorités régionales des transports de Westphalie-Lippe (NWL), Verkehrsverbund Rhein Ruhr (VRR), Landesnahverkehrsgesellschaft Niedersachsen (LNVG) et Provincie Overijssel ont eu des discussions intensives pour parvenir à un accord sur une refonte des précédents contrats de transport régionaux en Westphalie-Rhénanie du nord. Les partenaires se sont mis d’accord sur un règlement distinct pour la poursuite de la coopération avec Keolis. Si l’ancienne société « Keolis Deutschland » disparaît, la marque « Eurobahn » reste avec le même logo. L’exploitation ferroviaire sera en effet reprise à compter du 1er janvier 2022 par TEAM Treuhand GmbH qui deviendra un nouvel actionnaire d’eurobahn à travers une filiale, SG eurobahn UG ​​​​(responsabilité limitée).  Team Treuhand reprend des positions d’actionnaires dans les phases de transition des entreprises et appartient au cabinet d’avocats Noerr. L’objectif est de travailler avec la direction et les partenaires commerciaux pour préparer eurobahn à l’avenir, assurer la stabilité et la performance, et en même temps créer de la rentabilité afin de préparer le terrain pour un nouvel investisseur stratégique à l’avenir. Pour les voyageurs, en regardant le nouveau logo de l’entreprise, il n’y a pratiquement aucun changement à remarquer. «Notre priorité absolue a toujours été de travailler avec les autorités responsables pour amener nos voyageurs en toute sécurité et de manière fiable à leur destination et pour assurer l’avenir des employés d’eurobahn. Nous avons maintenant fixé le cap pour cela. Nous profitons de cette occasion pour remercier tous les collaborateurs de Keolis Deutschland pour leur engagement et pour la confiance qu’ils nous accordent et souhaitons à tous un début d’année sain et réussi », a déclaré Bernard Tabary, Directeur Général International du Groupe Keolis. L’équipe de direction d’eurobahn reste en place avec Anne Mathieu, sa CEO, et Karsten Schulz, son directeur technique. L’équipe de direction de huit personnes reste également en place. C’est donc bien l’actionnariat qui change.
(Source: Nahverkehr-NRW.de)

Allemagne
Une rame Stadler à batteries établit le record mondial de 224 kilomètres d’autonomie – 22/12/2021 – Stadler a établi un record qui sera officiellement inscrit dans le livre Guinness des records du monde pour un voyage en sur les seules batteries. En voyageant entre Berlin et Warnemünde en compagnie de consultants techniques indépendants, le véhicule d’essai FLIRT Akku a atteint une autonomie d’exactement 224 kilomètres à des températures hivernales proches de zéro. La rame utilisée pour ce voyage record est une rame FLIRT de Stadler, un développement de 2002. La FLIRT est devenue un best-seller international avec plus de 2.000 véhicules vendus. Aujourd’hui, des rames de ce type sont exploitées dans 20 pays dans pratiquement toutes les zones climatiques, de l’équateur au cercle polaire, dont 528 unités rien qu’en Allemagne. Des compositions de rames de deux à six caisses sont réalisables en version à écartement normal et large pour des vitesses de pointe de 160 à 200 km/h. Ce faisant, la rame FLIRT peut être adaptée aux besoins individuels des clients de manière très flexible en termes de technologie d’entraînement, de nombre de sièges, de flux de passagers et d’aménagement intérieur. Avec la FLIRT Akku, Stadler a développé une automotrice électrique à batterie (battery-electric multiple unit – BEMU) qui fonctionne à la fois comme une EMU classique (Electric Multiple Unit) sous caténaire et comme une unité à batterie sur lignes non électrifiées. Elle est donc idéale pour les lignes partiellement électrifiées qui doivent encore être desservies par des trains aujourd’hui diesel. Stadler avait déjà remporté le premier appel d’offres pour les technologies vertes en Allemagne et vendu 55 FLIRT Akkus à NAH.SH, l’association des transports locaux du Schleswig-Holstein en 2019. En novembre 2021, une autre commande de 44 rames a suivi de la part de Deutsche Bahn Regio. En outre, Stadler construit également le premier FLIRT à hydrogène pour la San Bernardino County Transportation Authority (SBCTA) aux États-Unis.
(Source : Stadler)

Allemagne
La DB a dépassé ses objectifs de recrutement – 21/12/2021 – Avec environ 22.000 promesses d’emploi, la Deutsche Bahn a poursuivi avec succès son offensive en matière de personnel au cours de cette deuxième année Corona et a dépassé son objectif d’embauche pour 2021. Parmi eux, 5.000 jeunes recrues – un record ! Avec ces investissements massifs dans le personnel et la qualification, la DB veut continuer à renforcer le mode de transport ferroviaire et contribuer ainsi de manière décisive au tournant de la mobilité. Lors d’une rencontre virtuelle avec la presse, le directeur des ressources humaines Martin Seiler faisait le point ce lundi. Il est apparu clairement que les motifs de candidature étaient aussi variés que les personnes elles-mêmes : premier véritable emploi, nouveau départ dans la crise de Corona, désir de sécurité ou recherche d’une activité qui a du sens. « Nous tenons parole et continuons à investir à un niveau élevé dans l’infrastructure, les nouveaux véhicules, les gares – et dans le personnel ! Car le tournant de la mobilité nécessite des collaborateurs engagés ! Cette année, nous avons proposé 22.000 contrats de travail. De l’ingénieur au conducteur de train, nous accueillons les nouveaux collègues, une diversité fait notre force. Le nombre élevé d’embauches le montre aussi – la DB marque des points en tant qu’employeur attractif sur un marché du travail tendu ». Parmi les profils où les engagements furent nombreux : 2.720 personnes pour la maintenance des rails et des véhicules ferroviaires, 2.410 ingénieurs, près de 2.800 conducteurs de train et environ 1.230 personnes dans les secteurs du conseil, développement et mise en œuvre informatique.
(Source: Deutsche Bahn)

Belgique
Alstom va livrer à la SNCB 98 voitures M7 supplémentaires – 21/12/2021 – Alstom a reçu une nouvelle commande portant sur la livraison de 98 voitures à deux niveaux à la Société Nationale des Chemins de Fer Belges (SNCB). Cette commande d’une valeur totale d’environ 268 millions d’euros s’inscrit dans un contrat-cadre signé en 2015 pour fournir jusqu’à 1.362 voitures M7. À ce jour, la SNCB a commandé 747 voitures au total. La SNCB est en quête de changer sa flotte de trains. En 2002, elle décidait de migrer vers un maximum de trains à deux niveaux, pour faire face à un fort accroissement du trafic. Le but est de remplacer les séries de voitures M4, M5 ainsi que les automotrices « break », dont le confort n’est plus aux normes actuelles. Un remplacement graduel de ces différentes flottes milita pour une conversion en rames dotées de voitures à deux étages. Ainsi naquirent d’abord les 492 voitures M6 à deux étages, une émanation du concept Dosto de Bombardier. Les voitures M7 leurs succèdent mais sont techniquement semblables. La pièce maîtresse, et probablement unique en Europe, est la voiture motorisée M7, développée par Alstom dans son centre d’excellence situé à Valenciennes (France). D’autres éléments sont fabriqués par diverses entités du groupe Alstom.
(Source: Railtech.be)

Suède
L’opérateur public SJ passe commande de 25 rames – 20/12/2021 – Et un de plus ! Alstom, via l’ex-Bombardier Sweden, vient de se voir attribuer le contrat d’au moins 25 nouvelles rames capables d’atteindre une vitesse de 250km/h. Ces rames ne sont cependant pas des TGV au sens strict du terme mais seront utilisées pour le trafic ferroviaire longue distance entre les grandes villes de Suède mais également pour le trafic transfrontalier vers le Danemark et la Norvège. Ces nouveaux trains font partie de l’investissement prévu par les SJ pour environ 1,16 milliard d’euros (12 milliards de couronnes suédoises) dans des trains neufs et d’autres à rénover. Les 25 rames commandées chez Alstom font partie de cet investissement à hauteur de 680 millions d’euros, ce qui signifie que l’achat est l’une des plus importantes transactions ferroviaires de l’histoire de SJ. Ces nouvelles rames viendront compléter le parc des X2000 en cours de rénovation.  Les nouveaux trains à grande vitesse ont un espace pour les vélos, de bonnes solutions de bagages et un SJ Bistro entièrement équipé avec des plats chauds. Innovation : le train devrait pouvoir se déplacer sur batterie en cas de perturbations de l’alimentation électrique sur la ligne. Ces rames devraient être mises en service dès 2026. 
(Source : jarnvagsnyheter.se)

France/Italie
Le premier Frecciarossa a quitté Paris ce samedi – 18/12/2021 – Le premier Frecciarossa de Trenitalia France (ex-Thello), a quitté Paris gare de Lyon à 7h26 (+ 2 minutes…). L’opérateur public italien offre dans un premier temps deux allers-retours entre Paris et Milan, qui passeront à trois courant 2022. L’important à comprendre ici est que Trenitalia peut proposer des billets intérieurs français, en l’occurrence sur Paris-Lyon. Trenitalia met sur cette liaison le meilleur de ses trains de la gamme Zefiro de l’ex-Bombardier, aujourd’hui racheté par Hitachi Rail. D’autres vues de cette première en France peuvent être visionnées ici. Trenitalia fait preuve ces dernières années d’une offensive importante à l’international. Après son implication dans les chemins de fer grecs, Trenitalia est aussi devenu en 2019 le partenaire de First Group pour opérer ses « Avanti » entre Londres et Glasgow. Plus récemment l’entreprise s’est aussi alliée avec l’espagnol Air Nostrum (ILSA) pour opérer la marque iryo qui devrait lancer ses premiers Frecciarossa en 2022 en Espagne, dans le cadre d’une libéralisation très encadrée.
(Source et photo : Pricille Garcin via LinkedIn)

Suède/Suisse
Des diesels suisses revendues en Suède ? – 17/12/2021 – Selon le magazine en ligne Järnvägar.nu, un grand nombre de locomotives diesel suisses pourraient se retrouver en Suède dans quelques années. La société Nordic Re-Finance aurait entamé des négociations avec la compagnie ferroviaire nationale suisse CFF. Nordic Re-Finance a déjà signé un contrat pour ramener en Suède 26 locomotives diesel ME danoises, qui seront utilisées en Suède et en Norvège par Railcare à Långsele. Les locomotives seront livrées dans les prochains mois. Selon Sven Engquist, PDG et président de Nordic Re-Finance, l’idée est que les locomotives ME remplaceront les locomotives diesel vieilles de 50 à 70 ans dont les performances environnementales et climatiques sont médiocres, en attendant des solutions plus durables avec une alimentation par batterie ou par hydrogène pour le trafic sur les lignes non électrifiées. Mais les locomotives danoises ME sont surtout adaptées au transport de marchandises lourdes et moins adaptées aux manœuvres. C’est pourquoi Nordic Re-Finance envisage d’acheter un certain nombre de locomotives diesel dotées d’une cabine qui facilite les manœuvres, mais dont la traction est suffisante pour tirer des engins de travaux ferroviaires et des trains de marchandises légers à moyens. La Suisse a décidé d’éliminer progressivement l’utilisation de combustibles fossiles sur ses chemins de fer d’ici à 2030 et les CFF réfléchissent actuellement à la manière d’éliminer progressivement le parc de 73 locomotives de classe Am843, acquis en 2003-2005 auprès de l’allemand Vossloh. Les locomotives, désignées G1700 BB, étaient basées sur les G1206 de MaK que Vossloh avait acquises en 1998. Cette coïncidence avec le calendrier de Nordic Re-Finance permettrait un transfert progressif des Am843 suisses pour remplacer les T43 et T44 suédoises, toujours en service mais complètement obsolètes. Sven Engquist n’a pas souhaité commenter les discussions avec les CFF pour le moment.
(Source: jarnvagar.nu)

France
Alstom fournira à Transdev des Omneo Premium destiné à la ligne Marseille-Nice – 17/12/2021 – Alstom et Transdev ont formellement lancé aujourd’hui à Crespin (Hauts-de-France) la mise en œuvre du contrat portant sur la fourniture de 16 trains de 8 voitures destinés à la ligne Marseille-Toulon-Nice, que Transdev exploitera à l’été 2025. Cette commande, d’un montant d’environ 250 millions d’euros, comprend également le support à la maintenance des trains pour une durée de 10 ans. La livraison de ce nouveau matériel, fabriqué sur le site Alstom de Crespin, débutera fin 2024. Ces nouveaux trains de 8 voitures, d’une longueur de 110 mètres, offriront 352 places assises (ainsi que 66 strapontins pour les voyageurs réalisant un trajet court). Cette grande capacité est obtenue grâce à l’alternance de voitures à un et deux niveaux. Ce train du littoral s’adaptera à tous les voyageurs grâce à de larges couloirs et des zones multifonctions de plain-pied, permettant de stationner des vélos, des trottinettes ou encore des bagages. Les trains Omneo Premium sont issus de la plateforme Omneo d’Alstom dont 491 rames ont déjà été commandées par 10 régions françaises (373 rames périurbaines et régionales de type « Regio 2N » et 118 rames Intercités de type « Omneo Premium »).
(Source: Alstom)

France/Italie
Le Lyon-Turin une nouvelle fois confirmé – 16/12/2021 – La 62e session de la Cig, la conférence intergouvernementale italo-française sur la liaison ferroviaire Lyon-Turin, s’est achevée aujourd’hui en fin d’après-midi. Après 5 ans de politique de la chaise vide pratiquée par l’ancienne maire de Turin, issue du mouvement populiste « 5 stelle », l’ouverture de la conférence par son nouvel édile a bien marqué le retour de la ville du Turin dans le camp des « Si Tav » (Oui au TGV Lyon-Turin). « Pour moi, cette ligne est essentielle afin de connecter Turin avec la France, et l’Europe », déclarait mercredi matin, au micro de nos confrères italiens Sky 24 ore, le nouveau maire qui ne laisse donc planer aucun doute : la page est tournée. La délégation italo-française, coordonnée par le président Paolo Foietta, a présenté et formalisé l’engagement de l’Italie pour la construction de la section d’accès au tunnel de base, la planification des travaux réalisés par la société Telt, chargée d’effectuer la section du passage international. La question de la gestion des déblais dans le chantier international a également été abordée et l’avancée du travail long et complexe d’analyse et de recherche de solutions partagées a été présentée, ce qui a impliqué des experts de Telt et des ministères de la transition écologique et environnementale des deux pays. Foietta a affirmé que « l’activité de la Cig, indispensable dans la phase de mise en œuvre des travaux, s’est récemment enrichie de nouvelles missions. »
(Source: Nova news)

Espagne
Les concurrents convoitent activement la ligne andalouse – 16/12/2021 – Comme on le sait, la libéralisation de la grande vitesse espagnole a débuté en mai dernier et est strictement encadrée : 3 lignes sont ouvertes à la concurrence, et 3 opérateurs ont obtenu des droits de trafics différents. Parmi les lignes ouvertes, figure la liaison Madrid Séville/Malaga, autrement dit l’Andalousie. Les deux autres étant Madrid-Barcelone et Madrid-Valence/Alicante. Les 471 kilomètres entre Madrid et Séville furent les tous premiers à être inaugurés en 1992. Cette ligne dispose encore du système de signalisation allemand LZB, à une époque où l’ETCS n’existait pas. La section entre Cordoue et Malaga est en revanche déjà pourvue du système ETCS. Les nouveaux compétiteurs de la Renfe doivent donc intégrer dans leur matériel roulant cet ancien système pour pouvoir rouler sur la première partie entre Madrid et Cordoue. Pour le moment, seules les rames TGV Alstom de Ouigo Espana (SNCF) roulent en Espagne entre Madrid et Barcelone. Ouigo est occupé à installer le système LZB sur quelques rames Alstom. Iryo, l’opérateur conjoint Trenitalia/Ilsa, ne roule en revanche pas encore. C’est prévu pour le second semestre 2022. Des rames Frecciarossa sont déjà arrivées en Espagne pour l’homologation mais à l’inverse des rames Alstom, Iryo pourrait déjà faire ses tests d’homologation directement sur la ligne andalouse car Hitachi Rail les a déjà rétrofitées avec le système LZB. Une petite longueur d’avance donc sur Ouigo Espana car iryo semble vouloir être prêt à débuter ses tests pour fin janvier. Pourquoi cette avance ? Les trains Frecciarossa qui circulent en Espagne sont des trains neufs fabriqués par Hitachi Rail directement conçues pour l’Espagne, tandis que Ouigo utilise des rames TGV de conception plus ancienne et à l’origine non-prévue pour l’Espagne. Les rames Hitachi sont en effet adaptées en sortie d’usine pour rouler avec le système LZB espagnol alors que les rames Alstom ne le sont pas, ce qui oblige Ouigo Espana d’entreprendre de nouveaux investissements pour adapter la flotte. De son côté, Le gestionnaire ferroviaire Adif, responsable du réseau, s’est engagé à effectuer la transition du LZB vers l’ERTMS à partir de 2025. Une date jugée trop tardive par les compétiteurs de la Renfe.
(Source: La Información)

Espagne
Thales signe pour moderniser la ligne à grande vitesse Madrid-Séville – 16/12/2021 – Thales a remporté deux contrats importants pour la rénovation de la ligne à grande vitesse Madrid-Séville mise en service il y a 30 ans. À cette époque, il n’y avait pas d’ERTMS et ce sont les enclenchements allemands LZB qui furent installés sur les 471km du tracé. Ils imposent encore aujourd’hui au matériel roulant d’avoir cette technologie de sécurité spécifique à bord. L’objectif est de renforcer la capacité de la ligne, mais aussi d’adapter les systèmes aux normes européennes d’interopérabilité. Les équipements seront modernisés afin d’améliorer la disponibilité et la fiabilité de la ligne, pour un plus grand confort des voyageurs. Cette modernisation facilitera également l’accès à la ligne pour d’autres opérateurs quand la libéralisation du réseau ferroviaire sera effective. D’une durée d’exécution de 52 mois, le projet est doté d’un budget de près de 80 millions d’euros (hors TVA) financé par l’Union européenne. Il couvre le remplacement des enclenchements actuels par des systèmes électroniques de dernière génération ainsi que l’intégration de la gestion du système existant de protection des trains (LZB) et du nouveau ERTMS niveau 2.
(Source: Railtech.be)

Allemagne
Olaf Scholz : l’expansion des chemins de fer au centre de la politique climatique – 15/12/2021 – Le nouveau chef du gouvernement allemand, Olaf Scholz, s’est adressé au Bundestag pour la première fois en tant que chancelier. Il a une nouvelle fois précisé que la lutte contre le changement climatique était une priorité absolue pour son gouvernement. Selon lui, le chemin de fer aura un rôle central à jouer dans ce domaine. Pour la coalition dite « des feux tricolores », le redressement du trafic doit devenir un « pilier central » de la politique climatique. « Dans les années à venir, nous veillerons à ce que la mobilité devienne plus facile, plus confortable et plus respectueuse du climat, tout en restant abordable pour tous », a déclaré M. Scholz. Le chancelier a présenté l’expansion du transport ferroviaire comme étant une priorité. Il a déclaré que les grandes villes seraient mieux reliées aux transports longue distance, mais que les zones rurales seraient également mieux connectées et que, si nécessaire, les lignes désaffectées seraient réactivées. Il a également annoncé un « pacte d’expansion et de modernisation » pour un meilleur transport local de passagers. Dans le même temps, le nouveau chancelier a reconnu l’importance du trafic automobile : « Beaucoup de gens aiment conduire, et nous voulons que cela reste ainsi. Toutefois, les véhicules doivent être alimentés de manière à respecter le climat. Scholz envisage donc de mettre 15 millions de voitures électriques sur les routes allemandes d’ici à 2030.
(Source: Schiene.de)

République tchèque
Des OSP gagnées par des privés, d’autres par l’opérateur public – 15/12/2021 – L’horaire mis en place le 12 décembre a entraîné en Tchéquie des changements dans le trafic voyageurs assuré par l’opérateur historique Ceske drahy (ČD). D’autres opérateurs ont en effet gagné quelques OSP. Par exemple, l’opérateur privé RegioJet a repris l’exploitation de huit services express R23 dans chaque sens sur la ligne Kolín – Ústí nad Labem. Il avait proposé l’offre la plus basse de 22 millions d’euros pour ce contrat de huit ans, devançant l’opérateur historique qui proposait une offre de 25,84 millions d’euros. RegioJet a promis d’améliorer considérablement le confort des passagers, en utilisant des voitures climatisées avec des toilettes à aspiration, le wi-fi et des prises de courant de 230V. Die Länderbahn CZ, filiale de Netinera (Trenitalia), a aussi succédé aux ČD en tant qu’opérateur de trains régionaux sur la ligne L4 Rumburk – Mladá Boleslav, dans le cadre d’un contrat de 10 ans signé le 5 novembre avec la région de Liberecký. L’allemand Arriva a pris le relais des ČD sur l’ensemble du service L3 entre Liberec et Jaroměř via Stará Paka, en utilisant des DMU Siemens Desiro. Mais les CD assurent toujours l’essentiel du trafic régional et interurbain tchèque. Parfois, ils peuvent même reprendre le trafic qui était auparavant perdu. Par exemple, ČD a remplacé Arriva sur la courte ligne 046 Stará Paka – Lomnice nad Popelkou, qui sera désormais assurée par des autorails de classe 810/843. Dans le cadre d’un contrat avec la région de Hradec Králové, ČD revient également après 24 ans d’absence sur la ligne 032 entre Trutnov et Svoboda nad Úpou, en remplacement de l’opérateur privé GW Train Regio. Début novembre, ČD s’est vu attribuer directement des contrats OSP pour continuer à exploiter des services express sur deux lignes, après qu’aucun autre soumissionnaire ne se soit montré intéressé. Début octobre, le ministère a lancé un appel d’offres pour un contrat de 15 ans, d’une valeur maximale de 240 millions d’euros, portant sur l’exploitation de trains grande ligne sur la ligne Prague-Brno, à partir de décembre 2024, pour lequel il y a un besoin de nouvelles rames dréversibles capables d’atteindre 200 km/h pour la première fois. Une flotte de 10 rames d’une capacité de 200 à 300 sièges circulera avec un intervalle de 2 heures sur la ligne Praha – Havlíčkův Brod – Brno, complétée par des trains Praha – Havlíčkův Brod – Jihlava toutes les deux heures. Les offres doivent être soumises d’ici avril 2022.
(Source: Railway Gazette)

Portugal
Un consortium emmené par Medway pour recréer l’industrie ferroviaire portugaise – 14/12/2021 – Medway, à travers un consortium de 10 entreprises, développera une stratégie de récupération de l’industrie de fabrication de wagons au Portugal, afin de ramener la capacité productive du pays, avec la création de wagons intelligents pour les marchandises – appelés « smart wagons ». Ce consortium est composé de cinq entreprises (MEDWAY Maintenance & Repair, MEDWAY Terminals, MEDWAY Railway Freight Operator, Nomad Tech et EVOLEO Technologies), de quatre ENESII (Entités Non-Entreprises du Système de Recherche et d’Innovation) et du cluster de compétitivité, la Plateforme Ferroviaire Portugaise, capable de réaliser un produit à haute valeur ajoutée, avec l’incorporation de la technologie, des connaissances techniques et scientifiques et de la production industrielle, couvrant tout le cycle de vie du wagon. Bruno Silva, Directeur Général de MEDWAY souligne que « ce consortium, dont MEDWAY fait partie, entend transformer la place portugaise, en améliorant la capacité de production des wagons de marchandises et des systèmes de capteurs, ainsi que la mise en œuvre de méthodologies de maintenance prédictive, en réduisant les déchets et en augmentant la disponibilité de cet actif. Outre l’impact sur le profil de spécialisation de l’économie portugaise, cet investissement permettra également de redresser l’industrie ferroviaire portugaise et d’inverser la balance commerciale du pays, en remplaçant les importations par des exportations. » Le développement de wagons intelligents aura également un impact significatif sur la réduction des émissions de carbone, en réduisant de 55 % les émissions de CO2 pendant le processus de production, puisque, outre une maintenance plus efficace, la production utilisera des énergies renouvelables et intégrera des matériaux recyclés. Paulo Duarte, directeur exécutif de la plate-forme ferroviaire portugaise, explique « qu’il s’agit d’une occasion unique de démontrer notre capacité de production industrielle, associée à des technologies innovantes, à haute valeur ajoutée et différenciatrices sur le marché ferroviaire, en montrant les résultats qui peuvent être obtenus grâce au travail d’équipe et à la valorisation nationale du Cluster ferroviaire. » Cet investissement permettra la création de 65 emplois directs dans la région du Tage moyen, répondant ainsi au récent défi de générer de nouveaux emplois en compensation de la fermeture de la centrale thermoélectrique de Pego.
(Source: Medway Portugal)

Irlande
Alstom remporte un contrat géant pour le RER de Dublin – 14/12/2021 – Alstom a signé aujourd’hui un accord-cadre de dix ans avec Iarnród Éireann/Irish Rail (IE) pour un maximum de 750 nouvelles voitures de train de banlieue X’trapolis pour le RER de Dublin, avec une première commande ferme de 19 rames de cinq voitures. Le réseaut DART (Dublin Area Rapid Transit) est un service de transport ferroviaire de type RER desservant Dublin et son agglomération. Il a été créé en 1984. Avec une mise en service prévue pour 2025, la commande initiale de nouveau matériel roulant concerne six rames électriques classiques (EMU) et treize rames à batterie électriques de cinq voitures (BEMU). Ce concept permettra à la flotte BEMU d’effectuer des trajets de plus de 80 kilomètres en dehors du réseau électrifié grâce à l’alimentation sur batterie et constituera le premier parc moderne à batteries d’Irlande. Cette commande renforce la position d’Alstom en tant que leader dans le domaine de l’innovation et de la fourniture de technologies de mobilité durable. Alstom assurera le service après-vente du parc DART pendant 15 ans, en fournissant une assistance technique et des pièces de rechange, et en déployant ses technologies HealthHub et TrainScanner de maintenance prédictive.
(Source: Railtech.be)

Suède
Hausses des trafics chez Snälltåget – 13/12/2021 – Plutôt content. L’opérateur privé Snälltåget, qui appartient à Transdev Suède, fait état de bons chiffres de fréquentation. L’entreprise exploite à la base 3 allers-retours entre Malmö et Stockholm ainsi que des trains de nuit saisonniers. « C’est de mieux en mieux », déclare Marco Andersson, directeur des ventes chez Snälltåget. « La reprise des voyages privés est allée très vite. Il y a une très forte demande de voyage sur le Södrastambanan, il y a eu de très nombreux voyageurs dans nos trains de nuit vers Berlin et nous voyons maintenant un grand intérêt pour les trains de nuit vers les montagnes suédoises l’hiver prochain. » Selon la direction, les trains Snälltåget se remplissent mieux en milieu de semaine et les trains de nuit à destination de Berlin sont parfois presque complets. Comme tout le monde, Snälltåget a été durement touché par les restrictions de voyage pendant la pandémie du Covid19. L’entreprise a été contrainte de réduire l’offre au minimum et de licencier une partie du personnel. Mais depuis l’été dernier, les déplacements ont augmenté et durant cet automne, le nombre de voyageurs a même été supérieur à l’automne 2019, dernière année « normale », signe d’une reprise importante. » C’est surtout les voyages entre Stockholm et Berlin qui se sont extrêmement bien déroulés avec l’ensemble des voitures entièrement réservées à destination de Berlin au début des vacances et toutes les voitures de Berlin entièrement réservées à la fin des vacances. », explique Marco Andersson. Transdev, propriétaire de Merresor, qui dirige Snälltåget, a décidé de céder la part de la société en charge de Snälltåget. La vente, qui devrait avoir lieu ce printemps, n’affectera pas le trafic de Snälltåget au cours de l’hiver et du printemps à venir.
(Source: jarnvagar.nu)

Suède
Réduction des péages ferroviaires – 12/12/2021 – La Commission européenne a autorisé, en vertu des règles de l’UE en matière d’aides d’État, un régime suédois de 130 millions d’euros (1,37 milliards de couronnes suédoises) pour soutenir les secteurs ferroviaires de passagers et de fret pendant l’épidémie de coronavirus. Cela prendra la forme d’une réduction des redevances d’accès aux infrastructures pour la période du 1er mars 2020 au 30 septembre 2021. Ceci est conçu pour empêcher le rail de perdre des parts de marché au profit de modes concurrents et pour encourager le transfert modal de la route vers le rail. La Commission a estimé que le programme était bénéfique pour l’environnement et pour la réduction de la congestion routière, et proportionné et nécessaire pour soutenir le transfert modal tout en n’entraînant pas de distorsions de concurrence indues.
(Source: https://www.jarnvagsnyheter.se/)

Autriche
Le privé autrichien WESTbahn a déjà 10 ans – 11/12/2021 – Il y a dix ans, le 11 décembre 2011, les voyageurs pouvaient emprunter un autre train que ceux de l’opérateur public ÖBB entre Vienne et Salzbourg. Une révolution. 172 ans après la naissance du chemin de fer en Autriche, la compagnie WESTbahn lançait ses propres rames au départ de Vienne-Ouest. Les automotrices Stadler Kiss de l’opérateur ont depuis parcouru près de 40 millions de kilomètres depuis le premier jour d’exploitation, au bénéfice de près de 45 millions de passagers. Mais le chemin fut difficile. En juillet 2019, l’entreprise faisait état de pertes de 83 millions d’euros. Point noir : les conditions du leasing de ses automotrices KISS qui semblent avoir été assez onéreuses. Le contrat avait en effet été conclut après la crise financière de 2008 par des banques suisses à des conditions désavantageuses. Pour casser ce mauvais contrat, WESTbahn revendit ses 17 rames KISS à la Deutsche Bahn…. pour en racheter 15 nouvelles, mais avec des taux d’intérêt tout autre. Et au passage faire pression sur Stadler pour avoir d’autres prix. Pour son 10e anniversaire, WESTbahn a donc prévu de doubler son offre à partir du 12 décembre 2021 pour tous ceux qui voyagent beaucoup en train. Les conditions-cadres sont encore difficiles avec la baisse de la demande, la pandémie et les conditions strictes de circulation dans le pays, qui ne permettent qu’une expansion réduite du marché pour le moment.
(Source: diverses)

Italie/France
Trenitalia prévoit de mettre son Milan-Paris en service le 18 décembre – 10/12/2021 – Alors que les rames Frecciariossa effectuent des marches à blanc depuis septembre, on attendait la véritable date de lancement du service Milan-Lyon-Paris. D’après l’AFP, l’opérateur public italien débuterait l’exploitation de son Frecciarossa le 18 décembre. L’entreprise deviendrait ainsi le premier opérateur étranger à défier la SNCF sur le marché convoité de la grande vitesse en France depuis l’ouverture de ce secteur en décembre 2020. Tout cela en attendant l’autre grand lancement, celui de l’Espagne prévu en 2022. Concernant cette première liaison Milan-Turin-Lyon-Paris, Trenitalia va dans un premier temps assurer deux allers-retours par jour. Un service qui passerait à trois allers-retours courant 2022. L’enjeu de cette liaison n’est pas tant Paris-Milan mais plutôt Paris-Lyon, puisque la compagnie italienne peut faire du trafic intérieur. Certes elle ne sera pas un compétiteur de poids face à une SNCF qui assure tout de même 24 allers-retours quotidiens sur Paris-Lyon. Mais les italiens pourraient démontrer leur savoir-faire pour la classe affaire, « où ils sont plus fort que nous », a chuchoté un cadre SNCF. La grande maison a d’ailleurs récemment rehaussé sa propre classe affaire sur les TGV inOui, ce qui démontre pourquoi une certaine dose de concurrence peut être bénéfique pour le service à la clientèle. « Un mythe du +Made in Italy+ est sur le point de débarquer en France, nous travaillons pour que ce qui semblait être un rêve devienne réalité. Le parcours en Italie se fera à grande vitesse, puis nous nous connecterons à la ligne TGV française », avait déclaré jeudi dernier le PDG de Trenitalia Luigi Corradi. Pour parcourir les près de 900 kilomètres entre Paris et Milan, Trenitalia parle d’un trajet de 6 heures, contre 7 heures actuellement avec le TGV français. Si une partie du gain de temps sera réalisée entre Turin et Milan où le Frecciarossa est autorisé à voyager à grande vitesse, pour le reste, l’économie est encore à évaluer. De son côté, SNCF Voyages Italia, qui vient de fêter ses 10 ans de TGV sur la ligne Paris-Milan, projette de développer ses services sur d’autres lignes en Italie.
(Source: diverses)

Allemagne/France
Nouvelle relation CargoBeamer entre Kaldenkirchen et Perpignan – 10/12/2021 – Le prestataire logistique CargoBeamer étend son réseau de connexion à partir du début de l’année prochaine. Entre Kaldenkirchen en Allemagne et Perpignan à la frontière franco-espagnole, les marchandises seront transportées de manière écologique sur rails à partir du 10 janvier 2022. Le système breveté CargoBeamer permet à tous les types de semi-remorques, de conteneurs, de semi-remorques P400, de remorques réfrigérées et de citernes, ainsi qu’à d’autres types de marchandises, d’être transportés par rail sans qu’aucune modification ne soit nécessaire pour les clients. Au début, en janvier, trois trains hebdomadaires circuleront dans chaque direction. À partir de mi-février, la fréquence sera augmentée à cinq tournées par semaine. CargoBeamer collaborera avec la société DB Cargo France (anciennement Euro Cargo Rail). Le nouvel itinéraire franco-allemand est la sixième liaison au total de l’entreprise, cinq des six lignes ayant été ajoutées au réseau au cours des six derniers mois. Sur ces deux sites, CargoBeamer est déjà actif avec d’autres itinéraires. Depuis 2015, la première liaison de l’entreprise en direction de Domodossola est assurée depuis Kaldenkirchen, la région économiquement forte de l’ouest de l’Allemagne ainsi que la proximité des marchés belge et néerlandais garantissant des taux de remplissage élevés et constants. Dans le sud de la France, à Perpignan, CargoBeamer exploite depuis l’été 2021 un itinéraire vers Calais, sur la Manche. En outre, il existe de nombreuses possibilités de transport maritime au départ de Perpignan et de prolongement des itinéraires de transport vers l’Espagne. Matthias Schadler, directeur général de CargoBeamer intermodal operations GmbH, déclare « Après avoir déjà considérablement agrandi notre réseau cette année, nous sommes heureux de pouvoir proposer à nos clients la prochaine ligne attractive à partir de janvier 2022. Avec l’extension de l’offre à Perpignan, nous ne servons pas seulement le marché du sud de la France, mais nous nous positionnons également en direction du nord de l’Espagne avec la forte région autour de Barcelone. En outre, l’ajout d’un itinéraire supplémentaire est également une étape de développement importante pour notre site de Kaldenkirchen, où nous prévoyons de commencer bientôt la construction de notre propre terminal de transbordement ».
(Source: Cargo Beamer)

Grande-Bretagne
Hitachi Rail et Alstom construirons les rames TGV britanniques – 09/12/2021 – C’est enfin connu. Alstom et Hitachi Rail ont confirmé que la coentreprise à 50/50 Hitachi-Alstom High Speed (HAH-S) a aujourd’hui signé les contrats avec High Speed Two (HS2) pour la conception, la fabrication et l’entretien de la prochaine génération de trains à très grande vitesse pour la phase 1 de HS2, dans le cadre d’un contrat de 2,3 milliards d’euros (1,97 milliard de GBP), incluant la maintenance initiale des trains pendant 12 ans. Les deux fabricants leaders au Royaume-Uni fourniront le train en circulation le plus rapide d’Europe. Avec une vitesse de pointe de 360 km/h, ce dernier réduira significativement les temps de trajet des voyageurs. Le parc sera entièrement électrique et, grâce à une masse plus faible par voyageur, à son aérodynamisme, à la récupération d’énergie et à la toute dernière technologie de traction économe en énergie, ce train à très grande vitesse figurera parmi les plus énergétiquement efficaces au monde. Les nouveaux trains à 8 voitures et de 200 m de long sont prévus pour circuler lors de la phase 1 du projet entre Londres et Birmingham, sur le réseau existant. Ils vont incroyablement augmenter le nombre de voyageurs et la connectivité entre les grandes et moyennes villes du pays, notamment Stoke, Crewe, Manchester, Liverpool, Carlisle, Motherwell et Glasgow. Ils auront des effets majeurs sur la réduction des émissions de carbone par les transports en encourageant les gens à délaisser leurs voitures à combustible fossile, ou l’avion, pour privilégier le train.
(Source: Alstom)

Europe/Monde
Voyagerons-nous autant à l’avenir et avec quelle intensité ? – 09/12/2021 – L’impact sur le transport est évidemment énorme. Sur quoi encore investir en cas de baisse ? Moins d’avions et plus de trains ? C’est la question que se pose le cabinet Roland Berger qui prévoit par exemple une baisse de 12 % des déplacements professionnels en Europe par rapport à l’ère pré-Covid. La crise du Covid a mis un coup d’arrêt à l’augmentation de la demande, avec une baisse mondiale de 66 % des voyages aériens en 2020 par rapport à 2019, de 31 % des voyages routiers et de 29 % des voyages ferroviaires. D’après le bureau de conseil, si une reprise est en cours en 2021, la demande, tous modes confondus, est encore loin des niveaux de 2019. Les graphiques montrent un rattrapage seulement en 2026 pour autant que l’on enregistre une reprise continue de la fréquentation des transports. Concernant l’aviation, la pression exercée par les gouvernements, les clients, les investisseurs et les employés oblige les entreprises à assainir leurs pratiques, en particulier celles du secteur des voyages. Au profit du rail ? Peut-être via des réglementations en matière de durabilité, telles que l’interdiction des vols intérieurs court-courriers, ainsi que des préoccupations croissantes des consommateurs en matière d’environnement. Toutefois, Roland Berger met en garde : la forte baisse de la demande de transport aérien due à la tendance au développement durable (-9 %) pourrait être atténuée à moyen et long terme par le développement de technologies aériennes plus écologiques.
(Source: Railtech.com ainsi que le lien vers un document de synthèse de Roland Berger)

Pays-Bas
La diminution du temps de trajet Amsterdam-Berlin attendra – 08/12/2021 – Il ne sera pas possible d’accélérer la liaison Amsterdam-Berlin d’une demi-heure à partir de 2024. On pensait réduire le temps de trajet de 6 heures et 22 minutes à 5 heures et 50 minutes d’ici 2024. Mais ce grand rêve n’aurait lieu qu’en 2026 au plus tôt et 2030 au plus tard. Le retard est le résultat d’un délai révisé pour les modifications de l’infrastructure. Cela contredit ce qui avait été annoncé par le précédent gouvernement néerlandais. Des études exploratoires entreprises par le gestionnaire d’infrastructure ProRail ne laissent planer aucun doute. L’accélération ne peut être obtenue que par une combinaison de mesures d’infrastructure, d’ajustements des horaires et d’achat de nouveau matériel roulant pour se connecter au nouveau sillon ferroviaire plus rapide en Allemagne. Aux Pays-Bas, la gare d’Oldenzaal aurait ainsi besoin d’un quai supplémentaire et la gare de Deventer devrait être adaptée. Des mesures sont également nécessaires pour augmenter la vitesse entre Hengelo et la frontière allemande de 125 à 140 kilomètres par heure. Chacun de ces ajustements nécessite une procédure de planification. Cela signifie que le délai d’exécution précédemment estimé à quatre ou cinq ans a été rehausser et passe de cinq à neuf ans. Le ministère a demandé à ProRail de développer davantage la planification. En outre, NS et ProRail ont commencé à étudier si et comment l’accélération peut encore être réalisée – partiellement ou non – au moyen d’une solution temporaire et/ou progressive.
(Source: Railtech.com)

Suisse
Le Südostbahn veut étendre son marché sur le terrain des CFF – 08/12/2021 – On ne le sait pas toujours, mais en Suisse, le réseau est mis en concession. Si les CFF ont obtenu la toute grande majorité des prestations Intercity, une petite poignée a été versée vers un autre opérateur. C’est le cas du Südostbahn (SOB), qui exploite depuis 2020 la ligne de crête du Gothard entre Locarno et Bâle ainsi que Zurich. Cette attribution avait créé une polémique importante en 2017 en Suisse. L’affaire fut conclue à l’amiable et stipulait que le SOB reprendrait l’exploitation des lignes Berne – Burgdorf – Zurich – Coire et Zurich / Bâle – Locarno pour le compte des CFF. La concession de la ligne et les revenus restaient aux chemins de fer fédéraux, qui supportent également le risque de déficit. Le SOB recevait en échange une redevance forfaitaire pour ses services. Si le revenu dépasse un seuil convenu, le SOB participait aux bénéfices. Mais désormais le SOB veut s’affirmer comme une entreprise nationale de transport longue distance, comme les CFF. Pour cela, son patron à quelques idées…
(Source: Railtech.be)

Grande-Bretagne
On voulait des investissements, on aura une cure d’amigrissement – 07/12/2021 – Gueule de bois pour le chemin de fer britannique pluriel. L’ensemble des opérateurs ferroviaires ont été invités à trouver des moyens de réduire des centaines de millions d’euros de coûts d’exploitation du chemin de fer l’année prochaine, ce qui entraînerait probablement moins de services. C’est ce que rapporte le Guardian qui ne fait que confirmer ce que l’on voyait poindre en septembre. Le ministère des Transports cherche à réduire ses dépenses de 10 % après le budget d’automne du chancelier Rishi Sunak. La fin des franchises devait signifier le renouveau du rail via le fameux plan « Williams-Shapps ». Un plan qui fixait lui-même un objectif d’économie de 1,77 milliard d’euros au cours des cinq prochaines années. Mais le gouvernement britannique veut des économies tout de suite. Une immédiateté qui agace les opérateurs, non-préparés à une échéance aussi courte. Les opérateurs sont sous contrat direct avec le gouvernement depuis l’abolition de la franchise au début de la pandémie en mars 2020. Dans le cadre des contrats de reprise d’urgence, ils reçoivent une redevance fixe pour fournir des services avec les risques de revenus et de coûts pris par le gouvernement. Selon le Trésor britannique, les dépenses ferroviaires auraient considérablement augmenté pendant la pandémie. Un serrage de vis qui arrive au plus mauvais moment, alors qu’on se désespère d’obtenir ne fusse qu’un semblant de transfert modal qui n’arrive déjà pas, suite à la désaffection des usagers…
(Source: The Guardian)

Allemagne
DB Schenker précommande près de 1500 camions électriques – 05/12/2021 – On n’attend généralement pas cela d’une entreprise de fret ferroviaire, mais DB Schenker a bien annoncé une précommande de 1500 camions auprès la start-up suédoise Volta Truck. Dans le cadre d’un partenariat intensif entre les deux sociétés, il s’agit de la commande la plus importante de gros camions zéro émission de l’histoire de l’Europe. Dans le cadre de ce partenariat, DB Schenker exploitera le premier prototype du Volta Zero lors de tournées de distribution en conditions réelles, au printemps et à l’été 2022. Les résultats de ces tests seront intégrés à la production en série des 1 470 véhicules qui seront construits dans la nouvelle usine de fabrication sous contrat de Volta Trucks à Steyr, en Autriche. Le Volta Zero tout électrique de 16 tonnes sera utilisé dans les terminaux européens de DB Schenker pour transporter les marchandises des centres de distribution vers les centres-villes et les zones urbaines. C’est dans cet environnement que la conception innovante du véhicule, la cabine pensée pour protéger les usagers de la route vulnérables et la transmission zéro émission offrent les plus grands avantages. Ensemble, DB Schenker et Volta Trucks exploreront les usages potentiels de la technologie pour éventuellement étendre l’offre. Le déploiement aura d’abord lieu sur 10 sites répartis dans 5 pays.
(Source: Zigwheels de même que voltatrucks.com)

Europe
L’Europe veut concurrencer les structures de prêt chinois – 03/12/2021 – La Commission européenne a présenté, mercredi 1er décembre, Global Gateway, une stratégie d’investissements de 300 milliards d’euros en faveur des pays en développement. Une façon de renforcer son influence géostratégique et de contrer la Chine. Aucune mention à la Chine n’est faite dans le communiqué de la Commission européenne qui dévoile les détails de cette nouvelle initiative. Mais il est difficile de ne pas y voir une réponse européenne aux « nouvelles routes de la soie », le vaste programme chinois de prêts dans des dizaines de pays afin d’y développer des ports, routes, chemins de fer ou des infrastructures numériques. Et pour, du même coup, étendre dans ces pays la sphère d’influence économique chinoise. Plusieurs pays européens, comme l’Italie ou la Grèce, ont signé des accords avec la Chine ces dernières années. Depuis 2016, le port du Pirée est ainsi aux mains de la société chinoise d’exploitation portuaire Cosco, qui souhaite en faire une porte d’entrée des nouvelles routes de la soie vers l’Union européenne. La cible sont les structures de financement. Les structures des financements du côté chinois proviennent essentiellement de prêts, alors que le programme européen va s’appuyer sur des investissements à la fois publics et du secteur privé. Les prêts chinois sont en effet perçus par les opposants aux nouvelles routes de la soie comme une manière de créer une dépendance économique du pays bénéficiaire à l’égard de Pékin. C’est ce « piège de la dette » – un concept par ailleurs controversé – qui aurait poussé le Sri Lanka, incapable de rembourser son prêt, à céder l’un de ses ports à la Chine en 2019. Une question demeure : d’où viendra l’argent ? En réalité, Bruxelles met peu d’argent frais. La nouvelle stratégie mobilise en grande partie des financements existants. A côté de la banque européenne d’investissement, qui apportera des prêts garantis, 145 milliards d’euros devront venir des banques multilatérales de développement, comme la BERD, et des institutions financières des Etats membres, dont l’Agence française de développement (AFD). 18 milliards d’euros de subventions seront prélevés sur le budget de l’Union européenne.
(Source: L’Usine Nouvelle)

Autriche
La route roulante des ÖBB en hausse – 03/12/2021 – Le concept ROLA a vraiment pris de l’ampleur cette année. Fin octobre 2021, le nombre total de camions enregistrés sur toutes les routes ROLA avait atteint 158 000, ce qui signifie que Rail Cargo Group a déjà dépassé ses performances de chacune des deux dernières années. En 2019, environ 151 000 camions avaient été transportés sur tous les itinéraires ROLA ; en 2020, ce nombre était de 147 000. Cette année, le RCG a réussi à atteindre ce niveau en automne. Cette croissance est presque entièrement attribuable à l’augmentation significative du nombre de connexions ROLA sur l’axe du Brenner, sur lequelles 135 000 camions avaient transité par le Tyrol par le rail à la fin octobre. Ce résultat positif se reflète également dans les énormes volumes de CO 2 économisés par ROLA, qui s’élèvent à plus de 20 000 tonnes depuis le début de l’année. Le taux d’occupation des voitures d’accompagnement est surveillé en permanence pour garantir le maintien de la distanciation physique à bord. Le port du masque FFP2 est obligatoire. Dans le même temps, des mesures de protection et de désinfection accrues restent en place.
(Source: ÖBB pressroom)

Europe
Le règlement établissant le successeur de Shift2Rail entre en vigueur – 02/12/2021 – Le 19 novembre 2021, le Conseil de l’Union européenne a adopté le règlement instituant l’entreprise commune ferroviaire européenne et neuf autres partenariats européens pour accélérer la transition verte et numérique. Il est entré en vigueur aujourd’hui (30 novembre 2021) suite à sa publication au Journal officiel de l’Union européenne et marque le début de ces partenariats. Le successeur de Shift2Rail, le plus grand programme européen de recherche et d’innovation dans le domaine ferroviaire, et très probablement au niveau mondial, fournira des activités d’une valeur de 1,2 milliard d’euros réalisées par ses membres fondateurs sélectionnés et d’autres bénéficiaires qui se joindront via des appels ouverts. Ces activités seront financées par l’entreprise commune avec les ressources fournies par le programme Horizon Europe de l’Union européenne, à hauteur de 600 millions d’euros. L’objectif de l’entreprise commune ferroviaire européenne est de fournir un réseau ferroviaire européen intégré à haute capacité en éliminant les obstacles à l’interopérabilité et en fournissant des solutions pour une intégration complète, couvrant la gestion du trafic, les véhicules, les infrastructures et les services, visant à accélérer l’adoption et le déploiement de projets et d’innovations.
(Source: Global Railway Review)

Suisse
Les CFF présentent leur stratégie pour 2030 – 02/12/2021 – Les CFF présentaient la semaine passée leur stratégie 2030, qui met l’accent sur l’avenir de l’entreprise et la voie à suivre pour sortir de la crise du coronavirus. Au cœur des orientations figurent les clientes et les clients ainsi que la mission clé du chemin de fer, à savoir la ponctualité, la fiabilité et la sécurité. Les CFF traversent une période complexe. D’après les dernières prévisions de la Confédération, la croissance de la mobilité va se poursuivre, notamment grâce aux voyages effectués dans le respect du climat. Dans le même temps, les exigences de flexibilité sont plus pressantes et les habitudes de voyage moins prévisibles. La crise de coronavirus a accentué ces tendances et modifié les formes de travail. Les CFF flexibilisent le système ferroviaire en digitalisant leur cœur de métier, de la planification à la production ferroviaire. Ils optimisent la maintenance des véhicules et investissent dans les installations d’entretien. Grâce aux investissements immobiliers sur leurs propres terrains, les CFF garantissent des revenus stables et réguliers sur le long terme. Les CFF veulent se développer là où le chemin de fer concentre le plus d’atouts, à savoir sur les liaisons longue distance rapides destinées au transport de voyageurs et de marchandises et dans les agglomérations.
(Source: Railtech.be)

Suisse
Les 10 ans du RER de Fribourg – 01/12/2021 – Le Réseau express régional (RER) fribourgeois fête ses 10 ans. Les réalisations de ces dernières années offrent aujourd’hui aux Fribourgeoises et Fribourgeois un réseau ferroviaire dense et connecté. Et l’offre est appelée à s’étoffer encore. Le lancement du RER a bouleversé tout le système des transports publics du canton. Le basculement s’est accompagné d’un changement profond d’habitudes de mobilité, a noté Vincent Ducrot, ancien patron des TPF. Le rapprochement entre TPF et CFF a permis d’intégrer le chef-lieu gruérien au réseau ferré national, signifiant aussi la jonction historique des réseaux ferroviaires du sud et du nord du canton. En 10 ans, l’offre s’est développée. La création de nouvelles haltes ferroviaires et d’importants travaux d’infrastructure a assuré une hausse des cadences à 30 minutes sur le réseau ainsi que l’extension des horaires le soir et les week-ends. Depuis son lancement, le RER a transporté près de 78,6 millions de voyageurs.
(Source: Swiss Info)

Italie
Un décret pour acheter des trains de nuit – 30/11/2021 – Deux décrets signés par le ministre des infrastructures et de la mobilité durables, Enrico Giovannini, mettent en œuvre le plan national italien de relance et de résilience (PNR) en renforçant les chemins de fer et en mettant en œuvre la transformation verte du secteur des bus. Le premier décret concerne le renouvellement du matériel roulant et attribue à la société Trenitalia 200 millions d’euros pour l’achat de nouvelles voitures voyageurs ou rames électriques ou à hydrogène, afin de remplacer les véhicules obsolètes et polluants, d’améliorer la qualité du service, de réduire l’impact environnemental et la pollution sonore. Dans le détail, 60 millions d’euros sont prévus pour l’achat de 7 trains bimodaux pour les liaisons interurbaines Reggio Calabria-Taranto et 140 millions d’euros pour l’achat de 70 voitures pour les trains de nuit interurbains de et vers la Sicile. Trenitalia devra mettre à disposition les trains bimodaux pour le 31 décembre 2024 et les trains du service Intercity Notte pour le 30 juin 2026. « Notre engagement ne concerne pas seulement le train à grande vitesse. Les nouveaux trains de dernière génération, sans émission, utilisés sur les lignes de moyenne et longue distance, amélioreront également la qualité des services interurbains, dont le prix du billet est plus bas et qui sont utilisés par les étudiants et les travailleurs pour leurs déplacements quotidiens ».Le second décret prévoit le développement de la chaîne d’approvisionnement en bus verts pour 300 millions d’euros sur la période 2021-2026. Il s’agira de soutenir la mise en œuvre d’environ 45 projets de transformation industrielle pour la production de bus non polluants à travers l’instrument des « contrats de développement ».
(Source: Calabria Gazzetta del Sud)

Chine-Allemagne
Une nouvelle société pour le trafic Europe-Chine – 30/11/2021 –DB Cargo, filiale de la Deutsche Bahn, a créé une nouvelle société pour renforcer le transport ferroviaire de marchandises entre la Chine et l’Europe, a annoncé vendredi l’opérateur ferroviaire public allemand. « Le transport de marchandises par chemin de fer respectueux du climat et fiable devient de plus en plus important pour les chaînes d’approvisionnement mondiales », a noté la Deutsche Bahn. C’est pourquoi la demande le long de la Ceinture et la Route, la route ferroviaire entre l’Europe et la Chine, est en plein essor. Avec l’établissement de DB Cargo Transasia à Shanghai, le plus grand fournisseur de fret ferroviaire d’Europe « renforce considérablement » ses services en Extrême-Orient, reliant 18 pays européens, a noté la Deutsche Bahn. Selon la Deutsche Bahn, les clients chinois pourraient se voir proposer une variété de services auprès de DB Cargo Transasia au lieu d’avoir à contracter plusieurs fournisseurs de services comme par le passé. L’opérateur ferroviaire allemand a déjà ouvert plusieurs nouvelles routes entre la Chine et l’Europe cette année, plus récemment la liaison entre Shanghai et Hambourg fin septembre. L’année dernière, DB Cargo a transporté environ 200 000 conteneurs entre l’Asie et l’Europe. D’ici 2025, la Deutsche Bahn visait à plus que doubler la capacité annuelle à 500 000 conteneurs. Selon l’Office fédéral des statistiques (Destatis), des marchandises d’une valeur de 213,2 milliards d’euros ont été échangées entre l’Allemagne et la Chine en 2020. Exportations et importations comprises, la Chine est restée le principal partenaire commercial de l’Allemagne.
(Source: Global Times)

Portugal
L’opérateur Medway commande davantage de matériel roulant – 29/11/2021 – L’opérateur privé de fret Medway va investir 93 millions € dans l’acquisition de 16 nouvelles locomotives électriques Stadler et 113 wagons Tatravagónka dans le cadre d’un marché soutenu par la Banque européenne d’investissement (BEI). La signature du contrat a été marquée par une cérémonie au quai de Santo Amaro à Lisbonne le 19 novembre, en présence du ministre portugais des Infrastructures et du Logement, Pedro Nuno Santos. Medway a commandé 16 locomotives électriques à six essieux Euro6000 au constructeur Stadler d’Albuixech à Valence. D’une puissance continue de 6 MW et d’une vitesse maximale de 160 km/h, les locos bi-système à voie 1 668 mm pourront fonctionner sous alimentations 3 kV DC ou 25 kV 50 Hz. Pesant 121 tonnes, elles sont destinées à transporter des trains de marchandises plus longs et plus lourds au Portugal et en Espagne, y compris les services transfrontaliers. Les Euro6000 sont des machines entièrement électriques. Les 113 wagons porte-conteneurs de 80 pieds sont quant à eux fabriqués par Tatravagónka en Slovaquie et sont destinés au transport intermodal, qui est la première activité de Medway au Portugal et en Espagne. Medway dispose aussi d’une filiale en Italie.
(Source: Railway Gazette)

Belgique
Les billets de train via les bureaux de poste – 29/11/2021 – À partir du 1er décembre, les voyageurs de la SNCB pourront se rendre au guichet du bureau de poste de ces deux communes, pour être aidés à compléter un formulaire de demande d’abonnement ou un formulaire pour obtenir une carte de réduction. À l’image de la politique commerciale d’autres compagnies ferroviaires en Europe, celle de la SNCB évolue pour coller davantage aux attentes et aux demandes des citoyens de plus en plus nombreux à utiliser des solutions digitales pour acheter leur ticket. En début d’année, on s’en souvient, la SNCB annonçait son intention de progressivement fermer 44 guichets sur 135, qui représentaient alors moins de 6% des transactions en 2019. Dans certaines gares, le nombre de clients s’adressant au guichet était devenu très faible alors qu’une hausse importante était constatée sur les supports digitaux. Grâce à ce partenariat, les deux entreprises publiques entendent ainsi s’allier pour proposer leurs services aux voyageurs. Il faut peut-être voir là derrière la recherche d’un impact sur la fréquentation des bureaux de poste, qui sont aussi en baisse d’années en années. bpost peut de cette manière retrouver du sang neuf dans sa fréquentation et se trouver dans une position de « centre de service ». Ce projet-pilote sera évalué dans le courant de l’année 2022.
(Source: Railtech.be)

Allemagne
Une nouvelle ère pour le transport ferroviaire ? – 28/11/2021 – La coalition « des feux tricolore » formée par les partis sociaux-démocrates, verts et libéraux-démocrates du prochain gouvernement fédéral s’est engagée à lancer une « expansion rapide des capacités » pour améliorer l’infrastructure ferroviaire dans le cadre de sa stratégie de transport plus large. Le secrétaire général du FDP et ancien ministre des Transports de Rheinland-Pfalz, Volker Wissing, a été nommé nouveau ministre fédéral des transports et de l’infrastructure numérique, en remplacement donc du bavarois Andreas Scheuer. La coalition a réaffirmé l’objectif du gouvernement précédent d’augmenter la part du rail sur le marché du transport de marchandises de 19 % actuellement à 25 % d’ici 2030. Dans le secteur des passagers, la nouvelle administration cherche à doubler le trafic ferroviaire d’ici la fin de la décennie. Les partenaires de la coalition se sont également fixé pour objectif d’électrifier 75 % du réseau d’ici 2030, contre 60 % actuellement et donc plus ambitieux que l’objectif précédent de 70 %. Répondant aux appels à la dissolution du holding Deutsche Bahn pour assurer une plus grande transparence et faciliter la concurrence, la coalition a insisté pour que DB soit conservée en tant que groupe intégré de propriété publique. Cependant, les entreprises d’infrastructure DB Netz et DB Stations & Service doivent être « fusionnées en une nouvelle division d’infrastructure pour le bien commun ». Cela garantirait que tous les bénéfices des opérations d’infrastructure seraient réinvestis dans l’entreprise.
(Source: railwaygazette )

Russie
Une voiture avec des couchettes « en épis » – 27/11/2021 – Cela se passe en Russie. En août dernier, le constructeur Transmashholding présentait au salon PRO//Motion Railway au centre d’essai de Shcherbinka près de Moscou, une maquette d’un nouveau concept de disposition des couchettes en « capsules » destiné aux trains longue distance. Le concept a été développé par 2050.LAB, et est le troisième d’une série d’idées pour des remplacements potentiels pour les voitures de troisième classe de style dortoir platskartny qui sont largement utilisées en Russie et dans la région de 1 520 mm. On y retrouve ces capsules « ouvertes » sur une allée centrale. Dans cet exemple-ci, l’accent est mis sur des fonctionnalités individuelles telles que des tables, des étagères, des lumières et des bouches d’aération. Chaque voyageur a accès à des points de recharge personnels, des cintres et des poches murales, ainsi qu’à un espace supplémentaire pour les bagages dans des étagères montées sous le plafond. Le concept est conçu pour le gabarit de chargement T, qui est plus large et plus long que la norme actuelle. Davantage de photos sont disponibles dans le média source ci-dessous.
(Source: Railway Gazette)

Allemagne
Trafic régional : des contrats à revoir sur de nombreux points – 26/11/2021 – Comme on le sait, Abellio, filiale des chemins de fer néerlandais, va sortir d’Allemagne. Les choses ne sont pas très claires quant à savoir si le mal datait d’avant la pandémie. Toujours est-il qu’avec la nouvelle coalition allemande, les esprits sont matures pour changer les choses. Deux écoles se font évidemment face : le tout DB et « ses milliards du contribuable sans restriction », et ceux qui prônent le recours à l’appel d’offre pour faire baisser les prix et améliorer les prestations. Tout est dans la nature des contrats. L’association des opérateurs privés Mofair fustige notamment les pénalités de ponctualité alors que c’est DB Netz qui impose des baisses de vitesse pour cause de travaux. L’autre motif de mécontentement est la hausse drastique des besoins en personnel due aux conventions collectives, avec l’allongement des temps de repos et le passage de 40 à 38 heures semaine. Des conventions bien entendues largement soutenues par les syndicats EVG et Mobifair qui demandent eux aussi une révision des contrats, mais avec des critères « nettement plus qualitatif concernant le personnel, où les entreprises doivent être obligées de prévoir suffisamment de personnel et de former leur propre personnel ». Des syndicats qui demandent encore plus d’argent mais nécessairement pour plus de trains. Un message dangereux qui entérinerait l’image du train comme étant un transport cher. Cela pourrait détourner les élus vers d’autres solutions de transport décarboné. Abellio exploite plusieurs lignes régionales et de trains de banlieue en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, environ 18 pour cent des trajets dans le transport ferroviaire de proximité sont assurés par l’entreprise. L’autorité de transport Rhin-Ruhr (VRR) doit décider le 9 décembre de la fin de l’activité d’Abellio.
(Source: 24rhein.de)

Fret
Du sale & lease back chez Lineas pour améliorer la trésorerie – 26/11/2021 – Dans le cadre des efforts pour renforcer de son bilan, l’opérateur de fret belge Lineas a scellé la semaine dernière un partenariat avec Beacon Rail et le groupe Ermewa dans le cadre d’un contrat de cession-bail portant sur une partie de sa flotte. L’accord conclu par les parties prévoit la cession-bail progressive de 109 locomotives diesel de série 77/78 sur la période 2021-2023 et d’environ 4.000 wagons de fret en 2021. L’opération permet à la société de transport belge de rembourser intégralement ses lignes de crédit senior et de constituer ses réserves financières. Cela mobilisera des ressources financières supplémentaires pour investir dans la poursuite de sa transformation et pour sa stratégie de croissance européenne, a déclaré Lineas. Ermewa – à l’origine une entreprise suisse dont la SNCF a pris 100 % du capital en 2010 – et dernièrement vendu par le groupe SNCF, est un loueur de 44.000 wagons répartis sur plus de 120 types différents. De son côté, Beacon Rail est une société de location de matériel roulant basée au Luxembourg qui se concentre sur les marchés européen et britannique. Le portefeuille actuel de Beacon Rail Leasing comprend 489 locomotives, 1.100 wagons de fret et 575 voitures voyageurs en service dans 17 pays européens lorsque l’accord sera conclu.
(Source: Railtech.be)

Allemagne
Le nouveau design extérieur reçoit le German Design Award 2022 – 25/11/2021 – Le jury des German Design Awards a annoncé les lauréats en 2022. Le S-Bahn de Stuttgart a reçu le prix dans la catégorie « Excellence du design de véhicules de transport passagers ». Au cours des prochaines années, le S-Bahn de Stuttgart augmentera le confort et le service pour ses passagers. Pour ce faire, elle modernise l’ensemble de son parc de véhicules. Une partie du nouveau S-Bahn dans la région de Stuttgart est une apparence extérieure innovante des trains. Cela devient de plus en plus visible pour les usagers du système de transport public local de la région. Le chemin de fer a commencé à peindre les véhicules de la série 423 en série. Il y a actuellement quatre 423 dans le nouveau look dans le service quotidien de passagers. « Les défis complexes d’un cycle S-Bahn dense resteront également dans le nouveau hub numérique de Stuttgart », explique Dirk Rothenstein, PDG du S-Bahn de Stuttgart. « C’est pourquoi le nouveau design extérieur devrait permettre à nos passagers de s’orienter plus facilement sur le quai. De grands champs de couleur jaune et bleu sur les trains gris clair indiquent où se trouvent certaines zones de service dans le train afin que vous ne perdiez pas de temps inutilement lorsque vous vous arrêtez pour monter et descendre ».
(Source: DB S-Bahn Stuttgart)

Certification
BLS Cargo obtient des certificats de sécurité européens uniques – 25/11/2021 – L’Agence ferroviaire européenne, en collaboration avec les autorités nationales de Suisse, d’Allemagne, d’Autriche et de Italie a accordé à BLS Cargo les certificats de sécurité unique (Single Safety Certificates) pour les cinq prochaines années. Cet ensemble d’autorisations d’accès au réseau est la condition pour que BLS Cargo puisse opérer en tant qu’entreprise de transport ferroviaire dans les pays mentionnés. Les Single Safety Certificates (SSC) attestent que l’entreprise de transport ferroviaire dispose d’un système de gestion de la sécurité viable et qu’elle garantit une exploitation ferroviaire sûre. Pour l’obtention du SSC, une nouvelle forme appelée Common Safety Method a été prescrite par l’Agence ferroviaire européenne (ERA) et est reconnue par les autorités nationales pour la mise en place du système de gestion de la sécurité. Au cours des derniers mois, BLS Cargo a adapté ses processus et ses systèmes à ces nouvelles exigences. La nouveauté réside dans le fait que c’est à l’ERA que BLS Cargo a demandé le SSC pour la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Le SSC a été donc délivré pour une durée maximale de cinq ans.
(Source: BLS Cargo pressroom)

Pandémie
Covid Pass obligatoire dans les trains en Allemagne – 25/11/2021 – Voilà un sujet qui fait débat alors que la pandémie prend une tournure semble-t-il brutale dans de nombreux pays européens. En Allemagne, il est obligatoire depuis ce mercredi de présenter un pass corona au travail et dans les transports en commun. Les personnes doivent avoir été vaccinées, récupérées du Covid ou avoir la preuve d’un test négatif récent pour le coronavirus. Les contrôles dans les trains sont effectués de manière aléatoire par le personnel de sécurité et de contrôle de la DB. Dans le seul trafic longue distance, des contrôles sur 400 connexions sont prévus dans les premiers jours suivant l’entrée en vigueur des nouvelles règles. Si la DB doit émettre une exclusion de transport, elle peut demander l’aide de la Police fédérale en cas de problème. Les Allemands peuvent utiliser un code QR ou un carnet de vaccination pour prouver qu’ils ont été entièrement vaccinés contre le virus. Un rappel n’est pas nécessaire pour cela. La nouvelle règle sera en vigueur au moins jusqu’au 19 mars 2022.
(Source: Railtech.com)

Grande-Bretagne
Londres : dernière ligne droite avant l’inauguration de Crossrail – 24/11/2021 – Le projet Crossrail est une infrastructure ferroviaire de type RER traversant Londres d’Est en Ouest. Approuvée en 2007, la construction a commencé en 2009 sur la section centrale et les connexions aux lignes existantes en dehors de Londres. La ligne totale s’étend sur 100 kilomètres, dont 42 en tunnels, et relie entre elles 41 gares. Initialement prévu pour ouvrir en 2018, le projet fût continuellement retardé. L’ouverture de la section centrale est maintenant prévue au premier semestre 2022. Des voyageurs volontaires vont tester de la section centrale du projet Crossrail dans le cadre de la phase de test finale. Les essais concerneront un peu plus de 150 scénarios de test à réaliser au cours des trois à quatre prochains mois, couvrant un large éventail de problèmes tels que les fermetures de stations, les pannes d’escaliers mécaniques et d’ascenseurs et les coupures de courant.
(Source: Railtech.be)

Alstom/Bombardier
CAF reprend les sites d’Alstom de Reichshoffen et les plateformes Coradia et Talent – 24/11/2021 – Alstom a annoncé aujourd’hui qu’il cédera à CAF sa plate-forme Coradia Polyvalent, son site de production de Reichshoffen en France et sa plate-forme TALENT3, actuellement développée à Hennigsdorf, en Allemagne. L’autre constructeur candidat à l’acquisition de l’usine de Reichshoffen était le tchèque Škoda. Cependant, dès le départ, les travailleurs avaient manifesté leur préférence pour CAF car ils considèrent qu’elle offrait de meilleures garanties pour maintenir l’emploi et assurer l’activité. La cession des activités concernées était une condition à l’approbation de la transaction Alstom/Bombardier par la Commission européenne. CAF se félicite de cette transaction qui lui permettra de poursuivre son développement grâce aux compétences et au savoir-faire des sites concernés. CAF continue d’investir en France en consolidant sa position dans ce pays et parallèlement le Groupe va renforcer ses activités sur les marchés allemands et centres européens. Le projet de cession sera assujetti à la réalisation des processus sociaux applicables, aux consultations avec les instances représentatives du personnel et aux approbations réglementaires. La clôture de la transaction est prévue entre avril et septembre 2022. Ce faisant, CAF va se retrouver avec les bras bien chargés de matériel roulant régional. En effet, les deux plateformes autrefois concurrentes, Coradia Alstom et Talent Bombardier, vont maintenant s’ajouter à la plateforme Civity de CAF. Des doublons qui vont devoir peut-être fusionner à terme.
(Source: Alstom pressroom)

Russie
Un vrai TGV enfin prévu entre Moscou et St Petersbourg – 23/11/2021 – Siemens et les chemins de fer russes ont signé un contrat pour le développement d’un train à grande vitesse qui sera utilisé entre Moscou et Saint-Pétersbourg à partir de 2028. Les chemins de fer russes ont déclaré en novembre que JSC Engineering Center for Rail Transport (une coentreprise entre les chemins de fer russes et JSC Sinara – Transport Machines) et Siemens Mobility avaient signé un accord de coopération dans le cadre d’un projet de développement et de production de trains à grande vitesse pour l’exploitation sur les chemins de fer à grande vitesse dans la Fédération de Russie. « Avec nos partenaires russes, nous développons un nouveau produit. C’est un train à haute vitesse qui circulera entre Moscou et Saint-Pétersbourg à partir de 2028 à une vitesse moyenne de 360km/h », a déclaré, cité par l’agence officielle TASS, Alexander Liberov, patron de Siemens Russie. Il a précisé que les trains seraient produits par l’usine d’Ural Locomotives – une coentreprise entre Siemens et le groupe russe Sinara – près d’Iékatéringbourg, dans l’Oural. Ce TGV russe est un véritable projet à grande vitesse, alors que circule depuis 2009 un train dénommé « Sapsan » qui a déjà pu réduire la durée de voyage à 4h entre Moscou et St Peterbourg, où le train circule sur une voie classique, sans sécurisation des abords et avec des passages à niveaux nombreux. Le nouveau projet comporte donc bien une ligne nouvelle à grande vitesse. Lorsqu’elle sera ouverte, cette ligne à grande vitesse de 680 km réduira la durée des trajets entre les deux villes de 4 à 2h30.
(Source: Vestnik)

Petits colis
Grande-Bretagne : encore un train transformé pour les colis – 23/11/2021 – L’e-commerce semble décidément donner des idées. La société de leasing Eversholt Rail et Ricardo se sont associés pour développer une automotrice électrique destinée à démontrer un moyen rentable et à faible émission de carbone pour transporter des colis. Baptisé Swift Express Freight et soutenu par Wabtec UK – qui a utilisé son site de Doncaster -, le programme de conversion de la Class 321 classique en train de marchandises express s’est désormais achevé avec succès et le train est prêt à faire ses premières démonstrations. Les sièges ont été retirés et un nouveau revêtement de sol a été installé, ainsi que les parois latérales et les rails au sol Titan, un système standard de l’industrie logistique largement utilisé pour sécuriser les palettes roulantes à l’intérieur des camions et des fourgonnettes. Dans les changements du train de démonstration qui a été dévoilé en juillet, les quatre unités ont vu également leurs toilettes retirées et l’équipement GSM-R et enregistreur de surveillance embarqué déplacé à l’extérieur de l’espace de chargement pour fournir une capacité supplémentaire. Deux facteurs sont à l’origine de la décision d’entreprendre le projet, a déclaré Sutherland à Rail Business UK lors du dévoilement du démonstrateur en juillet. L’un était la possibilité de trouver une nouvelle utilisation pour les automotrices retirées du bail chez Greater Anglia, et le second était l’intérêt des opérateurs de fret pour le marché croissant des livraisons rapides de type e-commerce.
(Source: Railway Gazette)

Allemagne
Le retrait probable d’Abellio pose la délicate question du coût du train régional – 22/11/2021 – 380 millions d’euros, ce serait le surcoût prochain que devrait fournir le seul Land de Rhénanie du Nord-Westphalie pour continuer les services ferroviaires régionaux. Que se passe-t-il donc en Allemagne ? Des hausses de coûts de production liés aux salaires, mais pas que. Certains contrats montraient, selon les connaisseurs, une certaine fragilité financière bien avant le Covid. Keolis déclare quasiment forfait. Abellio pourrait à son tour prendre la sortie. Avec 3.100 employés, cette filiale hollandaise dessert 52 liaisons ferroviaires en Allemagne. Le conseil d’administration de la plus grande association de transport de Rhénanie du Nord-Westphalie VRR avait recommandé de mettre fin à la coopération avec Abellio. Une attribution d’urgence des lignes Abellio à d’autres compagnies entraînerait des surcoûts importants. La question très sensible de la contractualisation pose une question encore plus simple :peut-on croire que l’on fera du transfert modal avec des trains très coûteux ? Réponse dans les prochaines années.
(Source: Frankfurter Allgemeine Zeitung)

Belgique
Pour maintenir sa place de hub, Bruxelles-aéroport a besoin du TGV ! – 21/11/2021 – C’est un peu le sens de la réflexion d’Arnaud Feist, le CEO de Brussels Airport. « Les passagers qui descendent de l’avion devraient pouvoir immédiatement prendre un train qui les conduira à Paris, Amsterdam ou Cologne. La connexion avec Bruxelles-Midi n’est pas optimale », a déclaré le CEO au quotidien économique belge De Tijd. Or, dans l’environnement proche de 300 à 500km, Paris-CDG, Schiphol et Berlin Cologne/Bonn, sans compter Düsseldorf, disposent de connexions ferroviaires grande ligne, la plupart étant même des connexions à grande vitesse. « La mobilité du futur sera avec une grande interconnectivité entre l’aérien et le rail » poursuit le CEO au journal l’Echo. em>« Schiphol veut se connecter à 6 grandes villes européennes avec des TGV dont Bruxelles. Il est temps d’avoir cette ambition chez nous », ponctue Arnaud Feist. L’aéroport est pourtant bien desservi par la SNCB, mais « le passager veut arriver ici à Bruxelles avec son bagage, monter dans le train et être parti vers Amsterdam, Paris, Francfort ou Cologne ».
(Source: L’Echo)

Japon
JR West exploite un Shinkansen exclusivement réservé aux vaccinés – 20/11/2021 – JR West, exploite depuis samedi un train à grande vitesse Shinkansen exclusif pour les passagers vaccinés contre le nouveau coronavirus et ceux qui ont des résultats de test COVID-19 négatifs. Le train a quitté la gare de Shin-Osaka pour Hakata, dans le sud-ouest du pays. Ce train était destiné aux participants d’un circuit de nuit organisé conjointement par JR West et Nippon Travel Agency Co. C’est la première fois qu’on lance ua Japon un train Shinkansen qui limite l’embarquement aux passagers entièrement vaccinés contre le virus ou qui présentent des résultats de test négatifs. Quelque 200 passagers ont été tenus de présenter une fiche de contrôle de santé. Ils se sont désinfectés les mains et ont mesuré leur température corporelle avant de monter dans le train. JR West et Nippon Travel ont plafonné le nombre de passagers à 300 lorsqu’ils ont sollicité des participants, afin d’éviter que le train ne soit bondé. Selon les compagnies, il n’a pas été décidé si un train Shinkansen affrété similaire sera exploité à l’avenir. Cependant, JR West envisage de proposer certaines voitures de ses Shinkansen à l’usage exclusif de personnes entièrement vaccinées ou ayant des résultats de test négatifs pendant la période de fin d’année et du nouvel an.
(Source: Japan Times)

Suède
Transdev Suède vendrait l’opérateur grande ligne Snälltåget – 20/11/2021 – D’après la presse spécialisée suédoise, les salariés de Snälltåget et de l’entreprise Merresor Buss ont été informé mardi dernier que ces deux filiales de Transdev Suède étaient à vendre. Eva Tiséus, directrice marketing et communication chez Transdev Suède a expliqué que « Nous voulons nous concentrer sur le cœur de métier, le trafic sous délégation de service public (DSP). C’est une décision que nous avons prise chez Transdev Suède et elle s’inscrit dans la stratégie du groupe.» Le trafic en DSP représente près de 90 % des revenus de Transdev en Suède. Les deux filiales seront vendues séparément à des acteurs du secteur. Difficile de voir qui va donc reprendre Snälltåget, un opérateur qui était en concurrence sur l’axe Malmö-Stockholm avec une poignée de trains grande ligne et qui exploite aussi le train de nuit vers Berlin, et en saison vers les stations de ski dans le nord de la Suède. Transdev Suède est détenue à 66 % par le fonds de pension français Caisse des Dépôts et à 34 % par l’entreprise familiale allemande Rehtmann.
(Source: Jarnvagar.nu)

SNCF
SNCF Voyageurs annonce le lancement prochain de SNCF Connect – 19/11/2021 – Après avoir renouvelé l’expérience client avec OUI.sncf et l’Assistant SNCF, SNCF Voyageurs annonce le lancement de SNCF Connect, conçu et réalisé par sa filiale digitale e.Voyageurs SNCF. SNCF Connect sera disponible courant janvier 2022 et deviendra un service digital unique dédié aux mobilités pour les petits et les grands trajets. Décliné en une application et un site internet, SNCF Connect va à l’essentiel : il facilitera l’expérience de mobilité de tous les Français en leur proposant plus de simplicité, plus de choix, plus de proximité. Il permettra ainsi de planifier, réserver et gérer simplement tous ses déplacements à la fois en train mais aussi avec d’autres modes de transports responsables. Il réunira au même endroit tous les titres de transports, les abonnements et les informations pour organiser, réserver et modifier son trajet avec TGV INOUI, OUIGO, Intercités, TER, Thalys, Eurostar, TGV Lyria, les transports publics en Île-de-France dont Transilien, les bus longue distance, le covoiturage…, du premier au dernier kilomètre, selon un communiqué de SNCF Voyageurs. Cette évolution n’a rien d’anecdotique: le groupe ferroviaire, avec un volume d’affaires supérieur à 4 milliards d’euros, est l’un des premiers sites d’e-commerce français. Sur les grandes lignes (TGV, Ouigo, Intercités), 77 % des ventes sont déjà digitales. La SNCF précise cependant que SNCF Connect n’allait pas remplacer l’application OUIGO ni TGV INOUI PRO. Bien que la nouvelle app soit présentée comme un « service digital unique » et qu’elle gèrera les OUIGO, les apps OUIGO et TGV INOUI PRO resteront disponibles à part entière.
(Source: SNCF Pressroom)

Train autonome
Un premier Shinkansen automatisé testé au Japon [vidéo] – 19/11/2021 – Sans conducteur humain aux commandes, un train à grande vitesse Shinkansen a commencé à sortir de la gare de Niigata à 1h50 du matin le 17 novembre et a rapidement atteint une vitesse de 100 km/h. East Japan Railway Co. effectuait un test autonome à l’aide d’un train de la série E7 desservant la ligne Joetsu Shinkansen devant les médias présent. Le test de la série E7 était une première pour l’exploitant ferroviaire. Il s’agissait de la onzième expérience impliquant un Shinkansen autonome depuis fin octobre. L’entreprise effectue les essais dans l’espoir de faire circuler des trains automatisés atteignant 200 km/h à l’avenir. Yasuaki Suzuki, un responsable du centre de promotion du système de transport de nouvelle génération de JR East, a déclaré que le système de train automatisé contribuera à réduire les erreurs humaines et à améliorer la flexibilité des horaires de travail des employés. Mais il a noté une multitude de défis auxquels JR East est confronté dans l’exploitation de trains sans conducteur. « Nous devons continuer à travailler sur la façon de faire un arrêt en douceur dans une gare », a-t-il déclaré. « Il y a encore de la place pour l’amélioration. » Le train est équipé d’un système de contrôle automatique des trains (ATC), qui actionne les freins automatiquement lorsque le train dépasse la limite de vitesse et lorsqu’un bouton d’arrêt d’urgence est enfoncé dans une gare. Lors du test du 17 novembre, l’ATC a été associé au dispositif d’exploitation automatique des trains (ATO), qui améliore la sécurité pour aider à automatiser l’exploitation des trains. L’ATO peut être contrôlé automatiquement en fonction de l’entrée du diagramme de planification des services. Après que le train E7 ait roulé sur une voie surélevée, il a commencé à ralentir à l’approche du centre de matériel roulant de Niigata Shinkansen, à environ 5 kilomètres de la gare JR de Niigata. Il s’est arrêté précisément à l’endroit prévu. Les responsables de JR East attribuent une note de conformité si la différence se situe dans une fourchette de 50 centimètres. L’accélération et la décélération étaient toutes les deux douces pendant le trajet. Au cours du test, JR East a également vérifié si les images prises par une caméra installée sur la plate-forme du conducteur et ailleurs peuvent être transmises en direct au centre d’exploitation du train. L’expérience est conçue pour permettre au personnel ferroviaire de saisir instantanément les circonstances dans le cas où un train sans conducteur serait impliqué dans un accident.
(Source: The Asahi Shimbun)

Espagne
Le consortium ILSA/Trenitalia devient Iryo – 18/11/2021 – La société ILSA , le premier opérateur privé espagnol de grande vitesse, a annoncé sa marque commerciale : iryo , avec laquelle il commencera à opérer au cours du second semestre 2022 près de 30% des fréquences à grande vitesse dans le cadre de la libéralisation espagnole, se connectant dans une première phase à Madrid, Barcelone, Séville, Malaga, Cordoue, Valence, Alicante et Saragosse. L’annonce de sa nouvelle marque a eu lieu aujourd’hui lors d’un événement organisé dans le jardin tropical de la gare d’Atocha , à Madrid, et également diffusé en streaming sur YouTube. L’événement a réuni plus de 200 participants. Iryo, détenue par Air Nostrum et de Trenitalia , commencera à opérer en Espagne avec la seule flotte de trains totalement nouvelle sur le marché : 20 rames ETR 1000 – appelées Frecciarossa dans la Péninsule -, et fabriqué entre l’Italie et l’Espagne par Hitachi Rail en collaboration avec Bombardier Transport (aujourd’hui groupe Alstom). Une nouvelle identité La création et le développement de la marque iryo ont été réalisés par Columna Branding. L’agence, basée à Barcelone et avec une vaste expérience dans des projets pour des clients tels que Vueling, P&G ou Grupo Planeta, a été chargée de définir l’identité et de concevoir la stratégie de la marque qui rivalisera pour attirer les voyageurs espagnols dans les années à venir. Après un investissement initial d’1 milliard d’euros dans cette flotte et au début de son activité, une fois en exploitation, Iryo générera environ 2.600 emplois directs et indirects et prévoit d’attirer 50 millions de passagers en 10 ans, établissant un nouveau standard de voyage à grande vitesse en Espagne.
(Source: La Rázon)

Alstom
Un prix pour le train à très grande vitesse d’Alstom – 18/11/2021 – L’Avelia Horizon, 5e génération des trains à grande vitesse fabriqués par Alstom, a remporté le prix German Design Award, une prestigieuse distinction allemande. Recyclable à 97%, ce train du futur reflête les objectifs de développement durable et d’efficacité énergétiques. L’Avelia Horizon relève des défis ambitieux en matière de rentabilité et de compétitivité pour le secteur ferroviaire : les coûts de maintenance seront inférieurs de plus de 30 % et, grâce à son design aérodynamique et à un pilotage plus efficace, l’Avelia Horizon consommera 20 % d’énergie en moins par rapport à la génération précédente ; il atteindra en outre le coût total par siège le plus bas sur le marché pour un train de sa catégorie. C’est ce train qui a reçu cette prestigieuse distinction allemande dans le domaine du design attribuée par le Conseil du design et le ministère fédéral de l’Économie et de la Technologie. Ce prix récompense l’alliance réussie par Avelia Horizon entre l’ingénierie de pointe (faisant la part belle au développement durable), des contours organiques inspirants et un design intérieur offrant une expérience voyageur en tout point exceptionnelle. 11 des 17 sites français d’Alstom sont impliqués dans le développement et la fabrication du train Avelia Horizon
(Source: Railtech.be)

Grande-Bretagne
429 millions d’euros pour transformer la billetterie ferroviaire à travers le pays – 18/11/2021 – Un investissement de 429 millions d’euros serait prévu pour réformer et améliorer radicalement l’expérience client en matière de tarifs, de billetterie et de vente au détail aux chemins de fer britanniques. La billetterie sans contact serait installée dans plus de 700 gares à travers le pays en dehors de Londres et du Sud-Est. Au cours des 3 prochaines années, le gouvernement déploiera la billetterie sans contact avec paiement à l’utilisation sur près de 400 gares des réseaux de banlieue des Midlands et du Nord, en introduisant des plafonds de prix à la londonienne et une plus grande intégration avec les réseaux locaux de bus et de tramway. Ce n’est que la première étape de l’engagement du gouvernement à déployer une billetterie numérique pratique et moderne sur l’ensemble du réseau ferroviaire britannique, améliorant et simplifiant des milliers de trajets quotidiens et garantissant que les navetteurs bénéficient du meilleur prix. Cela aidera également à créer un réseau ferroviaire qui non seulement offrira les types de trajets qui créent des emplois, soutient les entreprises et ouvre des opportunités de logement, mais rehaussera les Midlands et le Nord de l’Angleterre afin de devenir une base de puissance économique pour rivaliser avec Londres et le Sud-Est. Au préalable il faudra entamer la publication de l’Integrated Rail Plan (IRP), qui exposera sous peu comment le gouvernement a l’intention de transformer le rail à travers le Nord et les Midlands tout en offrant des avantages aux navetteurs bien plus tôt que dans les plans précédents.
(Source: Gouvernement.UK)

Slovaquie
Un premier train neutre en CO2 pour Gefco – 17/11/2021 – À la demande d’un client en recherche d’une solution de transport à faibles émissions carbonées, le groupe de logistique multimodale Gefco a affrété un train de marchandise neutre en CO2 ayant pour destination la Chine, via la nouvelle route de la soie. Parti lundi dernier depuis Dunajska Strada en Slovaquie, ce train de 41 wagons s’engage pour un voyage de trois semaines sur la nouvelle route de la soie jusqu’à Xi’an en Chine. Il changera de wagons à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie pour s’adapter à l’écartement des rails russes, puis passera par la Biélorussie, la Russie et le Khazakhstan, avant d’atteindre la région chinoise du Xinjiang où les marchandises transiteront sur des wagons chinois pour la suite du trajet. Durant toute la durée de l’itinéraire, les produits seront suivis et contrôlés à l’aide d’appareils connectés de type IoT (Internet des objets). La neutralité CO2 devrait être compensée par un investissement dans des projets certifiés Gold Standard. Ce label a été mis en place par la Gold Standard Foundation, créée en 2003 par le WWF et d’autre organisations non gouvernementales, et qui certifie des projets de compensation volontaire depuis 2004. Depuis son lancement, 100 MtCO2 (méga-tonne de CO2, soit un million de tonnes) ont pu être évitées par plus de 1500 projets labelisés Gold Standard.
(Source: Voxlog.fr)

France
Plus d’un milliard d’euros pour le fret ferroviaire français – 16/11/2021 – Est-ce une énième relance ? Toujours est-il que le gouvernement français présentait en octobre une Stratégie nationale pour le développement du fret ferroviaire. Il dispose désormais d’un plan de financement jusqu’en 2024 à hauteur de 1,35 milliard d’euros ventilés en huit grands chantiers. Dans le détail, en additionnant les financements de l’État à hauteur de 50% prévus par la loi d’orientation des mobilités, les cofinancements attendus de l’Union européenne, des collectivités territoriales et de différents acteurs du fret ferroviaire, un milliard d’euros seront dédiés à l’infrastructure ferroviaire. S’y ajoutent 210 millions d’euros supplémentaires qui financeront les surcoûts induits par les travaux sur le réseau ferré et 140 millions d’euros qui iront à des projets de ports maritimes à vocation ferroviaire. Huit axes de développement ont été convenus et comprennent notamment la création et la rénovation d’installations terminales, la modernisation des infrastructures (voies de service et installations de tri des wagons), la régénération des lignes capillaires fret, l’adaptation du réseau de chemin de fer à la circulation des trains lourds et longs, élargissements de tunnels (songeons au fameux gabarit P400) et enfin le développement d’un volet portuaire, en augmentant la capacité d’accueil des trains, en améliorant les embranchements avec les terminaux et en réduisant le temps de chargement et déchargement des trains.
(Source: L’Antenne.com)

Transport public
Echanger le permis de conduire contre un an de transports publics gratuits – 16/11/2021 – Au nom de la sécurité routière : dans le Bade-Wurtemberg, les personnes âgées devraient de plus en plus utiliser les bus et les trains. Une offre spéciale devrait faciliter le changement. Dans de nombreuses régions de ce Land, les conducteurs âgés de 65 ans et plus pourront bientôt échanger leur permis de conduire contre un titre de transport en commun annuel gratuit pendant un an. Le ministère des Transports du Bade-Wurtemberg a signé un accord de coopération correspondant avec de nombreuses associations de transports du Land, a annoncé lundi le ministre des Transports Winfried Hermann (Verts). Ceci est destiné à attirer les personnes âgées dans les bus et les trains et à rendre la circulation plus sûre. Plus d’un tiers des usagers de la route mortellement blessés dans la circulation ont 65 ans et plus, a déclaré Hermann. En tant que conducteur, les seniors seraient impliqués dans plus de deux accidents sur trois. L’offre s’applique à partir de décembre dans 14 associations de transports. La condition pour l’échange est que la résidence principale se situe au sein d’une de ces 14 associations de transports publics. L’état du Bade-Wurtemberg a contribué jusqu’à trois millions d’euros aux coûts découlant de cette offre, les coûts restants, soit environ 50% étant pris en charge par les associations de transport elles-mêmes.
(Source: Der Spiegel)

Train régional
Nouvelles rames Mireo Plus pour l’exploitant NEB autour de Berlin – 15/11/2021 – La zone métropolitaine de Berlin-Brandebourg recevra ses premières rames régionales électriques à batterie à la fin de 2024, et bénéficiera aussi d’un horaire amélioré et élargi. Pour fournir ce service, Niederbarnimer Eisenbahn (NEB), qui a de nouveau remporté le contrat pour ce réseau début juin dernier, a commandé à Siemens Mobility 31 rames Mireo Plus B à deux voitures fonctionnant sur batterie. Les nouveaux trains élimineront également complètement les émissions locales de CO2 et, selon le mix électrique, réduiront également les émissions suprarégionales d’environ 11 500 tonnes par an. En même temps, ils réduiront considérablement les émissions de poussières fines. Le train hybride batterie puise son énergie dans la caténaire. Sur les tronçons non électrifiés des itinéraires du réseau, des batteries lithium-ion – préalablement chargées sur les tronçons électrifiés – assurent l’alimentation électrique du train. L’énergie de freinage récupérée est également utilisée pour alimenter le train. Le train à deux voitures a une autonomie électrique à batterie de plus de 90 kilomètres.
(Source: Siemens pressroom )

Train alternatif
Railcoop va tester des convois de petits volumes à la demande – 14/11/2021 – Fondée il y a deux ans pour relancer le train dans les petites villes, Railcoop créera le 15 novembre une première liaison de fret dégroupé entre Decazeville (Aveyron) et Toulouse pour desservir la Mecanic Vallée autour de Figeac (Lot). Railcoop a négocié des accords avec une dizaine de clients pour transporter de l’agroalimentaire, des fenêtres et des produits industriels. La carrière de Bagnac-sur-Célé figure parmi les candidats mais il faut attendre la réfection en 2023 de l’aiguillage de Figeac, endommagé par l’incendie de la gare fin 2018. Railcoop est aussi en discussion avec la coopérative Fermes de Figeac qui pourrait s’approvisionner en céréales du Lauragais pour l’alimentation du bétail. « Nous faisons une expérimentation avec cette ligne et si ça marche, nous en ouvrirons d’autres », explique Dominique Guerrée. Rappelons que l’objet original de la création de Railcoop est de mettre en marche des trains de voyageurs, dans un premier temps entre Bordeaux et Lyon. La coopérative dispose désormais de sa licence d’entreprise ferroviaire et de son certificat de sécurité. Railcoop, qui emploie 22 personnes, a réuni 3,4 millions d’euros de fonds propres mais doit atteindre 5 millions à la fin de l’année pour que les banques lui accordent les emprunts nécessaires.
(Source: Les Échos )

Leasing
Le suisse ELP loue une machine EuroDual chez Railsystems RP – 12/11/2021 – Railsystems RP GmbH, une firme de Gotha qui transforme des véhicules ferroviaires selon les souhaits du client, voulait se débarrasser le plus vite possible des anciennes machines diesel dont elle se sert pour transférer le matériel roulant et pour ses transports en propre de bois et de matériaux de construction. Pour ses trains, elle a opté pour une machine hybride EuroDual à six essieux de Stadler, par le biais d’un contrat de leasing avec ELP, un loueur suisse qui possède un solide parc de machines Stadler. Les six essieux étaient nécessaires du fait de l’installation sur cette locomotive hybride d’un moteur diesel, lui permettant de circuler sur les lignes non-électrifiées. En dépit de ses 123 tonnes, cette locomotive intéresse fortement des opérateurs comme Railsystems RP car avec ses 20,5 tonnes par essieu, l’EuroDual peut circuler sur des petites lignes ayant des limites de charge, ce qui est souvent le cas de la clientèle de Railsystems RP. « Notre locomotive hybride EuroDual est unique dans sa catégorie. De nombreux clients apprécient les performances et la flexibilité de la série, mais beaucoup ne savent pas que cette locomotive, avec sa faible charge à l’essieu, est autorisée à circuler sur des lignes où d’autres locomotives hybrides ne sont pas autorisées à circuler », déclare Emiel Knarren, directeur commercial d’ELP.
(Source: ELP pressroom )

États-Unis
La grande vitesse ferroviaire fait son chemin aux Etats-Unis – 11/11/2021 – Les Etats-Unis sont toujours restés très en retard dans le développement d’un réseau à grande vitesse, quand on compare à la Chine et surtout à l’Europe. Cela est dû à de la résistance à la dépense publique, qui n’est pas dans les gènes de l’Amérique, même celle de Biden, ainsi que les activités des lobbies de l’aviation et l’amour immodéré des Américains pour leur automobile. S’y ajoute un réseau ferroviaire davantage conçu pour le transport de fret longue distance que celui de passagers. Amtrak, créé en 1971, a le statut d’une entreprise commerciale mais est entièrement contrôlée par le gouvernement des États-Unis. Les projets de trains à grande vitesse ont toujours existé mais… sans réelle concrétisation jusqu’ici. Ainsi un projet de ligne à grande vitesse reliant San Francisco à Los Angeles via San Jose, Fresno et Bakersfield à 350 km/heure patine, les financements faisant défaut. Ce corridor long de 830 km devrait pouvoir relier les deux métropoles en 2h45. Pour l’instant, un seul tronçon est en construction sur 190 km, reliant Bakersfield et Merced via Fresno. La Floride n’aura pas de train à grande vitesse et n’aura pour train rapide que le Brightline à 200km/h entre Miami et Orlando. Le seul projet viable actuellement se situe au Texas, où la ligne Houston-Dallas prend forme. Servant un bassin de population de 13 millions de personnes, elle devrait en 2029 accueillir plus de 6 millions de voyageurs par an. Les trains à grande vitesse, des Shinkansen japonais, parcourront en 90 minutes les 380 km séparant les deux mégapoles. Une révolution au pays du pétrole roi…
(Source: Voyages d’affaires.com )

Train autonome
USA : une startup veut promouvoir le wagon de marchandise autonome – 10/11/2021 – On n’arrête pas le progrès ! De l’autre côté de l’Atlantique, la société américaine Intramotev Autonomous Rail veut concevoir prototype de wagon de train de marchandises autonome alimenté par batterie. Le constat est là : selon cette start-up de technologie ferroviaire basée à Saint -Louis, lors de son étape de déchargement/rechargement, un wagon de marchandise reste inactif pendant en moyenne 24,6 heures. Pire, chaque jour, près d’un million de wagons ne bougent pas du tout. La traction de ces wagons équivaudrait à rejeter chaque année aux USA plus de 37 millions de tonnes de carbone et d’autres gaz à effet de serre émis dans notre atmosphère. On le devine aisément, la startup fondée en 2020 par Tim Luchini, Corey Vasel et Alex Peiffer, cherche à développer des véhicules ferroviaires autonomes et à zéro émission qui pourraient être utilisés pour créer des trains sans locomotives. Intramotev affirme que ses offres « promettent de perturber le rail traditionnel ». L’idée est née alors que Peiffer examinait des études de cas sur le marché logistique américain tandis que Luchini se plongeait dans la technologie ferroviaire, en particulier celle qui pourrait débloquer de nouvelles capacités et utilisations pour le système ferroviaire de fret traditionnel. Lors de discussions avec les parties prenantes, ils ont appris que les chemins de fer réalisent des bénéfices sur des trajets de plus de 1500 kilomètres, tandis que les trajets de 1000 à 1600 kilomètres constituent un marché inexploité largement conquis par l’industrie routière américaine. « Nous voyons une opportunité de rendre les actifs de wagons plus utilisés et de libérer une partie de la capacité qui se trouve dans le système ferroviaire », explique Luchini. Intramotev vient de clôturer un investissement d’un montant non divulgué avec Idealab X , un fonds de capital-risque en phase de démarrage, pour soutenir sa mission.
(Source: Freightwave.com )

Signalisation
Un réel manque de concurrence chez les fournisseurs de signalisation ferroviaire britannique – 09/11/2021 – Le régulateur britannique, l’Office of Rail and Road du Royaume-Uni a déclaré mardi qu’il avait constaté que le marché actuel de la signalisation ferroviaire n’était pas assez compétitif et qu’il publiait des recommandations pour ouvrir davantage ce marché. L’ORR s’attend à ce que le secteur de la signalisation se développe « considérablement » grâce à la numérisation. Mais le manque de concurrence signifie aussi des prix élevés, ce qui est une mauvaise chose pour le Trésor britannique. Il s’inquiète du fait que les deux principaux fournisseurs de signalisation, Siemens et Alstom, jouissent d’un pouvoir important sur le marché et que les autres entreprises ont du mal à leur faire concurrence sur un pied d’égalité. En conséquence, les nouveaux fournisseurs ne sont pas incités à réaliser les investissements nécessaires pour être compétitifs en Grande-Bretagne. L’ORR craint que ces avantages bien ancrés ne se répercutent sur le déploiement rapide des technologies de signalisation alternatives. L’ORR met l’industrie au défi de s’attaquer aux obstacles qu’elle a identifiés afin que les nouveaux fournisseurs aient une chance équitable de rivaliser et soient incités à investir et à soumissionner pour des projets de signalisation. L’Office a donc formulé une série de recommandations qui permettraient à Network Rail de « stimuler la concurrence entre les fournisseurs en matière de coûts, de qualité et d’innovation ». Il estime que Network Rail peut maintenir un système de signalisation efficace et sûr tout en tirant parti des avantages d’une concurrence accrue. Le régulateur affirme aussi que ces recommandations favoriseraient l’efficacité et la performance du réseau ferré britannique. Ces recommandations interviennent alors que le marché de la signalisation en Grande-Bretagne tourne actuellement entre 937 millions et 1 milliards d’euros par an. Network Rail a reçu trois mois pour élaborer une stratégie et un plan indiquant comment elle entend mettre en œuvre les conclusions et recommandations de l’ORR.
(Source: Rail Business Daily )

Climat
Vienne-Glasgow : 508€ par train et 19€ par avion – 08/11/2021 – Volontiers provocateur, ce titre est pourtant l’addition brandie par Yannick Shetty, député du parti libéral autrichien, lors du symposium sur l’aviation qui se tenait à Vienne. L’élu s’était auparavant rendu à Glasgow pour la Cop26 : l’aller en train, 18h de trajet pour 508€, et le retour en avion, 2h pour 19€. « Tant que les différences seront « aussi absurdement grandes, le comportement de mobilité ne changera pas », conclut l’élu. Voilà de quoi alimenter le débat. « Tant qu’il n’y aura pas de vérité des coûts entre le train et l’avion, le redressement des transports n’a aucune chance. Nous n’atteindrons pas les objectifs climatiques nécessaires si nous ne parvenons pas à faire passer le trafic par le rail », explique Andreas Matthä, CEO des ÖBB. Après tout, un voyage en train est 51 fois plus « vert » qu’un vol aérien. Peter Malanik, président de l’association autrichienne du transport aérien, rétorque que jadis, on se plaignait grandement que l’avion était un produit cher et qu’il fallait le rendre accessible à tout le monde. C’est chose faite avec Ryanair et Wizzair, explique Peter Malanik, qui a souligné qu’une large majorité en Autriche avait une attitude positive envers l’aviation. Selon un sondage effectué par Hasslinger Consulting sur 1000 autrichiens de plus de 16 ans en juillet dernier, trois Autrichiens sur quatre prennent l’avion chaque année et la protection de l’environnement n’est un argument que pour très peu d’entre eux. Ce débat improbable montre le fossé qui subsiste, d’une part entre les deux transports (conditions sociales, subventions, coûts de production…) mais aussi entre le message engagé vendu dans tous les médias et les réalités du comportement des citoyens, sachant qu’on peut dire ce qu’on veut dans un sondage, et faire tout autre chose en privé. Il n’empêche que le rail devra travailler sur ses prix et ses coûts de production, quoiqu’on en pense…
(Source: Neue.at)

États-Unis
Les États-Unis lancent le plus grand plan d’infrastructure depuis 65 ans – 07/11/2021 – Vendredi 5 novembre, le Congrès américain adoptait finalement une partie des vastes réformes engagées par Joe Biden à son arrivée au pouvoir, fruit d’une longue bataille de plusieurs mois. Le Congrès a ainsi donné son aval à un paquet d’infrastructures de plusieurs milliards de dollars susceptible d’améliorer les déplacements et la qualité de vie des Américains, déjà voté en août par le Sénat, et prévoyant près de 1200 milliards de dollars d’investissements. Il était nécessaire aux démocrates d’avoir 218 voix pour faire adopter le plan destiné à moderniser les routes, les ponts et l’Internet à haut débit et considéré comme l’un des plus ambitieux de l’histoire moderne américaine. Ils en ont finalement eu 228 contre 206, grâce à l’apport de voix républicaines. Le projet de loi H.R. 3684 est historique, mais il est loin de correspondre à la vision initiale de M. Biden, qui promettait de réduire considérablement l’impact des transports sur le climat, la plus grande source de pollution du pays. Les 1200 milliards de dollars seront répartis sur huit ans et contiennent 550 milliards de dollars de dépenses nouvelles. Les services ferroviaires devraient recevoir 66 milliards de dollars, tandis que l’infrastructure portuaire en recevrait 17 milliards. Les transports publics bénéficieront de leur côté de 39 milliards de dollars, ce qui représente le plus gros investissement de l’histoire pour ce secteur, selon la Maison Blanche. En revanche, il générera un déficit de 256 milliards de dollars sur 10 ans, selon le Congressional Budget Office. Cependant, les experts du transport ferroviaire de passagers ont déclaré que ces investissements historiques ne seraient pas suffisants pour le système ferroviaire. Une grande partie de l’argent sera utilisée pour des besoins d’entretien de base comme la modernisation des voies, et non pour des projets nouveaux.
(Source: Le Point)

Chine
Le premier monorail surélevé entièrement automatisé et sans conducteur en Chine – 06/11/2021 – Premier de son genre en Chine, le nouveau monorail de Wuhu est surélevé et équipé d’un système d’exploitation automatique des trains (ATO) de niveau 4 (GoA4), le niveau le plus avancé et le plus élevé d’exploitation automatique des trains, qui permet au train de fonctionner à la fois sans conducteur et sans surveillance. Une flotte de 28 trains monorail Innovia de six voitures est entrée en service commercial et fonctionne à une vitesse de 80 kilomètres par heure. Les 168 voitures ont été fournies par la coentreprise chinoise d’Alstom, CRRC Puzhen Bombardier Transportation Systems Limited (PBTS). Le système de signalisation Cityflo 650, qui permet la conduite automatique des trains, a été fourni par Bombardier NUG Signalling Solutions Company Limited (BNS), la coentreprise de signalisation d’Alstom en Chine. Une autre coentreprise d’Alstom en Chine a fourni l’équipement de propulsion Mitrac pour les trains monorail. Conçus pour s’intégrer dans l’environnement urbain, les systèmes monorail Innovia d’Alstom, entièrement automatisés et sans conducteur, constituent, selon l’entreprise française, une solution de mobilité pour les villes en expansion ou denses. Les véhicules, d’aspect moderne et silencieux, circulent sur des voies de guidage surélevées, construites hors site pour permettre un montage rapide avec un minimum de perturbations. Alstom offre 30 ans d’expertise dans la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance de monorails, avec des normes de disponibilité et de sécurité à la pointe de l’industrie.
(Source: Webwire.com)

Italie
Hupac s’étend en Lombardie et va gérer Novara – 05/11/2021 – Combiconnect, une filiale du géant suisse Hupac, a pris 80% des parts du site intermodal de Novara, à l’ouest de Milan. À l’avenir, Hupac veut allonger les voies à 740 mètres ainsi qu’installer de nouvelles voies pour l’entrée et la sortie des trains avec de nouveaux portiques avec lecture Ocr, qui liront automatiquement les informations des wagons et des unités de chargement. « Notre objectif est de poursuivre le développement de ce terminal stratégique pour le transfert du trafic transalpin », explique Piero Solcà, directeur de Terminal et Infrastructure du Groupe Hupac. Soixante paires de trains sont traitées chaque semaine au terminal de Novara, qui s’étend sur 150.000 mètres carrés et qui comprend 7 voies de chargement et de déchargement. Au-delà de cela, les nouveaux projets de développement ne manquent pas en Lombardie pour Hupac, certains déjà en cours, d’autres projetés à plus long terme. Ainsi une application sera bientôt disponible pour permettre aux chauffeurs d’interagir avec le terminal, avec l’avantage d’optimiser les temps de collecte et de livraison. À moyen terme, des travaux de modernisation plus exigeants sont prévus sur le parc de portiques des terminaux italiens du groupe Hupac. Au nord de Milan, le terminal géant de Busto Arsizio-Gallarate va être optimisé pour accueillir jusqu’à 33 paires de trains par jour !
(Source : Trasporto Europa)
À propos de Hupac : Hupac, un géant de l’intermodal

Pologne/Autriche
RegioJet autorisé sur un train Przemyśl-Cracovie-Vienne – 04/11/2021 – Le transporteur tchèque RegioJet a reçu son autorisation pour lancer le train de nuit international Przemyśl Główny – Cracovie – Wien Hbf. Il s’agit donc bien, et c’est à souligner, d’un train qui ne concerne pas Prague. La décision de l’autorité polonaise accorde l’accès aux voies du pays pour la période du 12 décembre 2021 au 12 décembre 2026. Il n’est cependant pas sûr que RegioJet commence cette année même en décembre. Le transporteur effectuera le transport en utilisant ses locomotives Siemens Vectron ou Bombardier Traxx pour tracter un train de 6 à 12 voitures avec places assises et couchettes. Selon l’horaire, la liaison de nuit partirait de Vienne à 21h07 avec arrêts aux gares de Czechowice-Dziedzice à 02h50, Cracovie Główny (04h50), Tarnów (05h54) et Rzeszów Główny (06h38). L’arrivée à Przemyśl est prévue à 7h50. Le retour est prévu avec départ à 20h45 depuis Przemyśl, ensuite 23h30 depuis Cracovie et une arrivée à Vienne à 7h00 via Břeclav et un détour par Bratislava. Il y aura cependant certaines restrictions à l’embarquement et au débarquement en Pologne. Przemyśl (prononcez « Prémitche ») est peu connue mais stratégique car disposant d’une voie large à écartement russe 1520mm accueillant des trains ukrainiens. Cette ligne relie la Pologne à la ville ukrainienne de Lviv, permettant une bonne connection avec l’Ukraine, un marché en croissance constante.
(Source : Rynek-Kolejowy)
À propos de l’Ukraine, cet intéressant sujet : L’Ukraine veut s’arrimer à l’Europe ferroviaire par voie de 1.435mm

Norvège
Voitures allemandes pour un train de nuit norvégien – 03/11/2021 – Encore de la rénovation. Vy Tog, l’ancien opérateur étatique norvégien NSB, n’avait jamais utilisér de voitures-couchettes sur les services de trains de nuit intérieurs en Norvège, mais se reposait entièrement sur des voitures-lits et des voitures à places assises. Il manquait donc un niveau de confort intermédiaire, comme sur les Nightjets autrichiens. Cela va changer. Devant le manque de voitures neuves à la vente, Vy Tog a récupérer 2 véhicules d’origine allemande à Oslo et en a acheté six autres à Crailsheim, en Allemagne. Livrées à la Deutsche Bundesbahn (DB) dans les années 1960 et 1970, ces voitures furent plusieurs fois reconstruites pour être désignées BDcmz 874.1. L’ensemble des 8 voitures a alors été transféré en Finlande au dépôt d’Oulu, où se trouve la société VR FleetCare, et qui avait pour mission d’opérer une vaste modernisation et la mise à niveau commerciale des 8 voitures-couchettes. Elles ont été adaptées au climat rigoureux de l’hiver norvégien et améliorées de l’intérieur avec de l’espace pour les bagages et les vélos. La nouvelle désignation est BFWL. Les voitures allaient également à l’atelier Pieksämäki, où elles devaient être traitées en surface et repeintes dans la livrée Vy. Le transfert en Finlande supposait un changement de bogies à la frontière avec la Suède, à Tornio. Raison pour laquelle la galerie photo renseignée en bas montre un premier convois de trois voitures accompagné des bogies UIC placés sur wagons plats finlandais. Cette semaine, les 8 voitures entièrement rénovées et repeintes ont pris le chemin de la Norvège, après un parcours en Suède effectué par Hector Rail. Ces voitures seront mises en service sur le Bergensbanan (Oslo-Bergen) à la fin de l’année. Chaque voiture à une capacité de 36 couchettes et 11 emplacements pour vélos.
(Source : Jarnvagar.nu)
Voir la galerie photo : Forum Postvagnen.com

Espagne
La division Renfe Mercancías recherche un nouveau partenaire – 02/11/2021 – « Nous recherchons un partenaire industriel qui complète l’activité dans laquelle nous ne sommes pas forts actuellement ». Tels sont les mots de Joaquín del Moral, Directeur de Renfe Mercancías. Comme B-Logistics en son temps, comme CFF-Cargo l’an dernier, les divisions marchandises des opérateurs historiques doivent revoir leur business. Non pas à cause du Covid, mais tout simplement à cause des structures de production. À l’heure actuelle, a expliqué Joaquín del Moral, l’opérateur public perd « le contact direct avec les clients », car « nous ne sommes qu’un maillon de la chaîne de sous-traitance et nous ne sommes pas satisfaits de ce rôle ». Concernant les actifs ferroviaires, Renfe Mercancías recherche « un chiffre d’affaires plus important pour plus d’efficacité et pour être plus compétitifs ». Dans ce domaine d’action, Del Moral a insisté sur le fait que « nous avons des locomotives en fin de vie utile et, de plus, nous n’avions pas de locomotives adaptées aux nouvelles exigences d’infrastructure » en termes d’écartement des voies et d’électrification. Les dirigeants actuels de Renfe Mercancías espèrent recapitaliser l’entreprise avec des investissements publics en matériel roulant, locomotives et wagons, avec à la clef une restructuration de ses ressources pour attirer un partenaire industriel avec lequel Renfe créerait une nouvelle société à part égale 50/50. La plupart de ces actifs et les principales charges de travail seraient transférés à cette future entreprise.
(Source : El Mercantil)

Autriche
Rail Cargo utilise de l’électricité 100 % verte en République tchèque – 01/11/2021 – Rail Cargo Group (RCG, groupe ÖBB) opère désormais en République tchèque avec 100% de courant de traction provenant de sources d’énergie renouvelables. Afin de faire avancer ce virage vers de la traction « verte », RCG investit dans l’origine durable du courant de traction. En Autriche, tous les trains de marchandises RCG roulent avec de l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables depuis l’été 2018 et en Allemagne depuis début 2021. Après la République tchèque, d’autres pays suivront dans les années à venir. Le courant de traction vert pour les opérations ferroviaires en Allemagne et en République tchèque est obtenu auprès de centrales partenaires et puisé sur le réseau public. L’origine est confirmée par des certificats ou une preuve d’origine. En Autriche, ÖBB Infrastruktur, gestionnaire du réseau ferré, exploite déjà huit de ses propres centrales hydroélectriques ainsi qu’une centrale solaire, qui produisent ensemble plus d’un tiers de la puissance de traction nécessaire.
(Source : ÖBB pressroom)

France
Montée en gamme de la classe Business Première – 29/10/2021 – Quand la concurrence fait bouger les lignes. La SNCF relance sa classe Business Première sur Paris-Lyon en proposant une nouvelle gamme de services à bord de ses TGV inOui. Si l’objectif est de miser sur l’augmentation des volumes de passagers avec une offensive tarifaire et servicielle pour reconquérir sa clientèle affaires, il ne fait guère de doute que l’arrivée de Trenitalia, avec ses quatre classes, est à l’origine de ce renouveau dans les TGV inOui. Les voyageurs business de la SNCF bénéficient d’un service à bord à la hausse, à l’instar de l’accueil presse/café directement à leur siège, leur commande bar directement livrée à leur place ou encore une plus grande flexibilité sur leurs réservations. L’aménagement a aussi changé puisqu’il y a 40% de places en vis-à-vis en moins. Signe du caractère stratégique de la liaison et de cette clientèle, les premières rames Océane – issues de la rénovation des duplex – sont en partie déjà en circulation sur cet axe. Elles proposent un plus grand confort en « classe pro », une liseuse à l’intensité réglable et une meilleure connectivité (câblage USB, plus de prises, etc). L’idée est d’en faire un véritable bureau pour les voyageurs-travailleurs. En gare, un espace dédié au sein du salon Grand Voyageur de la Gare de Lyon a été déployé ainsi que des files « express » réservées pour accéder rapidement aux quais. Le service proposé reprend les codes du secteur aérien. Il sera aussi possible d’échanger son billet au dernier moment, pour n’importe quel autre train dans la journée, « même s’il est complet », précise au Parisien Alain Krakovitch, le directeur de Voyages SNCF.
(Source : Europe 1)
Dans la même veine :
>>> Le service à bord du TGV Lyria

Allemagne
Locomotives sans conducteur au triage de Münich-Nord – 28/10/2021 – DB Cargo va mettre en service commercial des locomotives de manœuvre sans conducteur dans la gare de triage de Munich-Nord d’ici la fin de 2024. Cela est possible avec l’attribution de contrats pour le développement de systèmes embarqués pour le positionnement des trains et l’ATO. La société Railergy, basée à Augsbourg, a été choisie pour diriger le développement et l’installation d’équipements à bord permettant un fonctionnement en ATO de niveau 4 (GoA4), sans conducteur, incluant l’utilisation de l’intelligence artificielle. Railergy possède une vaste expérience dans le développement et l’installation de systèmes embarqués pour le positionnement de véhicules et la télécommande. La gamme de la société comprend un TCMS modulaire qui peut être installé sur tout engin moteurs existant ainsi que des interfaces pour les systèmes numériques comme l’ETCS et l’ATO. L’entreprise a également développé en collaboration avec Thales Allemagne un système de contrôle à distance basé sur la 5G. Les principales fonctions du package d’automatisation embarquée comprennent la détermination de la position exacte de la locomotive dans la gare de triage, le contrôle précis de la traction et du freinage, la surveillance de la vitesse et la détection des signaux et des obstacles. Railergy travaillera sur ce projet avec une belle brochette de fournisseurs, notamment Bachleitner Technology qui fournira la plate-forme informatique sécurisée et les caméras, Ouster fournira les capteurs lidar 3D et ParkVi les fonctions de traitement d’images. La technologie de localisation GNSS/INS sera fournie par Applanix, tandis que Systerel SAS apportera son assistance en matière de sécurité et d’approbation.
(Source : Railway Gazette)
Pour approndir :
>>> La Corée réussit un test de train autonome avec la 5G
>>> Le train autonome : où en est-on réellement ?

Publié par

Frédéric de Kemmeter

Cliquez sur la photo pour LinkedIn Analyste ferroviaire & Mobilité - Rédacteur freelance - Observateur ferroviaire depuis plus de 30 ans. Comment le chemin de fer évolue-t-il ? Ouvrons les yeux sur des réalités plus complexes que des slogans faciles http://mediarail.be/index.htm